Des résultats d'analyse via un FTP sécurisé

Assurer la confidentialité des informations de résultats d'analyses était le point de départ du projet. Au final, la dématérialisation a permis une réduction des coûts considérable.

Le laboratoire d'analyse de biologie médicale Pasteur Cerba emploie aujourd'hui 500 personnes sur un seul site, situé en région parisienne.

"Les laboratoires de ville et les hôpitaux nous transmettent les analyses qu'ils ne font pas comme la trisomie 21 en pré natal, ou des analyses sur des souches virales et bactériologiques spécifiques ", évoque Serge Payeur, DSI de Pasteur Cerba. La laboratoire effectue 15 000 analyses par jour, et les résultats doivent être communiqués rapidement aux clients, aux hôpitaux et aux laboratoires.

Jusqu'en 2006, Pasteur Cerba transmet les résultats des analyses par courrier ou par fax, mais des problèmes de confidentialité se posent puisqu'il n'est pas possible de s'assurer que seule la personne habilitée à recevoir les résultats sera celle qui recevra le document. Une problématique d'importance qui demande alors de trouver des solutions autres que ce système pour assurer la confidentialité des informations.

"Il fallait trouver des solutions alternatives pour transmettre les résultats dans un souci de réduction des coûts, de réactivité et de sécurité ", explique Serge Payeur. La première piste explorée est celle de l'EDI, une technologie et des protocoles très appréciés des acteurs médicaux. Mais chaque client doit alors se doter d'une interface spécifique et payer une licence.

Le niveau de satisfaction des clients du laboratoire est lui de 90%

Par ailleurs, la culture du papier reste forte dans ce secteur, et Pasteur Cerba fait appel à la société DPII, qui était déjà le prestataire fax du laboratoire, pour concevoir une solution qui permette au client d'imprimer les résultats d'analyses en accédant à un serveur installé chez DPII, où ils sont temporairement stockés de manière chiffrée.

Concrètement, le client installe un module client FTPS (FTP sécurisé et chiffré). Il se connecte via un login et un mot de passe au serveur, et imprime le fichier PDF de résultat d'analyse dont il a besoin. "L'installation du module est très simple, et nos responsables régionaux peuvent intervenir en cas de souci pour le paramétrer ", assure Serge Payeur. Le poste sur lequel est installé le module est sécurisé par le client lui-même en fonction de ses besoins. Au niveau du laboratoire enfin, la DSI a mis en place une architecture dédiée pour envoyer chez DPII les résultats d'analyses.

"Depuis 2006, nous avons eu quelques interruptions de service dont les responsables étaient les prestataires télécoms, mais c'est assez léger, soit deux à trois fois par an pour une panne de 15 minutes", détaille le DSI du laboratoire. Du côté de DPII, Pasteur Cerba n'a eu à déplorer qu'une panne en trois ans de service. Un moindre mal au regard des 50 000 fichiers qui transitent mensuellement par le système.

Le niveau de satisfaction des clients du laboratoire est de 90%. Le modèle économique convient particulièrement bien à Pasteur Cerba, qui ne vend pas cette prestation à ses clients, et qui se fait facturer le service par DPII au fichier envoyé, soit 0,19 €, en lieu et place des 0,96 € nécessaires à l'envoi par courrier du même document.

Prochaine étape pour la DSI, la mise aux normes de ce service de dématérialisation vis-à-vis de la loi du 15 mai 2007, qui stipule que toute personne qui se connecte à des données médicales nominatives doit le faire avec une carte CPX, délivrée par le Ministère de la Santé. Cette carte nominative à authentification forte doit permettre de remplacer le login/mot de passe par un code Pin.

 

Dématérialisation / Cas utilisateur