Le futur des plateformes collaboratives repose sur l’intégration, pas la concurrence

Si l‘enjeu pour les entreprises est de disposer d‘un système d‘information techniquement intégré, tâche est aux partenaires de développer les bons outils, souples, rapides, évolutifs et sécurisés.

Quatre lettres : GAFA. Google, Apple, Facebook et Amazon. Quatre géants qui bousculent notre quotidien de manière constante – que ce soit en tant que consommateur, citoyen ou professionnel. Ces entreprises partagent la même ambition : faire de la technologie, la réponse à une problématique. Alors que l’humain s’est longtemps adapté à l’innovation, aujourd’hui, l’innovation s’adapte à nos usages et nos besoins. La demande ne compose plus avec l’offre : c’est l’offre qui évolue en fonction de la demande.

Quand certains y voient une menace, d’autres y voient une opportunité. Dans cette course folle à l’innovation, ces géants ont emporté avec eux une myriade d’entreprises et de solutions technologiques qui changent radicalement nos comportements, d’abord dans la sphère personnelle puis au sein même de l’entreprise – les plateformes collaboratives en tête.

L’usage prime sur la technologie en tant que tel et le monde de l’entreprise l’a bien compris. A l’image d’un Facebook qui renforce sa position sur le segment entreprise avec Workplace, et qui répond ainsi à un besoin et un usage spécifique, le constat fait par les entreprises est le suivant : le fournisseur « tout-en-un-pour-tous-les-besoins » n’a plus sa place dans le monde de l’entreprise. Pourquoi ? Un fournisseur de technologie qui se concentre sur un domaine ou un usage spécifique, est capable de développer des solutions leaders dans leur catégorie. Du côté client, cela signifie plus d’innovations que s’il travaillait avec un fournisseur type « couteau suisse », qui intègre tout dans un portefeuille gigantesque de solutions. La proposition de valeur de ces derniers ne réside pas dans l’innovation mais dans leur capacité à proposer une collection d’outils qui composent un système utile et puissant.

La spécialisation est le nouveau Graal. Des entreprises comme Facebook avec Workplace ou encore Slack, deux acteurs qui mettent le social et la collaboration au cœur de l’entreprise, et qui sont capables d’offrir des fonctionnalités adaptées à un besoin spécifique.

Et c’est donnant-donnant ; si les clients obtiennent beaucoup plus d'innovation, ils sont bien plus satisfaits donc bien plus enclins à investir dans une suite de partenaires de confiance ; des partenaires travaillant sur une technologie assez malléable pour y intégrer différents socles et non les consolider comme on empile des briques.  

L’avantage pour les entreprises qui font appel à ces fournisseurs est indéniable. Pour les éditeurs de ces technologies, cela implique de modifier sa manière de faire du business. L’écosystème des plateformes BtoB doit repenser sa vision du marché et de la concurrence. Car finalement, nous ne pouvons plus opposer les outils, c’est la complémentarité qui prime. Les acteurs du marché n’ont plus d’autre choix que d’appliquer à eux-mêmes ce qu’ils développent chez leurs clients : la collaboration.

Mais seulement à une condition : développer des logiciels ayant une architecture assez agile pour y intégrer différents outils, de différents fournisseurs (qui pourraient être au nombre de cinq, 10, 20 applications différentes…) dans un même système, rendant le tout vertueux et simple d’utilisation.

Si l‘enjeu pour les entreprises est donc bien de disposer d‘un système d‘information techniquement intégré, tâche est aux partenaires de développer les bons outils, et donc souples, rapides, évolutifs et sécurisés.

Sean Ryan, le vice-président des partenariats de Facebook, s’est notamment adossé à des sociétés partenaires qui avait déjà gagné sa confiance dans le milieu de l’informatique pour fournir des services annexes, tels que le stockage de fichiers, la gestion de documents… D'autres géants, comme Apple l’ont bien compris, en cherchant également à approfondir leurs liens dans l'entreprise ; et ce, en exploitant les forces de différents fournisseurs comme IBM, Cisco, SAP et Deloitte…

Les clés de l’avenir sont donc dans la collaboration pour les géants, comme pour les petites entreprises avec une chose à garde en tête : la facilité d'intégration avec les systèmes actuels est véritablement le facteur le plus important dans le choix des nouveaux outils de collaboration.

« Moins de consolidation et plus d’intégration » : voici ce qui doit nous animer pour les prochaines années.

Stockage / IBM