Et si Facebook rachetait Meerkat ?

Et si Facebook rachetait Meerkat ? L'application a du mal à rivaliser avec le service porté par Twitter, Periscope. Le soutien de Facebook lui permettrait d'accéder à 1,6 milliard d'utilisateurs et d'inverser le rapport de force.

Alors que Periscope, qui a atteint le million d'inscrits en à peine 10 jours, bat tous les records, beaucoup s'interrogent sur la pérennité de son grand rival, Meerkat. L'application qui permet de diffuser une vidéo en live avait fait fureur fin février lors du festival South by South West. Mais depuis l'arrivée de son concurrent détenu par Twitter, elle semble marquer le pas. Elle est ainsi sortie du top 1 000 de l'App Store américain selon AppAnnie. Periscope est lui solidement installé à la 36e place, porté par la hype Twitter (qui a en plus limité les possibilités d'interactions entre sa plateforme et Meerkat, ce qui ne gâche rien).

Les petits poucets ayant affronté Twitter ou l'un de ses services n'ayant jamais fait long feu, il est donc logique d'imaginer que le futur de Meerkat passe par une alliance avec un géant du secteur. Et tout aussi logique de voir dans le candidat idéal, ni plus ni moins que Facebook, le grand rival de Twitter. Une intuition étayée par l'annonce récente de Meerkat dont la nouvelle version iOS de son application permet de publier les streams sur... Facebook.

Beaucoup de cash, mais aucun levier d'audience

Au delà des 18 millions de dollars que Meerkat a levés auprès du fonds Greylock Partner, l'application a du mal à vivre face à Periscope. En plus de pousser à fond les synergies avec Periscope, Twitter s'est ainsi mis en tête de pousser ses utilisateurs les plus influents à recourir à son service de diffusion vidéo. Un effet levier dont Meerkat manque cruellement et qu'il pourrait retrouver, en beaucoup plus puissant, chez Facebook. Là où Twitter revendique un peu plus de 280 millions d'utilisateurs, Facebook en attire lui près d'1,4 milliard par mois. De quoi inverser très rapidement le rapport de force. Côté Facebook, l'intérêt est tout aussi évident. Valorisé 52 millions de dollars après sa levée, Meerkat ne pèserait pas trop lourd dans la trésorerie du géant. Et les millions de streams que le service pourrait apporter à terme seraient non négligeables alors que Facebook ambitionne de devenir un géant de la vidéo. 

Si sur le papier les synergies sont évidentes, elles pourraient l'être beaucoup moins dans la réalité. Tout simplement parce que l'expérience utilisateur sur Facebook diffère largement de celle sur Twitter. Le premier est un réseau plus intimiste et beaucoup moins dans l'instantanéité que le second. Deux caractéristiques qui se marient assez mal avec une application comme Meerkat où il est question de partager une situation ou un état d'esprit, à un instant T, à un maximum de monde. 

Sans doute conscients de la chose, les fondateurs de Meerkat ne négligent de toute façon aucune option. Après avoir annoncé le lancement d'une application sous Android, ils ont en effet pris la décision d'ouvrir la plateforme aux éditeurs et développeurs tiers. Chacun va ainsi pouvoir enrichir son application avec les outils de diffusion de vidéos live de la plateforme. De quoi peut-être construire tout un écosystème sans l'aide des deux géants que sont Facebook et Twitter. Seul, comme un grand. 

Annonces Google