Le vendeur d'armes Mitsubishi Heavy Industries piraté

Au Japon, 10 sites industriels dédiés à la défense et l'armement ont fait l'objet d'attaques informatiques. Des trojans ont infecté les systèmes. Mitsubishi enquête.

Le plus gros vendeur d'armes au Japon, Mitsubishi Heavy Industries, s'est fait piraté. La filiale de Mitsubishi a déclaré que l'attaque a entraîné l'infection de 10 de ses sites au Japon. Son usine de fabrication de sous-marins, à Kobe, et son centre de Nagoya, qui fabrique des pièces pour les missiles, ont notamment été contaminés.

Selon le Daily Yomiuri, 45 serveurs et 38 ordinateurs ont été infectés par huit types de malwares différents, dont des chevaux de Troie. "Nous ne pouvons pas exclure la possibilité d'une fuite de petites informations, mais les données cruciales sur nos produits ou technologies ont été conservées en lieu sûr ", a voulu rassurer un porte-parole de Mitsubishi.

Les intrusions ont été détectées mi-août. Elles font encore l'objet d'une enquête. Un rapport est attendu d'ici la fin du mois.

En mai dernier, deux autres acteurs importants de la défense ont dû admettre s'être fait piraté. Lockheed Martin et L-3 Communications ont déclaré qu'ils avaient chacun fait l'objet d'attaques qui s'étaient appuyées sur des données volées suite à la spectaculaire intrusion dans les systèmes de RSA / SecuriD.  

Virus / Pirate