Christophe Carel (Nerim) "Nous allons nous positionner en 2010 sur le dégroupage"

Alors qu'il vient de racheter Sivit, Nerim semble traverser la crise sans encombre. Pour 2010, il compte renforcer ses offres d'hébergement, de ToIP et de dégroupage.

Quelles activités ont le mieux marché pour vous en 2009 ?

L'activité qui s'est très bien développée, comme en 2008, est la vente de connexions SDSL. C'est notre fer de lance. Les PME ont enfin compris que l'ADSL était davantage réservé aux particuliers et aux TPE / professions libérales et qu'elles avaient besoin de solutions qui leur étaient adaptées. Il y a eu un véritable essor sur ce type de technologie et c'est tant mieux. Une fois que la technologie SDSL est rentrée dans une PME, on peut ensuite installer des solutions de téléphonie sur IP, de type Centrex par exemple, ce qui est source d'économies.

Cette année, nous avons également connu un essor de notre offre Nerim Collect, service destiné aux opérateurs et FAI. L'arrêt de la commercialisation par Telecom Italia France d'un service identique nous a permis de récupérer un certain nombre de clients, notamment au premier trimestre.

L'hébergement aussi a connu un développement soutenu même si cela ne représente pas encore un volume très important pour nous. Nos salles sont pleines, nous avons pris un an d'avance sur nos prévisions. C'est cela qui nous a incités à acquérir la société Sivit. Cette année, nous aurons une croissance à deux chiffres.

Justement, par rapport à Sivit, quels sont les bénéfices que vous tirez de ce rachat ?

Nous avons racheté un acteur dont les offres sont très complémentaires aux nôtres. Sivit propose par exemple des services élaborés en matière d'infogérance de serveurs, ce qui n'est pas notre cas. Sivit possède 5 000 clients, pour un chiffre d'affaires 2008 de 2,3 millions d'euros et un chiffre d'affaires prévisionnel 2009 de 2,8 millions d'euros. Qui plus est, Sivit jouit d'une très bonne réputation sur le marché. 

Tout cela nous a encouragé à réaliser cette opération. Notre chiffre d'affaires "hébergement" était jusqu'à présent compris entre 400 000 et 500 000 euros. Nous comptons fortement développer ce segment là dans les années qui viennent.

Quelles sont vos perspectives pour 2010 ?

Nous estimons que nous dépasserons les 20 millions d'euros de chiffre d'affaires. Comme je le disais, nous allons pousser les offres d'hébergement et le cross-selling entre les deux bases. Nous comptons aussi sur notre offre de ToIP et notre offre SDSL pour développer nos ventes de manière significative. Nous pensons que, sur 2010, l'offre de ToIP va se vendre autant que les offres SDSL.

Nous allons par ailleurs nous positionner sur le dégroupage. Nous avons déjà dégroupé quelques NRA en cette fin d'année 2009. Nous déciderons en 2010 quel sera le plan d'action sur les autres NRA. Nous pourrons ainsi faire du SDSL 20 Mbits, ce qui intéresse beaucoup les PME qui ne veulent pas aller sur la fibre, cette dernière restant beaucoup plus chère. Pour 1 500 euros par mois en SDSL 20 Mbits, la fibre peut ainsi coûter 5 000 euros par mois pour des débits similaires mais, bien entendu, tout dépend de l'endroit où on est situé.

 

Pour fêter ses 10 ans, Nerim sort une offre ADSL spécifique pour les clients qui l'ont fait connaitre et naître à ses débuts, des clients plutôt technophiles, très axés logiciels libres. Cette offre, Nerim Root, est un pack ADSL dont la spécificité est d'incorporer en standard un serveur VDS. Cette offre, limitée en nombre d'abonnés et dédiée aux abonnés, est proposée à 24,90 euros TTC (http://root.nerim.net/).

Telecoms 2.0 / PME