Le nouveau business de la digitalisation de la sécurité privée

Des start-up comme Guarding ou Trustify utilisent le digital pour révolutionner le marché de la sécurité privée.

"Alerte ! Activité inhabituelle devant votre domicile". C’est, en cas de problème, ce que les interphones connectés de la start-up américaine Ring proposent : prévenir leurs utilisateurs en leur envoyant une notification sur leur smartphone.

La sécurité privée, en France, qu’est-ce que c’est ?

La notion de marché de la sécurité (ou sûreté) regroupe, de manière non exhaustive, les activités de sécurité électronique (alarme, contrôle d’accès, vidéosurveillance, télésurveillance), de surveillance humaine, de sécurité intérieure de l’État, de cybersécurité, de transport de fonds, de sécurité incendie et de protection de l’individu au travail.

Ce marché – dont la surveillance humaine serait la première activité - représente 170 000 emplois (contre 100 000 il y a 10 ans) soit davantage que la police nationale et génère un chiffre d’affaires de plus de 20 milliards d’euros en 2014, soit une progression de 3,2 %. Une progression moyenne de presque 4% qui devrait se poursuivre d’ici à 2016.

En dépit d’une croissance trois à quatre fois plus rapide que le reste de l’économie sur les vingt dernières années, l’accès aux prestations de sécurité est longtemps resté l’apanage de certains habitués (entreprises ayant historiquement des demandes pour la sécurisation de site ou matériel sensibles).

C’est face à des besoins qui se sont diversifiés et accrus : multiplication de grands événements, besoin de protection de grands sites, de grandes entreprises, que le marché des entreprises privées a pu se développer.

En 2012, à l’occasion des Jeux Olympiques de Londres, l’entreprise britannique G4S (numéro 1 mondial du marché de la sécurité privée) avait eu la charge de déployer ses agents pour assurer la surveillance. Lors d’autres grands évènements tel que l’Euro 2016 en France les entreprises du secteur privé ont une nouvelle fois été sollicitées.

Si les chiffres de l’insécurité restent plutôt stables, (en 2016, 14,9%des personnes de 14 ans ou plus déclarent qu'il leur arrive de se sentir eninsécurité à leur domicile) et même si une large majorité de la population fait  toujours confiance aux forces de l’ordre, Claude Tarlet président de l’Union des entreprises de sécurité privée (USP), principal syndicat de la profession, ne manque pas de préciser :  "Après chaque attaque terroriste, il y a un pic de la demande, cette hausse est rapidement retombée après 'Charlie', mais pas depuis le 13 Novembre." Date à laquelle "la demande en agents a bondi de 8 à 10 %."

Depuis les attentats du 13 novembre, les agents de sécurité ont fini de s’installer dans l’espace public et leur sollicitation par le plus grand nombre est désormais possible.

Que ce soit dans les commerces, grandes surfaces, bureaux de grandes entreprises, entrepôts, usines, expositions, hôtels, parking, ou dans le paysage médiatique, les agents de sécurité privée sont partout.

Comment cette demande se formalise-t-elle ?

Les nouvelles technologies permettent l’utilisation d’outils adaptés et efficaces pour répondre à cette nouvelle demande (vidéo-surveillance, plateforme, big data…). D’aucun, en particulier parmi les starts-up,  proposent déjà de mettre en avant la technologie, pour faire face à ces nouveaux défis.

Jean-François Pillou, entrepreneur et influenceur Français, fondateur du site Comment ça Marche, propose ainsi de disrupter et uberiser la lutte contre le terrorisme. Dans un appel posté sur son fil Facebook il évoque notamment le besoin d’initiatives privées portées par des instances gouvernementales.

"Prenons l'exemple de l'application 'Sécurité' de Facebook, c'est un bel exemple, mais suis-je le seul à être mal à l'aise à l'idée que Facebook en soit à l'initiative, aussi soudainement. N'est-ce pas le rôle des Etats que de protéger leurs citoyens ? Les données collectées ne seraient-elles pas plus utiles dans les mains des instances de lutte contre le terrorisme ? A mon humble niveau j'ai déjà eu quelques idées en un week-end, alors j'imagine que des milliers de personnes dans le monde peuvent en avoir tout autant. Si une seule de ces idées pouvait sauver des vies, cela vaut le coup d'être tenté. Je lance donc l'idée de monter un incubateur ou des fonds visant à soutenir des startups prêtes à "uberiser" la lutte contre le terrorisme, en espérant que cette bouteille à la mer sera lue par un membre du gouvernement,car ce type d'initiative ne peut être porté que par des instances gouvernementales", selon un texte tiré des Echos.

Cette logique de coproduction veut changer la donne.  Il s’agit de passer d’une culture où l’Etat a le monopole de la sécurité à un modèle coopératif basé sur la participation des acteurs privés (échanges d’informations, formations…). La force publique peut alors se recentrer sur un certain nombre de missions laissant un marché qu’il convient au législateur de réguler.

La surveillance humaine en plein boom, les métiers de proximité se proposent désormais en un clic

C’est une révolution qui inquiète les entreprises traditionnelles du secteur de la sécurité privée, comme le confie Franck Bravo (gérant de la société Abscisse sécurité système) pour le Journal du Net : "Nous avons peur qu'une jeune pousse crée un jour le produit à deux sous qui séduira les particuliers et même les professionnels."

Par exemple, les entreprises traditionnelles du secteur de la sécurité électronique ont pu voir leur activité muter complètement avec l’arrivée des objets connectés.

La démocratisation de ce type de matériel rend possible l’auto-surveillance. Alors que la demande est florissante du côté des promoteurs immobiliers, cette nouvelle habitude de l’utilisateur d’être directement connecté à sa maison via son smartphone bouleverse les pratiques.

Ces jeunes pousses qui prétendent ubériser le marché de la sécurité privée se font déjà entendre.

C’est notamment le cas de Guarding, qui met l’accent sur sa différence : Guarding n’est pas une société de sécurité mais "une plateforme de mise en relation directe entre les agences et vous", promet son site internet. Le principe est simple, s’il faut avoir créé un compte client, l’indication du lieu, de l’heure et du type de l’événement, suffisent pour se voir établir une tarification.

On a testé : une demande de réservation d’un agent, pour 4 heures, un vendredi soir, pour couvrir une soirée ou des bâtiments de bureaux nous coûterait 143€ TTC.

Une fois le paiement validé, la réservation est finalisée et envoyée aux services de Guarding qui vont alors s’occuper de faire "matcher" un profil d’agent de sécurité.

Guarding aspire à créer une "relation de gagnant-gagnant" en permettant à l’agent une gestion optimale de son planning et au client de minimiser ses démarches en évitant les intermédiaires.

D’autres entreprises tentent également leur chance dans le marché de la protection rapprochée.  C’est le cas de Guardio, start-up qui sélectionne des prestataires et agents et les met en relation, selon leur profil et leur localisation, avec des entreprises et des commerçants.

Quant à Trustify, une application pour smartphone créée en février 2015, elle attaque le secteur des détectives privés. Elle met en relation des détectives privés et des clients, selon leur géolocalisation et le type de services recherchés (adultère, vérification de la sécurisation de ses enfants, localisation d’une personne, vérification des antécédents d’une personne, enquête en matière de fraude, diagnostic de sécurité, client mystère). L’adresse et le besoin permettent de faire ressortir une liste de détectives préalablement référencés (environ 2000).

Cette ubérisation repose sur la mise en relation numérique et géolocalisée d’une offre et d’une demande.

La capacité de cartographier la présence d’agents de sécurité privée et leur disponibilité sur le territoire ou une zone géographique donnée, est le défi essentiel de ces nouvelles entreprises qui se construit par le big data.

Ce nouveau paradigme impose déjà un nouvel horizon dans lequel, comme dans toute thématique d’uberisation, émerge alors la question de la régulation.

Le secteur de la sécurité privée, n’échappe pas à la règle et devra certainement répondre à des séries d’analyses, sur son économie, sa régulation et son système d’information.

IoT

Annonces Google