Stephan Tual (Slock.it) "Nous avons collecté 150 millions de dollars en 2 semaines sur Ethereum"

Pour financer son projet, un spécialiste français d’Ethereum a créé un outil de collecte de fonds sur la blockchain qui a dépassé ses attentes.

Stephan Tual. © Slock.it

JDN. Vous avez créé un système basé sur Ethereum permettant d'organiser des collectes de fonds pour des projets liés à la blockchain et l'IoT. Expliquez-nous le principe.

Stephan Tual. Je participe au projet Ethereum depuis le début, il y a deux ans et demi. Je me suis rapidement demandé quelle était la "killer app" d'Ethereum et de la blockchain et j'en suis arrivé à la conclusion qu'il s'agit de l'Internet des Objets. L'idée m'est donc venue de créer un réseau dédié aux objets connectés sur la blockchain pour réaliser des économies d'échelle. Mais nous voulions le faire financer par ceux qui s'y intéressent tout en les récompensant pour leur soutien... Nous avons donc eu l'idée de créer une DAO (Decentralized Autonomous Organization, NDLR), une organisation totalement décentralisée sur la blockchain et avec laquelle personne n'aurait plus d'avantages que d'autres.

 

Concrètement, comment fonctionne cette DAO ?

Les internautes achètent des tokens qui leur donnent des droits de vote au sein de la DAO. L'organisation financera des projets liés à la blockchain et l'IoT comme elle le souhaite. Nous n'avons par exemple aucune garantie que notre propre projet, Slock.it, reçoive des financements ! La DAO ne prend pas de part au capital de la société qu'elle finance. Mais les revenus issus des projets financés seront partagés proportionnellement à l'investissement d'origine sous forme d'Ether aux membres de la DAO.

C'est plus intéressant que Kickstaster car il n'y a pas de commission, cela fonctionne dans tous les pays et génère des plus-values. Du côté des porteurs de projets, cela permet de booster les expérimentations : quand la DAO investira dans un projet, ses membres vont en faire la publicité.

 

Ce projet a rencontré un grand succès…

Les financements se sont envolés à 150 millions de dollars en deux semaines, depuis 19 000 adresses Ethereum. Les internautes ont encore jusqu'au 28 mai pour y investir.

 

Est-ce qu'une DAO pourrait potentiellement entrer au capital d'une start-up ?

Ce ne serait pas légal aujourd'hui. J'en ai d'ailleurs parlé dans un groupe de travail à l'Assemblée nationale. Il ne faut absolument pas rater le coche de la blockchainisation et encourager dès maintenant le développement de projets en France.

 

J'imagine que vous allez faire une proposition à la DAO pour demander un financement pour votre propre projet ?

Nous allons effectivement demander des fonds pour créer des produits et services dans le cadre d'un réseau de partage universel, pour pouvoir se prêter des objets sans avoir à payer de commission à un tiers comme Airbnb. Par exemple, pour ouvrir une voiture, un appartement, le cadenas d'un vélo, échanger une imprimante 3D… La DAO gagnerait des tokens d'Ether sur chaque transaction intermédiée par les "ethereum computers" qui parleront avec les objets intelligents.

 

Puisque la DAO gagne de l'Ether sur chaque transaction, il y aura tout de même une commission, comme sur Airbnb…

Oui, mais elle serait de l'ordre de 1% de la transaction, contre environ 20% pour Airbnb. Et Slock.it ne prendra même pas de commission.

 

Comment dans ce cas monétiserez-vous Slock. It ?

En parallèle du réseau universel, nous déploierons des applications pour des clients divers en tant que fournisseur de services. Nous le sommes déjà aujourd'hui, par exemple pour la société d'énergie RWE, qui déploie un système de bornes de chargement pour les véhicules électriques.  On travaille avec Samsung sur la plateforme de développement Artik, avec Ubuntu sur son application IoT…

 

"Nous voulons faire de l'ombre à Airbnb"

Combien voulez-vous lever ?

Nous ne savons pas encore précisément, mais sans doute plusieurs dizaines de millions. Nous voulons faire de l'ombre à Airbnb, donc miser gros en marketing…

 

Vous dites qu'énormément de gens se sont intéressés au modèle de DAO… Pourquoi le modèle séduit autant, selon vous ?

Pour tous les entrepreneurs qui en ont marre des VC, la DAO est la solution. Le réseau est une communauté active d'early adopters, qui vont être les premiers clients, aider le projet pour le marketing… Grâce aux multiples projets financés, la DAO sera aussi une constellation de start-up travaillant sur le même créneau et expertes dans la blockchain et l'IoT.

 

Quel est votre calendrier ?

On espère lancer le réseau universel de partage d'ici deux ou trois ans avec une trentaine de personnes dans l'équipe – nous sommes cinq aujourd'hui. Notre objectif : remplacer Airbnb, une partie d'Uber, permettre de partager une imprimante 3D, des moyens de production… Cela pourrait créer une nouvelle économie avec  un système complètement décentralisé.

 

Serial-entrepreneur, Stephan Tual est le fondateur et COO de Slock.it. Il a aussi été cto dans plusieurs sociétés spécialisées dans l'analyse de données à Londres.

Et aussi :

 

IoT / Blockchain