Quel positionnement pour la filière SI dans l’écosystème digital ?

A l'ère de la transformation numérique, une réflexion profonde est nécessaire sur le positionnement de la filière système d'information dans l'écosystème digital.

L’objectif commun à toutes les entreprises, quel que soit leur secteur d’activité, réside dans la capacité à fournir une réponse pertinente à un besoin client, via des produits ou des services. Les stratégies d’entreprises s’orientent souvent dans la même direction : maitriser l’évolution de son positionnement sur un marché afin de générer des profits.

A ce titre, elles mettent en place des structures qui sont-là pour représenter les moyens humains et matériels permettant d’atteindre les ambitions fixées.

Ces organisations se constituent d’un ensemble de directions opérationnelles et de fonctions supports ayant chacune différents rôles et responsabilités. Au sein de cet ensemble, la Direction des Systèmes d’Information tente, depuis plusieurs années, de se positionner comme un « Business Partner », même si elle est souvent considérée comme une fonction support. Dans cette mutation, la position de la DSI doit clairement être revisitée si elle veut garantir sa pérennité dans la transformation digitale de l’entreprise.

La DSI entre souvent en jeu lorsqu’un besoin associé à l’évolution du système d’information lui est adressé. Le besoin est donc l’élément déclencheur dans la chaîne de valeur entre le client et les directions opérationnelles de l’entreprise, puis chemine vers les fonctions support dans un deuxième temps.

Ce besoin, vecteur du développement de l’activité, peut exister sous différentes natures. Aujourd’hui, nous distinguons deux grandes typologies :

  • Stable : on répond à un besoin existant et mature qui nécessite une réponse fiable et constante dans le temps dans le but d’étendre le périmètre organisationnel, fonctionnel ou technique. Les besoins de cette catégorie répondent généralement aux périmètres de l’entreprise qui sont cœur d’activités 
  • Flexible : on répond à des réflexions en cours avec des contraintes d’évolution fortes et rapides afin de créer de nouveaux modèles d’affaire ou transformer tout ou une partie du modèle existant. Ici, on retrouvera plutôt tout ce qui se rapporte à l’innovation, l’essai de nouveaux concepts, l’usage de nouvelles technologies…

Au regard de ce découpage on comprend très vite qu’il est difficile de concilier ces besoins à l’aide d’un seul et unique mode de fonctionnement.

La structure qui les adresse doit ainsi s’adapter : une entité unique qui gère l’ensemble de son périmètre reste pertinente, mais la DSI doit proposer une couverture de services à plusieurs dimensions. Ainsi certains parlent d’une DSI bimodale. Mais est-ce suffisant pour adresser l’ensemble de l’écosystème digital ? Ce concept n’est-il pas une étape intermédiaire dans la transformation digitale ?

Quel que soit le secteur ou le positionnement dans la chaîne de traitement du service ou du produit, la DSI devrait être force de proposition. A ce titre, différents clients ont adopté une posture en ce sens :

  • Secteur « Retail » : mise en place d’une plateforme « customer centric » pour augmenter la réputation, les parts de marché et la satisfaction client
  • Secteur « Energy » : mise en place d’une organisation orientée « smart metering » et « data » capable de mesurer, modéliser et présenter les différentes données de l’entreprise afin de d’anticiper les modes de consommation de demain.
  • Secteur « Industry » : proposition d’une solution « IoT » permettant d’optimiser le plan de maintenance des machines-outils industriels (installation d’objets connectés pour de la maintenance préventive.

Au regard de ces exemples issus de grands groupes, il apparaît clairement que l’innovation et les nouvelles technologies sont créatrices de valeur. Il est désormais possible de s’inspirer de l’état de l’art afin de l’adapter à son propre contexte.

Par conséquent, dès lors que l’entreprise est convaincue de la nécessité d’investir sur le Digital, elle doit s’interroger sur trois axes fondamentaux :

  • Quelles sont les innovations ou nouvelles technologies qui fonctionnent (ailleurs) ?
  • Quelle pourrait-être la plus-value dans notre contexte ?
  • Comment l’adapter au sein de l’entreprise pour en tirer profit ?

Répondre à ces questions, permet à la DSI d’identifier les thèmes sur lesquels elle peut apporter une proposition de valeur à l’entreprise et donc aux clients finaux.

Dans cette démarche de réflexion, l’objectif est d’affiner le positionnement de la filière SI et l’organisation qui en découle.  Toutefois, pour profiter pleinement de ces plus-values il est nécessaire d’opérer cette transformation à l’échelle de toute l’entreprise.

Chronique réalisée par M'Hamed Ouazari et Benjamin Piger, consultants de la practice Stratégie SI du cabinet de conseil Magellan Consulting.

Innovation / Consommation