La Caisse d'Epargne se lance dans les Google Glass

Google Glass à la Caisse d'Epargne La banque lance une première app. Elle permet de prendre tout justificatif en photo, puis le transférer vers son coffre fort numérique. Objectif : faciliter la constitution des contrats.

Des projets numériques pleinement ancrés dans le réseau de distribution de la Caisse d'Epargne (groupe BPCE). Tel est le leitmotiv de la banque avec ses différents chantiers IT autour de la relation client. Une démarche incarnée par exemple dans la récente initiative du groupe d'introduire la signature électronique en agence (lire le dossier : Banque Populaire-Caisse d'Epargne déploie la signature électronique en agences). 

google glass 1
L'application de Caisse d'Epargne sera disponible dès le lancement des Google Glass, attendu d'ici la fin de l'année. © Google

Dans la droite ligne de cette stratégie, la Caisse d'Epargne a levé le voile hier sur une première app Google Glass. Baptisée MyDigitalSafe, elle permet très simplement de prendre un document en photo. Puis de transférer ses photos en Wi-fi (ou via son smartphone le cas échéans) vers son coffre fort numérique : un service que la Caisse d'Epargne met d'ailleurs déjà à disposition de ses clients via Internet. L'objectif ? Faciliter la constitution de demande de prêt, de contrat d'assurance, de constat en ayant la possibilité de prendre aisément des photos, en ayant les mains libres, sur un lieu d'accident... Ce service offre aussi la possibilité de dématérialiser tout document "pour l'archivage légal, les dossiers de demande administrative, pour se souvenir d'un prix dans un magasin", égraine-t-on à la Caisse d'Epargne.

Dématérialiser tout document pour ses demandes administratives

Nous avons pu tester l'app de la Caisse d'Epargne. Pour prendre la photo, il suffit d'un simple clic sur le pavé tactile dissimulé dans la branche des lunettes. L'opération est également possible par commandes vocales, mais uniquement en langue anglaise avec accent américain - qui est la seule à être pour l'heure reconnue par les lunettes. "Notre objectif avec ce projet est d'anticiper le lancement des Google Glass, qui devrait intervenir d'ici la fin de l'année, en travaillant à la fois sur la question des usages et de la sécurité", commente Pierre-Philippe Cormeraie, directeur de l'innovation et de la relation clients au sein de la direction de la stratégie des relations clients et de la distribution de BPCE.

Pour développer son application, la Caisse d'Epargne a fait appel à Alain Regnier, l'un des tous premiers développeurs d'applications Google Glass en France. Pour ce projet, il s'est appuyé sur l'API Glass Miror et le kit de développement fournis par Google autour de ses lunettes connectées. Grâce à sa carte de résident américain (Green Card), toujours valable, obtenue lors d'une précédente expérience aux Etats-Unis, il a pu acquérir la version développeur des Google Glass. Un produit qui n'est théoriquement diffusé qu'outre-Atlantique au sein des communautés de développeurs Google. "La gestion des droits de l'application est s'adossée au profil Google+ de l'utilisateur", explique-t-il. Un compte Google+ sera donc nécessaire. Et Alain Regnier d'ajouter : "Pour faire le lien entre l'app et son profil, il suffira d'être connecté à son compte Google avant d'aller sur une page web d'activation de la Caisse d'Epargne."

Le Crédit Mutuel Arkea s'est également positionné

google glass arkea
Le Crédit Mutuel Arkea propose déjà une application pour les Google Glass à certains de ses clients. © Crédit Mutuel Arkea

Pour l'heure, l'envoi de documents des Google Glass vers le Coffre fort n'est pas chiffré. "Mais nous envisageons le cryptage, et étudions les solutions possibles", confie Pierre-Philippe Cormeraie, avant d'insister sur le travail des équipes techniques de BPCE en matière d'urbanisation : "l'un de nos objectifs est toujours de construire des composants standard qui puissent être réutilisés éventuellement dans d'autres projets du groupe, y compris pour l'interne, si cela est pertinent". Quant au coffre fort numérique (qui est déjà utilisé par 300 000 clients de la Caisse d'Epargne), il s'adosse sur l'infrastructure du tiers de confiance Dictao.

La conférence de presse de la Caisse d'Epargne, qui vient concrétiser une volonté de positionnement sur les Google Glass dévoilée en janvier, intervient quelques semaines après une annonce du Crédit Mutuel Arkea. Cette banque avait indiqué début février mettre d'ores et déjà à disposition une app Google Glass aux clients de trois de ses fédérations (Crédit Mutuel de Bretagne, Crédit Mutuel du Sud-Ouest et Crédit Mutuel Massif Central)... en tous cas à ceux qui auront pu acquérir des Google Glass aux Etats-Unis. Son activation peut se faire par mail, à cette adresse : innovation@arkea.com. "Parmi les fonctionnalités proposées par le nouvel applicatif, les utilisateurs peuvent notamment géolocaliser le distributeur de billets ou l'agence bancaire la plus proche, contacter leur conseiller, ou consulter leurs comptes", indique Crédit Mutuel Arkea.

La consultation du solde envisagée par la Caisse d'Epargne

Permettre la consultation de son solde de compte depuis les Google Glass ? La Caisse d'Epargne y songe. "C'est une possibilité qui pourrait se révéler intéressante pour aider nos clients à décider d'un achat d'un gros montant en magasin. Il pourrait ainsi avoir la possibilité de connaitre l'état de leur solde immédiatement", commente Cédric Mignon, directeur du développement de la Caisse d'Epargne. Autre piste étudiée : décliner pour les Glass le service d'alerte par mail et SMS déjà proposé par la banque (informant le client notamment des opérations bancaires effectuées sur ses comptes). "C'est une demande souvent évoquée dans les focus groupe que nous organisons", confie Pierre-Philippe Cormeraie.

BPCE / Caisse d'épargne