IPv6 Day : un test réussi, et après ?

Le temps d'une journée test, plus de 400 sites Web parmi lesquels Google, Facebook ou Yahoo! sont passés à IPv6. Si l'opération s'est bien déroulée, l'aventure vers le nouveau protocole ne fait que commencer.

Annoncé en janvier dernier, le World IPv6 Day lancé par l'Internet Society s'est finalement déroulé sans embûche, malgré la menace d'attaques par déni de service qui planait autour.

Pendant 24 heures, 400 sites Web parmi les plus connus et fréquentés de la planète (Google, Facebook, Yahoo !, Bing...) étaient accessibles non plus sous IPv4, le protocole qui permet d'utiliser un nombre théorique de 4,2 milliards d'adresses IP différentes pour gérer l'adressage des serveurs Web, mais via IPv6. Ce dernier étendant leur nombre théorique à 340 milliards de milliards de milliards de milliards.

"Nous avons vu 1 million d'utilisateurs accéder à notre site en utilisant IPv6 ", a ainsi fait savoir Donn Lee, ingénieur réseau senior chez Facebook. "Nous sommes heureux de n'avoir pas vu augmenter le nombre d'utilisateurs appelant au-secours notre centre d'aide. Nous estimons que 0,03% des utilisateurs ont pu rencontrer quelques difficultés comme des ralentissements d'affichage de pages".


Un bilan positif chez Google comme chez Facebook

Même satisfecit du côté de la firme de Mountain View. "Nous avons supporté un trafic IPv6 supérieur de 65% à ce qu'il est habituellement, sans avoir perçu de problèmes significatifs qui auraient pu aboutir à l'arrêt de la fourniture de nos services en IPv6 ", a indiqué Lorenzo Colitti, chef de projet IPv6 chez Google.

 

Un changement impératif pour être en mesure de bénéficier de gains de performance et de rapidité

 

Si cet essai de migration vers IPv6 a été transformé, il reste cependant à gagner le match du changement d'adressages non plus pour quelques centaines de sites Web mais pour, selon les derniers chiffres Netcraft de mai 2011, 320 millions de sites Web. Avec à la clé le volume de terminaux auxquels une adresse IP peut être rattachée (ordinateurs, smartphones, tablettes, consoles, voire d'autres objets communcants...).

Si cette bascule temporaire d'IPv4 vers IPv6 a surtout concernée les sites américains, la France ne s'est pour autant pas désintéressée de la question. Ainsi, juste après ce teste grandeur nature, le ministre pour l'Economie numérique Eric Besson a indiqué la tenue en juillet prochain d'une réunion visant à faire le point sur l'adoption de ce nouveau protocole dans les plus brefs délais.

Parmi les principaux acteurs invités à cette rencontre, on retrouve les principaux opérateurs télécoms et fournisseurs d'accès mais également "la communauté technique et industrielle de l'Internet en France".

Google / Facebook