Plan mobilité entreprise: les bonnes pratiques pour une transition réussie

Favoriser les modes de déplacements des collaborateurs des sites de plus de 100 employés en France, c’est le challenge de l’année 2018 fixé par le gouvernement.

Au 1er janvier 2018, chaque société concernée par le Plan Mobilité Entreprise devait proposer un plan d’action présentant leur orientation pour une mobilité plus responsable. Bon nombre d’entres elles se retrouvent perdues et n’ont pas toujours consciences de déjà détenir les clés pour constituer un dossier répondant aux objectifs demandés. 

Le constat

  •  Les entreprises n’ont pas toujours connaissance de ce plan de mobilité entreprise. Nombreuses sont-elles à connaître vaguement voire même pas du tout. 
  • Il est aussi difficile de synchroniser les équipes et de déterminer le service en interne qui pourrait prendre en charge ce plan de part les multiples choix possibles. Cela peut en effet toucher le service RH, le management, le pôle RSE… Il est donc important de communiquer auprès de ses collaborateurs afin d’identifier quelle entité prendra en charge le dossier et définir ainsi un référent "mobilité". 
  • Il est important de mettre en place un sondage pour comprendre les besoins des employés et leurs attentes mais aussi celui des visiteurs. Cela permet de prendre une direction réfléchie et en adéquation avec les besoins mobiles de l’ensemble des personnes qui se déplacent au sein des entreprises (collaborateurs, clients, prestataires, partenaires…). L’occasion aussi d’impliquer les équipes internes afin qu’elles partagent leurs idées. Plus elles seront mobilisées et interrogées plus les solutions menées seront acceptées. 
  • Certaines sociétés ont déjà des solutions mais n’ont pas conscience qu’elles peuvent tout à fait entrer dans le cadre de ce plan. Par exemple avoir des voitures en auto-partage, proposer du co-voiturage, des crèches, un service de navettes… Tous ces services s’intègrent totalement dans les objectifs fixés par le gouvernement, raison pour laquelle il est important de réaliser un bilan de l’existant. 
Mise en application 

On ne peut révolutionner et tout changer du jour au lendemain. Parmi les nombreuses solutions de mobilité qui existent il y a deux catégories que l'on peut présenter comme étant douces et durables. Il faut entendre par mobilité douce, celle qui en règle générale n’est pas motorisée (vélo, marche à pied, trottinette…) Quant à la mobilité durable, elle se caractérise plutôt par une volonté d’aller vers le respect de l’environnement : par exemple la voiture électrique. 

Il existe une multitude de pistes applicables au PDM qui s’inscrivent dans le temps et demande de profonds changements comme le fait d’intégrer des motorisations alternatives (voitures électrique, hybrides...). Ou bien mettre à disposition des collaborateurs des vélos électriques pour qu’ils se déplacent d’un site à un autre, ce qui demande un investissement à court terme, au même titre que le co-voiturage ou encore le télé-travail. Le tout est de garder en tête que rien n’est figé et que chaque entreprise doit adopter des solutions qui leur conviennent et qui soient en adéquation avec leurs sites et leurs caractéristiques. Il est en effet important d’avoir conscience que toutes ces actions sont amenées à évoluer avec le temps et qu’il sera toujours possible d’intégrer de nouvelles solutions afin d’être toujours pertinent et de créer un environnement mobile et pratique pour tous. Les entreprises doivent considérer qu’il s’agit là d’une opportunité à réfléchir à la mobilité des collaborateurs afin de proposer de nouvelles solutions pour une mobilité durable. 

Il est donc aujourd’hui important de rassurer et de sensibiliser les professionnels sur le plan mobilité entreprise afin qu’elles aient toutes les clés en main pour réussir leur transition mobile ! La loi sur la mobilité devrait d’ailleurs apporter son lot d’éclaircissements et les démarches réglementaires à suivre et respecter. 


Mobilité / Gouvernement

Annonces Google