Amazon, l'ombre qui relance les méga-OPA aux Etats-Unis

Amazon, l'ombre qui relance les méga-OPA aux Etats-Unis Selon le WSJ, l'opérateur de pharmacies CVS aurait fait une offre sur l'assureur santé Aetna, qui le valoriserait 66 milliards de dollars. La menace d'Amazon, qui vient d'obtenir des licences pour distribuer des médicaments dans plusieurs Etats, incite aux rapprochements dans la santé.

Après la grande distribution, lorsqu'il a annoncé racheter Whole Foods pour 13,7 milliards de dollars en juin dernier, Amazon fait maintenant trembler le secteur de la santé. Le Wall Street Journal a révélé que CVS, une des plus grosses chaînes de pharmacie du pays, avait fait une offre à plus de 200 dollars par titre sur l'assureur santé Aetna. Cela représente une prime d'au moins 25% sur le niveau du titre jeudi et valoriserait le groupe 66 milliards de dollars, soit la plus grosse OPA de l'année aux Etats-Unis. Depuis le 1er janvier, le marché des M&A est en léger retrait par rapport à un exercice 2016 certes très actif, en baisse de 8% à 2 600 milliards de dollars. Il s'agirait d'une des plus importantes opérations dans la santé dans le Top 5 historique aux côtés de l'OPA de Sanofi sur Aventis, pour 66 milliards de dollars en 2004, selon Dealogic.

"Pour contrer le rouleau compresseur Amazon, CVS a fait un choix risqué"

Cette rumeur tombe à point nommé : jeudi, le cours de CVS avait chuté de 5% lorsqu'un autre média, le St-Louis Post-Dispatch, avait révélé qu'Amazon avait reçu des licences pour la distribution de médicaments dans au moins une douzaine d'Etats américains. Cela faisait déjà plusieurs mois que les analystes de Wall Street anticipaient que la santé serait le prochain secteur que le géant de Seattle chercherait à disrupter. La hausse exponentielle des prix et la complexité du système de santé américain en font un terrain de chasse idéal pour le groupe de Jeff Bezos, qui pourrait brader les prix et chercher l'optimisation de ce business model, quitte à rogner sur ses marges pendant une période.

Pour contrer le rouleau compresseur Amazon, CVS a donc fait un choix risqué, qui pourrait encore alourdir sa dette nette de 25 milliards de dollars à fin juin. Mais en fusionnant avec un assureur santé comme Aetna, il créerait ainsi un fournisseur de services médicaux complet, qui aurait à la fois une taille critique pour négocier les prix des médicaments auprès des laboratoires pharmaceutiques, les distribuer et assurer les clients pour qu'ils puissent les acheter.

Si le titre CVS a retrouvé des couleurs après ces rumeurs, celui d'Aetna a gagné 12% mais est resté sous le seuil des 200 dollars, signe que les investisseurs sont encore prudents sur un possible deal. En outre, il y a encore loin de la coupe aux lèvres car les autorités antitrust, échaudées par les hausses de prix des médicaments, veillent. Les opérations dans le secteur ont déjà subi un feu rouge de la part du régulateur US : l'offre des pharmacies Walgreens sur son concurrent Rite-Aid pour 9,4 milliards de dollars, a été bloquée par la Federal Trade Commission cette année. Aetna a de son côté perdu encore plus de temps puisque son offre de rachat sur Humana pour 37 milliards de dollars présentée à l'été 2015 a été retoquée en février dernier !

En jetant son dévolu sur Aetna, CVS évite ainsi de mettre la main sur un concurrent direct qui ferait tiquer le régulateur, et pourrait créer un acteur d'envergure sur toute la chaîne de la santé, capable de résister à Amazon s'il se lançait dans la course. Le chemin paraît complexe et semé d'embûches, mais il semble essentiel à la survie de CVS à terme.

Article originel publié sur WanSquare par Anne-Laure Peytavin le 27/10/2017.

Offre découverte : WanSquare gratuit pendant 1 mois

WanSquare, média dédié aux coulisses de l’économie et de la finance, s’adresse à tous ceux qui veulent aller plus loin dans le décryptage de l’actualité économique. Paramétrable en fonction de ses besoins, Wansquare délivre en temps réel des informations exclusives et non-conformistes. Profiter de l’offre.

Annonces Google