Oracle, la boulimie

siège d'oracle vu du ciel
Siège d'Oracle vu du ciel © Google Maps / Montage Benchmark Group

L'appétit d'Oracle pour les acquisitions encourage aisément à la spéculation. Avec des milliards de dollars dépensés en rachat d'entreprises, le géant des bases de données figure souvent au cœur des rumeurs, dont notamment celle d'un rachat du français Business Objects, voire même de SAP ou de Sun en 2003.

C'est finalement l'allemand SAP qui mettra la main sur le spécialiste de la BI. Oracle ne sera pas pour autant demeuré inactif. Et sur un marché agité par la spéculation et la concentration, l'éditeur se laissera séduire par Hyperion.