La Maison du bitcoin veut aider les institutionnels à investir dans les ICO

La Maison du bitcoin veut aider les institutionnels à investir dans les ICO Les levées de fonds en crypto-monnaies intéressent désormais les VC, family offices et gestionnaires d'actifs. Coinhouse s'associe à Blockchain Partner pour les accompagner.

Les ICO, c'est du sérieux. Tellement sérieux que les investisseurs traditionnels s'intéressent de plus en plus à ces levées de fonds en crypto-monnaies. En mars 2018, 60% des montants levés au cours d'ICO se faisaient en pre-sale, d'après le site spécialisé Token Data. Ce qui signifie que ces opérations sont majoritairement financées par des institutionnels. Pour les aider à franchir le pas, Coinhouse, l'entreprise adossée à l'espace La Maison du bitcoin, lance une offre pour d'accompagnement des "investisseurs qualifiés". Entendre par là les VC, family offices, gestionnaires d'actifs et même les investisseurs particuliers, à condition d'injecter au minimum 10 000 euros dans une ICO. "Les personnes qui investissent lors de la crowdsale (l'ICO publique, en opposition à la pre-sale, ndlr) possèdent déjà des crypto-monnaies. Ils n'ont théoriquement pas besoin d'accompagnement sur-mesure. En plus, les enjeux et les méthodes pour sécuriser 500 euros et 5 millions d'euros ne sont pas les mêmes", explique Brian O'Hagan, marketing manager chez Coinhouse.

"Le porteur de projet d'ICO a besoin de savoir d'où viennent les fonds pour ensuite pouvoir montrer patte blanche à la banque"

Concrètement, si un acteur souhaite investir 5 millions d'euros dans une ICO, Coinhouse s'occupe de lui faire passer toutes les étapes de KYC (know your customer, processus pour vérifier l'identité d'un client, ndlr) et de compliance pour valider son profil et l'origine des fonds auprès du porteur de l'ICO . Ensuite, l'investisseur envoie les 5 millions à Coinhouse qui les convertit en ether, la crypto-monnaie la plus utilisée pour ce type d'opération. Il sécurise ses crypto-monnaies avec une offre dépositaire proposée par Coinhouse. Pour finir, l'équivalent des 5 millions d'euros en ether est envoyé vers le smart contract de l'ICO pour qu'il puisse récupérer et sécuriser les tokens (ou jetons) reçus en échange des ethers. Tout le processus peut se faire en ligne, à La Maison du bitcoin ou chez l'investisseur. Pour cette offre, Coinhouse prélève une commission dégressive (elle baisse par tranche de 50 000 euros). A l'issue de l'ICO, Coinhouse pourra également proposer aux porteurs de projets de convertir une petite fraction des montants levés en euros pour les sécuriser et financer les premières étapes du développement du projet.

Financer des ICO sérieuses

Pour empêcher les institutionnels d'investir dans n'importe quelle ICO, Coinhouse s'est associé à Blockchain Partner, qui accompagne les entreprises dans leurs projets blockchain. Cette société, qui compte parmi ses clients BNP Paribas, la Banque de France ou encore la SNCF, propose depuis fin 2017 une offre d'accompagnement stratégique, technique et juridique de projets ICO. "On a vocation à aider seulement les projets sérieux et fiables. Nous avons justement choisi Blockchain Partner parce que c'est l'acteur le plus sérieux sur le marché et qu'il filtre très bien les projets", souligne Brian O'Hagan.

Pour Blockchain Partner, ce partenariat vient combler un vide sur le marché. "Des family offices et des gestionnaires d'actifs nous demandent comment faire pour investir dans une ICO. Mais ce n'est pas notre métier. Nous pouvons désormais les renvoyer vers Coinhouse qui est un acteur très réputé", indique Clément Jeanneau, cofondateur de Blockchain Partner. Avec l'offre d'investissement de Coinhouse, l'offre d'accompagnement stratégique, technique, juridique de Blockchain Partner et la récente offre de communication d'Havas, un véritable marché des ICO est en train de se structurer. "L'idée est que chaque acteur va faire ce qu'il sait très bien faire et on va fonctionner tous ensemble. C'est une sorte de réseau décentralisé. Il n'y a pas un acteur qui contrôle plus qu'un autre", note Clément Jeanneau. 

Blockchain Partner et Coinhouse ont déjà mis en pratique leur partenariat sur une ICO française, dont le nom n'est pas communiqué. Coinhouse souhaite aussi permettre à des investisseurs étrangers, notamment asiatiques, de prendre part aux ICO qui seront recommandées par Blockchain Partner. "L'offre va créer la demande. Elle va peut-être servir de déclic à certains gestionnaires d'actifs et rassurer ceux qui voient ce marché comme le Far West. Avec cette offre, nous leur montrons qu'ils peuvent compter sur des acteurs sérieux et fiables", estime Clément Jeanneau. "Un projet ICO qui passera par Blockchain Partner et Coinhouse sera un peu une ICO qui a passé son permis de conduire", plaisante Brian O'Hagan. Et les investisseurs auront a priori moins d'accidents.

Et aussi : 

Annonces Google