Payplug s'attaque au paiement en magasin

Payplug s'attaque au paiement en magasin La solution de paiement en ligne pour PME, rachetée par Natixis en avril 2017, proposera en septembre prochain une offre dédiée à ses clients.

Ça se bouscule dans le paiement en ligne. Entre les acteurs historiques (Ingenico ePayments, Worldline, Monext…) et les nouveaux entrants (Adyen, Stripe…), les e-commerçants ont un large éventail de choix. Dans le paiement physique, ça se bouscule aussi. La solution de paiement en ligne pour PME Payplug lancera en septembre prochain une offre dédiée aux boutiques physiques. La fintech, rachetée par Natixis en avril 2017, passera par sa maison-mère pour s'équiper d'un terminal, qui sera vraisemblablement Ingenico, et ne proposera donc pas de terminal de paiement maison.

Cette incursion dans le paiement en magasin est logique pour Payplug puisque 60% de ses clients possèdent une boutique physique. "Une fois que leur boutique en ligne commence à bien marcher, qu'ils commencent à faire du chiffre, alors ils lancent un magasin", explique Antoine Grimaud, CEO de Payplug. "Pour eux, la boutique physique rassure les clients et ramène du trafic", complète-t-il. La tarification n'a pas encore été arrêtée. 

"Les solutions comme iZettle et Sum Up restent souvent des back up"

Ce lancement est une réponse à l'agressivité de certains acteurs, comme le britannique Sum Up et le Suédois iZettle, qui ont conçu leurs propres terminaux de paiement, souvent en petits formats. Le premier a enchaîné les levées de fonds ces dernières années et est notamment soutenu par American Express. Le deuxième a été racheté par PayPal pour 2,2 milliards de dollars en mai 2018. "Ils commencent à bien s'implanter en France", remarque Antoine Grimaud. "Mais leurs solutions restent souvent des back up. En plus, les terminaux sont assez fragiles et le processus de paiement peut être long. C'est pour cette raison que nous avons fait le choix de nous allier avec un fabricant de TPE classique. Sans oublier qu'un terminal traditionnel rassure les commerçants."

Les deux acteurs étrangers ne partagent pas le nombre de leurs clients en France. PayPlug, de son côté, en revendique 10 000 en France et en Italie. La fintech ne communique pas sur son chiffre d'affaires mais assure avoir réalisé "50% de croissance en volumes en 2018", d'après son dirigeant. Elle propose trois formules sans engagement et sans frais d'installation, avec des commissions allant de 0,5 à 2,5% (+15 à 25 centimes par transaction).  

Payplug va désormais se concentrer sur cette nouvelle offre et ne prévoit pas d'ouvrir de nouveaux marchés. Mais elle compte lancer un service de paiement en trois fois garanti (le marchand reçoit l'intégralité de la somme directement). Elle proposait déjà le paiement 3x non garanti. "Nous travaillons avec des acteurs spécialisés pour proposer une solution clé en main", précise Antoine Grimaud, sans révéler le nom des acteurs en question. Payplug, qui compte une soixantaine de salariés à Paris, a également prévu de recruter une dizaine de personnes cette année.

  iZettle PayPlug  Sum Up 
Nombre de clients dans le monde NC 10 000 NC
Disponibilité dans le monde 31 pays 2 (France et Italie) 31 pays
Tarifs 1,75% par transaction + 19 euros  HT le terminal NC (pour le paiement en magasin) 1,75% par transaction + 19 euros ou 69 euros HT le terminal
Terminal de paiement Propre Partenariat Propre
Nombre de salariés  NC 50 500

Et aussi : 

Payplug s'attaque au paiement en magasin
Payplug s'attaque au paiement en magasin

Ça se bouscule dans le paiement en ligne. Entre les acteurs historiques (Ingenico ePayments, Worldline, Monext…) et les nouveaux entrants (Adyen, Stripe…), les e-commerçants ont un large éventail de choix. Dans le paiement physique, ça se bouscule...