Info JDN : Onfocus lève 2,5 millions d'euros et devient Adagio

Info JDN : Onfocus lève 2,5 millions d'euros et devient Adagio La start-up, capable de prédire la durée de visibilité des publicités, lance un SSP et ouvre de nouveaux bureaux en Allemagne et au Royaume-Uni.

Deux ans après sa création, le spécialiste des solutions d'optimisation et de prédiction de l'attention publicitaire, Onfocus change de nom et devient Adagio. Un rebranding qui s'accompagne d'une  première levée de 2,5 millions d'euros menée par les fonds Irdi Soridec Gestion et Axeleo Capital. De quoi donner aux deux co-fondateurs, Anh-Tuan Gai et Frank Durousset, le temps d'imposer leur plateforme de vente d'espaces publicitaires (SSP) dans un marché très concurrentiel et ouvrir de nouveaux bureaux, au Royaume-Uni et en Allemagne.

La levée est menée par menée par les fonds Irdi Soridec Gestion et Axeleo Capital

Le duo compte sur la démocratisation du header bidding, qui permet désormais à un éditeur de travailler avec plusieurs SSP en même temps (contre un nombre très limité par le passé), pour faire son trou. "Nous allons proposer aux éditeurs d'intégrer notre solution via le wrapper de header bidding qu'ils utilisent dans les semaines qui viennent", précise Anh-Tuan Gai. La solution, qui se concentre dans un premier temps sur le display (le format vidéo devrait arriver cet été), veut se différencier de ses concurrents Appnexus, Rubicon Project et cie en se concentrant sur la monétisation des publicités les mieux exposées. Sa technologie est en effet capable de prédire en temps réel l'attention que générera chaque publicité diffusée et filtre les moins performantes. "Cela nous permet d'obtenir avec des CPM bien plus élevés sur celles qui sont les plus visibles."

La solution est actuellement en test chez Mediasquare, place de marché média aux 44 millions de visiteurs uniques cross-device chaque mois. Et à en croire Anh-Tuan Gai, ils devraient être nombreux à suivre cet exemple, du fait d'un cadre règlementaire très favorable. "L'entrée en vigueur du RGPD a considérablement limité les possibilité de ciblage d'audience. Les éditeurs vont devoir se tourner vers des solutions alternatives pour continuer à faire croître leurs revenus digitaux."

Un refresh pub intelligent

L'offre d'Adagio ne se cantonne pour autant pas seulement à une technologie de SSP. L'adtech a mis au point une solution qui permet de rafraîchir un emplacement publicitaire de manière intelligente. Un moyen de générer plus d'impressions par visiteur unique… et 15% de revenus additionnels en moyenne, promet-elle. "Les solutions traditionnelles se contentent de mettre en place une règle de rafraîchissement au bout de X secondes là où notre algorithme est capable de calculer le temps qu'une impression pub donnée met pour générer la majorité de ses clics. Une fois ce délai écoulé, nous procédons au rafraichissement." Adagio, qui a séduit des éditeurs comme Eurosport, 20 Minutes et le groupe La Dépêche avec cette offre, prend alors sa commission : entre 15 et 20% du revenu additionnel généré.

Pour porter tous ces développements commerciaux, Adagio recrute. "Une dizaine de postes sont à pourvoir à Montpellier, Paris et Londres", chiffre Anh-Tuan Gai. La société aux 12 collaborateurs espère également pouvoir lancer une offre de monétisation in-app courant 2019.

Et toujours :

Annonces Google