Réseau Social d'Entreprise : un ROI difficile à entrevoir

A peine 25% des organisations interrogées par Knoweldge Consult / EM Lyon indiquent que le RSE accroît la performance opérationnelle. Plus de la moitié utilise cependant un tableau de bord pour suivre l'audience et l'activité.

Lentement mais sûrement, le réseau social d'entreprise (RSE) commence à occuper une place stratégique au sein du système d'information des entreprises. C'est en tout cas ce qui ressort de l'enquête "Les RSE sans complaisance" menée par le cabinet Knowledge Consult et l'Ecole de Management de Lyon (EM Lyon) transmise en exclusivité au JDN. 55% des organisations publiques et privées ont intégré un RSE. Un taux qui monte à 71% dans les grandes organisations.

Une intégration qui ne s'accompagne pas en revanche nécessairement d'une substitution de l'intranet par le réseau social d'entreprise. Plus des trois-quarts des répondants (78%) indiquent en effet que le RSE n'a pas remplacé ou réduit l'utilité de l'intranet.

Parmi les solutions les plus fréquemment mises en œuvre par les 55 entreprises et organisations publiques consultées par Knowledge Consult / EM Lyon (dont Michelin, Air France KLM, Bouygues Telecom, Canal+, SEB, Sanofi et La Poste), force est de constater que les offres hexagonales tiennent la corde.

Les solutions françaises de RSE tiennent la corde

blueKiwi est ainsi implémenté huit fois contre sept fois pour Jive. Suivent ensuite Jamespot (cinq implémentations), SeeMy (cinq implémentations), Yoolink Pro (quatre implémentations) et SharePoint (quatre implémentations).

Parmi les principaux leviers mis en avant pour justifier la mise en place d'un RSE, arrivent en tête le moyen de développer le travail collaboratif, de partager des informations et de mettre en commun les connaissances. Des objectifs cependant loin d'être atteints.

Car le retour sur investissement du réseau social d'entreprise n'est pas clairement détaillé pour un tiers des organisations. Si un quart des répondants estime qu'il a permis d'augmenter la performance opérationnelle des collaborateurs, seule une minorité (un peu plus de 10%) affirme que le RSE a effectivement  permis de développer le partage d'informations et d'améliorer la collaboration.

Les principales critiques ou griefs des entreprises vis-à-vis des RSE ? Ils sont très souvent considérés comme étant "un outil de plus" venant se greffer à une liste à rallonge de solutions déjà implémentées. Leur aspect chronophage est aussi reproché, tout comme une difficulté pour les collaborateurs de changer leurs habitudes pour en tirer pleinement parti.

L'enquête de Knoweldge Consult / EM Lyon donne également un aperçu de la ventilation du budget d'un projet RSE type : coût de la solution (38%), support (24%), communication pour le lancement (15%) et, enfin, formation (15%). Par ailleurs, 54% des entreprises ont mis en place un tableau de bord pour fournir des indicateurs de mesure d'audience, de fréquentation et de suivi d'activité sur le RSE. Pour une grande majorité via les statistiques fournies par le logiciel RSE voire, mais beaucoup plus rarement, par le biais d'outils tiers.

Réseau social d'entreprise / Bluekiwi