Plus de compétitivité grâce au sens du toucher

L’utilisation de capteurs haptiques pour les robots industriels offre immédiatement plusieurs avantages concurrentiels importants. Grâce à leur potentiel d’automatisation élevé, ces capteurs augmentent l’efficacité de production et améliorent également les performances des processus déjà automatisés.

 Dans un monde global, les entreprises manufacturières ne sont plus seulement en concurrence au niveau local. Les grandes entreprises délocalisent les étapes de production simples vers les pays dans lesquels la main-d’œuvre est moins chère, mais, d’après une étude récente réalisée par l’Institut allemand du marché du travail et de la recherche professionnelle (IAB), les TPE et PME tentent quant à elles de plus en plus souvent de conserver leurs effectifs techniques et leurs sites de production dans leur pays d’origine. 

De ce fait, la pression pour trouver le rapport optimal entre le prix et la performance augmente. En Europe, une autre tendance complètement différente rend cette opération de plus en plus difficile : l’augmentation des coûts de la main-d’œuvre et la pénurie de techniciens qualifiés et compétents.

 

Automatisation des tâches de précision : une opportunité pour les moyennes entreprises

Le niveau actuel d’automatisation avancée des processus de production simples qui existe déjà en Europe, est un pas dans la bonne direction. Cela ouvre des perspectives pour les moyennes entreprises sur le marché mondial et offre aux marques une alternative intéressante à la délocalisation des sites de production vers les pays à bas coûts. Toutefois, pour les tâches qui nécessitent un haut niveau de précision, la sensibilité de la main humaine est depuis longtemps indispensable, ce qui peut être problématique quand justement le personnel qualifié se fait rare. Dans le même temps, au fur et à mesure que les cycles de production raccourcissent, les environnements de production sont de moins en moins standardisés et nécessitent des systèmes robotiques plus adaptables et plus intelligents.

 

Les capteurs de force/de couple comblent cette lacune car ils confèrent aux robots industriels le sens du toucher. Les bras robotisés munis de capteurs haptiques sont capables de percevoir la moindre résistance ou pression et cela signifie que les robots ne se cantonnent plus à effectuer des déplacements entre des points préprogrammés, mais qu’ils peuvent adapter leurs mouvements et s’adapter à leur environnement en temps réel.

 

Par exemple, si une application d’emballage est nécessaire pour placer des produits de taille standard, ayant exactement les mêmes dimensions, dans un carton lui aussi de taille standard, même si le carton n’est pas bien positionné, il suffit de préprogrammer les positions et mouvements correspondants dans le robot pour qu’il réalise ensuite exactement la même séquence indéfiniment. Cependant, la situation est radicalement différente si la tâche ne consiste plus à emballer des produits standardisés mais des produits de tailles différentes sur mesure, ce qui est de plus en plus souvent le cas. Dans ce cas, il est impossible d’avoir recours à des positions préprogrammées.

 

En revanche, les capteurs haptiques, qui ont la capacité de mesurer précisément la force, permettent aux robots de percevoir même la plus petite résistance au cours de chaque étape de travail et ils leur donnent le sens du toucher nécessaire pour adapter leurs mouvements en temps réel, ce qui en fait la solution idéale pour les applications telles que l’empilage et l’emballage d’objets ou de produits de dimensions et de poids différents. Cela signifie que les cycles de production courts peuvent facilement être automatisés sans avoir à reprogrammer le robot à chaque fois que la taille de l’emballage du produit change.

 

Les capteurs de force/de couple permettent donc d’utiliser des robots industriels pour les tâches de production pour lesquelles la sensibilité de la main humaine a toujours été indispensable, et ils aident les entreprises à augmenter leur efficacité et leur productivité même dans ces domaines, facteur déterminant pour pouvoir faire face à la concurrence locale et mondiale à l’avenir. Pour les entreprises, c’est un moyen de réagir à la demande croissante sans surcoûts importants.


De meilleures performances même sur les processus déjà automatisés  

Les capteurs de force/de couple à six axes ne font pas que contribuer à élargir les possibilités d’automatisation de processus qui étaient auparavant impossibles à automatiser. Ils aident également à améliorer les performances de processus déjà automatisés. Un bras robotisé qui navigue de manière rigide entre des points de repère prédéterminés est incapable de détecter des irrégularités dans la pièce ou sur la surface à usiner et d’y réagir de manière appropriée. Il réalise toujours le même mouvement, quoi qu’il arrive.

 

Cela peut conduire à des erreurs de fabrication qui persistent tout au long de la chaîne de création de valeur, et ce, jusqu’au client final qui fait une réclamation concernant le produit. Dans le pire des cas, cela peut même engendrer des arrêts de production, situation occasionnant des coûts disproportionnés pour l’entreprise et qu’il faut à tout prix éviter.

 

Ces scénarios peuvent être évités si l’on utilise des capteurs haptiques qui garantissent la précision et la qualité constante du processus de fabrication en évitant les erreurs coûteuses, le gaspillage de matériaux et les produits défectueux.


Temps d’intégration plus court des systèmes robotiques  

Comme pour toute autre technologie de fabrication, le temps d’intégration est toujours un facteur d’une importance capitale pour l’introduction d’un système robotique. En plus du coût de mise en œuvre et de l’augmentation de l’efficacité qui est obtenue, c’est un facteur décisif lorsqu’il s’agit de définir le retour sur investissement (ROI) et donc le niveau de réussite auquel l’entreprise peut s’attendre avec cette technologie.

 

Plus un système robotique est adaptable et flexible, plus il est facile à intégrer et plus vite il peut être rentabilisé et permettre de réaliser des bénéfices. Le sens du toucher obtenu avec les capteurs de force/de couple à six axes représente un gain significatif en matière d’adaptabilité des systèmes robotiques, ce qui signifie que davantage de lignes de production peuvent être automatisées en même temps. Le prix des capteurs n’est généralement pas un problème comparé aux bénéfices obtenus.

 

Il est possible de réduire encore plus le temps d’intégration en utilisant des capteurs de force/de couple livrés avec des progiciels préinstallés. Ces progiciels contiennent diverses applications industrielles standard orientées vers les exigences du secteur concerné. Ces applications complètes peuvent par exemple inclure l’insertion de connecteurs, le polissage ou la palettisation. Elles sont prêtes à l’emploi en 15 minutes à peine et ne nécessitent pas de connaissances poussées en programmation ni une expertise tierce coûteuse.  Ces progiciels intégrés réduisent nettement le temps de programmation du système robotique par l’utilisateur final et les intégrateurs système, ainsi que le coût total de possession du système, pour un retour sur investissement plus rapide sur le long terme.

 

En conclusion, l’utilisation de capteurs de force/de couple pour conférer aux bras robotisés le sens du toucher présente de nombreux avantages pour une entreprise. Ces capteurs permettent d’obtenir de plus hauts niveaux de compétitivité grâce à cette technologie qui permet d’automatiser des processus précis qui nécessitaient auparavant la dextérité humaine, d’améliorer les performances de tâches déjà automatisées et de réduire le temps d’intégration des systèmes robotiques grâce à une flexibilité accrue. Tout cela conduit à un retour sur investissement plus rapide et à une diminution des coûts de possession.

Autour du même sujet

Annonces Google