Mobilité : cinq tendances qui vont influencer l’éducation en 2018

Dans les écoles et les universités, l’innovation mobile s’avère aujourd’hui incontournable pour améliorer les opérations, répondre aux besoins du personnel et des étudiants, favoriser de nouvelles formes d’apprentissage et garantir la sécurité des lieux. Cependant, pour que cette innovation porte ses fruits, de nombreux éléments doivent être pris en considération.

L’objectif est de pouvoir collaborer n’importe où, rendre les expériences d’apprentissage dynamiques, s’appuyer sur les éclairages uniques offerts par les technologies orientées données et exploiter l’énorme potentiel de l’IoT. Mais si l’on veut impliquer les premiers bénéficiaires d’une mobilité accrue, à savoir le personnel et les étudiants, une approche non homogène ou sporadique est inenvisageable. En échangeant avec des clients du secteur de l’enseignement, nous avons cherché à saisir les pressions qu’ils subissent pour stimuler le changement et s’adapter aux nouvelles tendances 2018 en vue de l’amélioration continue des environnements éducatifs.

Bâtir les bonnes fondations

Premier point important : la mobilité gagne du terrain, créant dans son sillage une nouvelle opportunité. En 2018, l’utilisation d’appareils personnels ne sera plus du tout stigmatisée. Ils feront de plus en plus partie intégrante des outils éducatifs. Plutôt que de nuire à la productivité, ces appareils sont aujourd’hui reconnus comme un moyen de mettre au point de nouvelles expériences d’apprentissage. Cependant, une considération essentielle entoure cette logique : ces nouveaux appareils sont tous des « objets » qui exigent une connectivité. Compte tenu de l’omniprésence des téléphones mobiles, les interruptions de service ou la mauvaise qualité de la connexion seront assez mal tolérées par le personnel et les étudiants. Un environnement éducatif véritablement mobile repose sur un réseau résilient et une couverture généralisée : plus vous accordez de poids à ces exigences, plus vous êtes susceptible d’offrir une expérience utilisateur homogène et fluide.

 Apprentissage immersif

Une fois ces fondations posées pour garantir avec fiabilité le fonctionnement des nouvelles technologies dans votre environnement, il s’agit de trouver le juste équilibre entre personnel et technologies. Bien que les enseignants soient irremplaçables, les technologies éducatives évoluent à un tel rythme qu’il est possible d’atteindre dans une salle de cours un niveau de personnalisation équivalent à celui de l’expérience client, si chère au secteur de la vente au détail. Des balises commencent à être utilisées pour répondre aux besoins individuels et permettre aux étudiants d’apprendre à leur propre rythme. On se rapproche ainsi du point de rencontre idéal entre interaction avec la technologie et échange humain. Il est dès lors possible de mettre en place un environnement dans lequel tous les étudiants, qu’ils aient d’excellents résultats ou besoin d’un soutien individuel, bénéficient d’un accompagnement adapté grâce aux ressources débloquées par les nouvelles technologies.

Espaces intelligents

Les moyens de libérer des ressources ne manquent pas. En fait, les salles de cours et les amphithéâtres intelligents permettront de faire plus que stimuler l’implication, en favorisant également des gains d’efficacité d’un nouveau genre. Cela commence par des choses simples, telles que l’échange de signaux entre le matériau des murs ou des dispositifs spéciaux et les appareils personnels des étudiants pour contrôler la présence dans une salle, ou encore la possibilité pour les étudiants d’extraire automatiquement les devoirs ou les travaux personnels qui leur ont été donnés. Avec notamment les outils d’orientation et l’envoi de notifications, les établissements d’enseignement ouvrent déjà la voie aux gains de productivité qui contribuent à faire de l’apprentissage un processus continu et créatif.

Big data vs sécurité

Si cette vague d’innovation se poursuit, il faudra commencer à exploiter des données de nature à permettre une personnalisation encore plus poussée de l’expérience d’apprentissage. Les éléments ressortant de l’analyse des habitudes et des capacités des utilisateurs devraient par exemple donner lieu à un foisonnement d’innovations. Cependant, la protection de ces masses de données en transit risque de causer bien des migraines, en particulier avec l’entrée en vigueur imminente du RGPD. Compte tenu des exigences strictes concernant l’exposition rapide des menaces et la compréhension des lacunes présentes dans les connaissances existantes, les outils à même de garantir une stratégie de sécurité réseau cohésive vont faire l’objet d’investissements plus importants.

La prolifération de l’IoT

La prolifération des objets connectés et la grande attention portée à la sécurité sont étroitement liées. Cependant, envisagé avec soin, l’écosystème IoT peut de plus en plus avoir un réel impact sur les opérations — en particulier lorsqu’on examine la nature des équipements disséminés sur les sites éducatifs. Prenez par exemple votre écosystème de sécurité (alarmes incendie, anti-intrusion, etc.). La connexion et la gestion centralisée de ces éléments via un logiciel réduisent considérablement les besoins en personnel pour leur surveillance. À partir d’une seule et même interface, l’équipe informatique dispose en effet d’une vue complète de leur fonctionnement, éliminant la nécessité d’interventions humaines supplémentaires.

Avec ces tendances...

En définitive, en insufflant de la créativité dans la manière dont nous utilisons et gérons les technologies, nous pouvons continuer à multiplier les possibilités de libérer des ressources et de réaffecter les compétences là où on en a le plus besoin — et continuer ainsi à améliorer l’expérience d’apprentissage pour tous. L’ensemble des utilisateurs doivent pouvoir profiter à tout instant de la puissance de la connectivité et des nombreux avantages qu’elle confère.

Annonces Google