Le Black Friday fera-t-il tomber les magasins du futur ?

Le vendredi noir a gagné en popularité ces dernières années sur Internet, au point d'interroger le parcours de l'acheteur du futur en point de vente.

Quelle que soit son origine précise, le Black Friday va perdurer. Selon les prévisions de PWC, le Black Friday devait peser 5 milliards de livres sterling de ventes au détail l'année dernière. Aussi, plutôt que de regarder vers le passé, les commerçants ont plutôt intérêt à se tourner vers l'avenir du vendredi noir, en particulier dans le contexte des avancées technologiques rapides qui révolutionnent tout le secteur. Après tout, c'est la technologie qui a fait monter en puissance l'équivalent du Black Friday en ligne, à savoir le Cyber Monday. Mais si l'on regarde vers l'avenir, la frontière entre ces deux événements va devenir de plus en plus floue et l'expérience de la vente en ligne va vraisemblablement changer complètement de visage, tant pour les clients que pour les vendeurs. Voici comment cela pourrait se produire, en quelques exemples :

Des magasins zen

Les magasins physiques existeront toujours dans nos rues pour ceux qui veulent affronter le Black Friday à la recherche de bonnes affaires. Mais avec l'avènement des villes intelligentes et l'essor des véhicules autonomes, les bouchons et la quête d'une place de parking pourraient bientôt appartenir au passé.  L'acheteur du Black Friday du futur va sans doute sortir de sa voiture, entrer dans l'animation commerciale et, en passant devant un magasin, recevoir une notification de son smartphone ou de son appareil connecté l'invitant à entrer.

Une fois dans le magasin, notre acheteur du Black Friday du futur sera identifié par le Wifi du point de vente qui recueillera en plus ses habitudes d'achat grâce aux Big Data. Comme le ferait un personal shopper digital, le Wifi va ensuite guider le client en toute simplicité vers ses articles de prédilection. Même le stress relatif au règlement disparaît grâce à des modes de paiement à la volée et aux monnaies électroniques qui éliminent les files d'attente et le passage en caisse du processus. Finalement, les emballages cadeau en magasin pourraient être l'un des rares services à demeurer sur place pour entretenir un élément d'interaction humaine dans les Black Fridays du futur.

Des achats quasiment sans peine

Pour ceux qui manquent de temps, mais n'en aiment pas moins le frisson d'une virée dans les allées marchandes, le Black Friday du futur proposera une alternative. Les clients pourront mettre un casque de réalité virtuelle et être transportés dans un point de vente virtuel. Sans quitter le confort de leur domicile, ils pourront alors examiner les articles, consulter les avis, interroger les vendeurs et converser avec d'autres acheteurs en réalité virtuelle. Ça ressemble au paradis ? Pas forcément pour tout le monde.

Comme en témoigne l'essor du Cyber Monday, certaines personnes n'ont tout simplement pas envie d'une expédition dans les magasins, qu'ils soient physiques ou virtuels. Mais le Cyber Monday a peu de chances de perdurer dans sa forme actuelle. Qu'on l'utilise ou pas, tout le monde porte aujourd'hui sur soi son propre assistant numérique, disponible 24/7, sur son smartphone (le soi-disant téléphone intelligent). 

De plus, tout comme un logement dispose du gaz, de l'électricité et de l'eau courante, de plus en plus de foyers sont branchés directement à Internet. C'est pourquoi le Cyber Monday du futur risque plutôt de se rapprocher des dernières éditions de son équivalent Black Friday avec un chaos dans le trafic web et parmi les clients dont des millions d'assistants Alexa, Cortana, Siri ou autres formes d'IA afflueront dans les boutiques en ligne et encombreront les autoroutes d'Internet pour essayer d'être le premier dans la file d'attente digitale à l'ouverture des portes. Pourquoi ? Parce qu'ils ont reçu l'instruction, ou plus probablement ils ont eux-mêmes analysé qu'il fallait mettre la main pour nous sur tel article à prix cassé dès qu'il est disponible en ligne.

Une nouvelle vague d'événements commerciaux

Certains considèrent les prévisions d'avenir effrayantes, passionnantes ou pure fantaisie. Mais on ne peut pas en dire autant de la transformation numérique qui a lieu maintenant. Les magasins ont déjà la capacité d’attirer les clients et de les retenir plus longtemps que prévu. Et les entreprises prospères de vente au détail ont appris comment l'équipement Wifi et SD-WAN de nouvelle génération peut nous suivre dans leurs magasins et offrir facilement l'accès à des services en ligne, sans mettre en péril leurs propres points de vente et systèmes de back office.

On peut dire à juste titre que les véhicules autonomes ne font pas encore partie du décor de nos routes, mais le nombre de villes intelligentes croît de jour en jour avec l'informatique périphérique comme catalyseur. Pour toutes les raisons qui vaillent, l'Internet des objets se propage comme un incendie dans notre monde et atteint nos domiciles, les endroits où nous voyageons, les gens et les systèmes avec lesquels nous interagissons. Les commerçants traditionnels et en ligne qui surfent sur la vague de l'informatique agile pilotée par logiciel, combinée à la visibilité et au contrôle que permettent les analyses des Big Data et le machine learning, laissent déjà leurs concurrents se noyer dans leur sillage. Aujourd'hui, un nouveau jour est arrivé.

Autour du même sujet

Le Black Friday fera-t-il tomber les magasins du futur ?
Le Black Friday fera-t-il tomber les magasins du futur ?

Quelle que soit son origine précise, le Black Friday va perdurer. Selon les prévisions de PWC, le Black Friday devait peser 5 milliards de livres sterling de ventes au détail l'année dernière . Aussi, plutôt que de regarder vers le passé, les...