La chaîne cybercriminelle en 8 étapes

La chaîne cybercriminelle cartographie une faille de sécurité potentielle en dépistant les phases de l’attaque, de la reconnaissance précoce à l’exfiltration des données. La maitriser est un excellent moyen d'améliorer sa protection.

Comme dans tout bon vieux « casse », il y a plusieurs phases dans le déroulement d’une cyberattaque. Lockheed Martin a dérivé le concept de la chaîne criminelle d’un modèle militaire établi à l’origine pour identifier la cible, préparer l’attaque, engager l’objectif et le détruire. 

La chaîne cybercriminelle aide à comprendre et combattre les ransomware, les failles de sécurité et les menaces persistantes avancées (APT). Depuis sa création, la chaîne cybercriminelle a évolué pour mieux anticiper et reconnaître les menaces internes, l’ingénierie sociale, les ransomware avancés et les attaques innovantes.

Comment fonctionne une chaîne cybercriminelle ?

1 - Reconnaissance. Dans tout « casse », vous devez d’abord repérer les lieux. Le même principe s’applique dans un cybercasse : c’est la phase préliminaire d’une attaque, la mission de recueil d’informations. Pendant la reconnaissance, le cybercriminel recherche les indications susceptibles de révéler les vulnérabilités et les points faibles du système. Les pare-feu, les dispositifs de prévention des intrusions, les périmètres de sécurité (et même les comptes de médias sociaux) font l’objet de reconnaissance et d’examen. Les outils de repérage analysent les réseaux des entreprises pour y trouver des points d’entrée et des vulnérabilités à exploiter.

2 - Intrusion. Après avoir obtenu les renseignements, il est temps de s’infiltrer. L’intrusion constitue le moment où l’attaque devient active : les malware (y compris les ransomware, spyware et adware) peuvent être envoyés vers le système pour forcer l’entrée. C’est la phase de livraison. Celle-ci peut s’effectuer par e-mail de phishing ou prendre la forme d’un site Web compromis ou encore venir du sympathique café au coin de la rue avec sa liaison WiFi, favorable aux pirates. L’intrusion constitue le point d’entrée d’une attaque, le moment où les agresseurs pénètrent dans la place.

3 - Exploitation. Le hacker se trouve de l’autre côté de la porte et le périmètre est violé. La phase d’exploitation d’une attaque profite des failles du système, à défaut d’un meilleur terme. Les cybercriminels peuvent désormais entrer dans le système, installer des outils supplémentaires, modifier les certificats de sécurité et créer de nouveaux scripts à des fins nuisibles.

4 - Escalade de privilèges. Quel intérêt y a-t-il à entrer dans un bâtiment si vous restez coincé dans le hall d’accueil ? Les cybercriminels utilisent l’escalade de privilèges pour obtenir des autorisations élevées d’accès aux ressources. Ils modifient les paramètres de sécurité des GPO, les fichiers de configuration, les permissions et essaient d’extraire des informations d’identification.

5 - Mouvement latéral. Vous avez carte blanche, mais vous devez encore trouver la chambre forte. Les cybercriminels se déplacent de système en système, de manière latérale, afin d’obtenir d’autres accès et de trouver plus de ressources. C’est également une mission avancée d’exploration des données au cours de laquelle les cybercriminels recherchent des données critiques et des informations sensibles, des accès administrateur et des serveurs de messagerie. Ils utilisent souvent les mêmes ressources que le service informatique, tirent parti d’outils intégrés tels que PowerShell et se positionnent de manière à causer le plus de dégâts possible.

6 - Camouflage. Mettez les caméras de sécurité en boucle et montrez un ascenseur vide pour que personne ne voit ce qui se produit en coulisses. Les cyberattaquants font la même chose. Ils masquent leur présence et leur activité pour éviter toute détection et déjouer les investigations. Cela peut prendre la forme de fichiers et de métadonnées effacés, de données écrasées au moyen de fausses valeurs d’horodatage (timestomping) et d’informations trompeuses, ou encore d’informations critiques modifiées pour que les données semblent ne jamais avoir été touchées.

7 - Déni de service. Bloquez les lignes téléphoniques et coupez le courant. C’est là où les cybercriminels ciblent le réseau et l’infrastructure de données pour que les utilisateurs légitimes ne puissent obtenir ce dont ils ont besoin. L’attaque par déni de service (DoS) perturbe et interrompt les accès. Elle peut entraîner la panne des systèmes et saturer les services.

8 - Exfiltration. Prévoyez toujours une stratégie de sortie. Les cybercriminels obtiennent les données. Ils copient, transfèrent ou déplacent les données sensibles vers un emplacement sous leur contrôle où ils pourront en faire ce qu’ils veulent : les rendre contre une rançon, les vendre sur eBay ou les envoyer à BuzzFeed. Sortir toutes les données peut prendre des jours entiers, mais une fois qu’elles se trouvent à l’extérieur, elles sont sous leur contrôle.

Différentes techniques de sécurité proposent différentes approches de la chaîne cybercriminelle. De Gartner à Lockheed Martin, chacun définit les phases de manière légèrement différente. 

C’est un modèle souvent critiqué pour l’attention qu’il accorde à la sécurité du périmètre et limité à la prévention des malware. Cependant, quand elle est combinée à l’analyse avancée et à la modélisation prédictive, la chaîne cybercriminelle devient essentielle à une sécurité complète.

L’analyse du comportement des utilisateurs (User Behavior Analytics - UBA) apporte des informations détaillées sur les menaces liées à chaque phase de la chaîne criminelle. Et elle contribue à prévenir et arrêter les attaques avant que les dommages ne soient causés.

Malware / Faille