La tablette Surface Windows 8 Pro : une alternative à l'iPad en entreprise ?

Microsoft a dévoilé sa propre tablette tactile Windows 8 taillée pour les pros. Elle dispose d'atouts pour les entreprises absents de l'iPad que les cabinets d'analyse ont bien soulignés, tout en émettant quelques réserves.

On n'est jamais mieux servi que par soi-même : Microsoft a donc décidé de fabriquer sa propre tablette, baptisée Surface. Elle se déclinera en deux modèles, dont l'un devra séduire les entreprises.

Si la version pensée pour le grand public tournera sous Windows RT et donc ARM, celle dédiée aux entreprises s'appuiera sur la technologie d'Intel (Ivy Bridge) pour, évidemment, faire tourner la licence Windows 8 Pro. La tablette Surface imaginée pour les professionnels pourra donc accueillir les applications fonctionnant sur Windows 7, contrairement à l'autre modèle.

 

Une tablette pensée pour les pros et signée Microsoft

Ce n'est pas la seule différence. Son processeur Intel va lui permettre de proposer un utile port USB 3.0. Cette version pro proposera deux fois plus d'espace de stockage (64 ou 128 Go), mais sera aussi plus lourde : 903 grammes, contre 652 pour le nouvel iPad et 676 pour la Surface Windows RT. D'après la fiche technique, la version ARM intégrera Office 2013 RT. Mais, ce ne sera pas le cas de la version pro de la Microsoft Surface, qui ne mentionne pas Office dans ses spécifications. Un stylet pourra aussi accompagner cette version entreprise. 

Les deux modèles de tablettes disposent toutes les deux d'un écran 10,6 pouces (soit un peu plus que l'iPad), et ne proposent que la connexion Wi-fi. Ils sont également équipés d'un clavier détachable.

Clavier, stylet, ports USB voire HDMI... La tablette Surface Windows 8 Pro propose donc nativement de nombreuses possibilités utiles en entreprise absentes de l'iPad. Autant d'atouts qui pourraient aider Microsoft à faire pénétrer les tablettes Windows 8 en entreprise. Mais, le meilleur argument de l'éditeur pour imposer son produit comme une alternative à l'iPad en entreprise reste l'environnement Windows proposé, connu des DSI et pensé pour eux – deux points sur lesquels Microsoft se démarque largement d'Apple.

 

Imposer un standard et tirer les prix vers le bas

D'ailleurs, l'analyste IDC Francisco Jeronimo n'a pas manqué de souligner que cette tablette "cible clairement les entreprises, là où Microsoft peut justement se différencier d'Apple et lui prendre des parts de marché". Pour Carolina Milanesi du Gartner, "Surface doit aussi redonner un côté sexy à Microsoft, et prouver que l'éditeur de Windows sait ce qu'il faut faire pour réussir dans l'ère post-PC." L'enjeu est donc, selon cette analyste, de taille.  

Selon Carolina Milanesi, Microsoft entend se passer des partenaires OEM pour mieux baisser les prix ou améliorer les caractéristiques techniques de son matériel. Pour elle cependant, la manœuvre vise moins à écouler d'énorme volumes de la tablettes qu'à imposer un standard, ce qui permettrait à Redmond "d'en vendre quelques-unes avec une belle marge", mais surtout de "pousser les partenaires OEM dans une concurrence qui fera baisser les prix".

Microsoft n'a pas donné de date précise de commercialisation pour ses tablettes Surface, mais a indiqué que la tablette ARM Windows 8 RT serait prête pour le lancement de Windows 8. La version taillée pour les entreprises doit, elle, sortir trois mois après, soit vraisemblablement début 2013, et donc pour le CES. Le prix devrait, à en croire Microsoft qui n'a pas donné de détails sur ce point-là non plus, concurrencer celui des ultrabooks, qui commencent à passer sous la barre des 800 euros.

Microsoft / Windows