L'Inde peut lire les messages chiffrés des BlackBerry

Le constructeur permet finalement aux autorités indiennes d'intercepter tous les messages chiffrés, envoyés ou transmis sur le territoire indien, transitant par son service RIM BlackBerry Messenger.

Après quatre mois de bras de fer contre le gouvernement indien, RIM a finalement cédé. Le constructeur du BlackBerry vient en effet d'autoriser les autorités indiennes à pouvoir intercepter à tout moment les messages chiffrés transitant par ses serveurs RIM BlackBerry Messenger (les services BES et BIS sont tous les deux concernés).

Concrètement, un serveur situé à Mumbai a été mis à la disposition des autorités indiennes pour leur permettre d'intercepter tous les messages envoyés par les utilisateurs indiens de smartphones BlackBerry, ou qui leur sont adressés depuis l'étranger. "Le serveur a été inspecté par une équipe des agences de sécurité. Des tests sont effectués pour s'assurer de son efficacité. La permission nécessaire pour lier directement les services BlackBerry Messenger aux opérations légales d'interception doit être effective sous peu", a indiqué une source officielle citée par The Economic Times.

En acceptant de se plier aux exigences du gouvernement indien, RIM fait une entorse à sa politique de préservation de la confidentialité des données transitant par ses services. Pour autant, le spectre d'une interdiction totale, dans des conditions de marché déjà difficiles pour RIM, a sans doute été jugé trop grave pour qu'un tel risque soit pris par le groupe. Le département indien des télécommunications a également lancé à l'encontre de Nokia une procédure similaire, mais on ne connait pas encore la réaction de ce dernier.  

Serveurs / RIM