Les fintech, une solution pour rationaliser les opérations financières ?

Les fournisseurs, clients et organismes de réglementation des services financiers sont en train d'évoluer. Les populations vieillissantes et les millennials exigent de nouveaux types de services et de produits financiers et qui sont offerts de manières différentes.

Selon une étude de la Banque mondiale, le marché des technologies financières (fintech) a connu une croissance à deux chiffres du nombre et du volume des transactions financières pendant la pandémie. Les services bancaires digitaux ont connu quant à eux une forte croissance pendant la période Covid-19 avec 35 % des consommateurs qui utilisent davantage les services bancaires en ligne.

Pourquoi donc cet envoûtement pour les services financiers en ligne ?

Pendant la pandémie mondiale du Covid-19, avec de nombreux bureaux fermés et des employés travaillant à distance, certaines entreprises ont constaté qu'elles devaient développer de nouvelles méthodes de travail en quelques semaines, voire en quelques jours. Aussi, l'un des principaux bénéficiaires de cette soudaine innovation s'est avéré être l'industrie des technologies de pointe, puisque les entreprises ont dû mettre en œuvre des outils numériques pour répondre aux exigences d'un monde confiné.

Mais la pandémie n'a pas seulement accéléré la croissance et l'adoption des solutions offertes par les fintech. En explorant le potentiel des fintech, les entreprises ont trouvé d’autres utilisations pour ces nouvelles technologies ; des utilisations qui ont bouleversé les pratiques commerciales traditionnelles. Certaines sociétés ont également découvert que les outils proposés par la fintech pouvaient contribuer à réduire les coûts et à rationaliser les opérations, ce qui a permis d'améliorer considérablement la productivité. Voici comment.

Simplifier les processus complexes.

La pandémie a eu pour effet de rendre les entreprises moins productives. Aussi, l'un des moyens pour les équipes financières de gagner en efficacité consista à réconcilier les dépenses, un domaine où l'innovation était lente. Dans de nombreuses entreprises, le rapprochement des dépenses et l'autorisation des paiements nécessitent encore beaucoup de main-d'œuvre, ce qui demande un temps considérable aux services comptables.

Mais les outils offerts par les fintech peuvent automatiser une grande partie de ces tâches, tels que le rapprochement nécessaire pour approuver les factures entrantes des fournisseurs, ou le domaine plus complexe et très fragmenté des dépenses de voyage et des frais, avec la prolifération des reçus des collaborateurs.

Ces nouveaux outils peuvent également contribuer à fournir une meilleure visibilité des dépenses des collaborateurs, en offrant un contrôle des dépenses, une détection en temps réel de celles non conformes aux politiques internes ainsi que des analyses automatisées. De plus, ces outils qui lient automatiquement les dépenses à chaque collaborateur et à chaque fonction, peuvent simplifier et accélérer considérablement les affectations budgétaires manuelles, qui prennent elles aussi un temps considérable.

Mais les avantages ne s'arrêtent pas là. Pendant la pandémie, certains services financiers ont investi massivement dans l'intelligence artificielle (IA) et le traitement du langage naturel (machine learning) pour rationaliser encore plus leurs activités. L'intelligence artificielle, de type chatbot, qui interprète les questions et les demandes des clients peut contribuer à rendre les services comptables plus efficaces en automatisant les tâches qui impliquent de répondre à des questions de base sur le paiement des factures ou le traitement des dépenses.

La pandémie, une occasion parfaite pour la fraude

Au niveau mondial, 47% des entreprises ont été victimes d’une fraude au cours des 24 derniers mois, avec une moyenne de 6 cas observés par entreprise. En France, ce chiffre grimpe à 53% avec une moyenne de 5 cas observés par entreprise sur la même période. La crise sanitaire constitue un facteur aggravant quelles que soient les typologies de fraude concernées. De plus, l'absence de contrôles internes a contribué à près d'un tiers de tous les cas de fraude.

Malheureusement, la fraude prolifère pendant les récessions et les périodes d'instabilité économique. Et la pandémie est une occasion parfaite pour certains. Les solutions technologiques proposées les fintech sont une première réponse pour lutter contre la fraude qui est devenue de plus en plus complexe.

Les algorithmes d'intelligence artificielle et d'apprentissage automatique sont conçus pour comprendre les processus financiers des entreprises, puis pour signaler tout ce qui est nouveau ou inhabituel afin d’être analysé. Si une approche traditionnelle, basée sur des règles, peut permettre d'éradiquer certaines fraudes, elle n'offre malgré tout, pas le même niveau de sophistication que l'IA/ML. En effet, ces outils permettent de rechercher et de comparer des données passées et présentes afin de trouver des corrélations douteuses ou autres anomalies.

Les défis...et les bénéfices.

L'intégration de ces innovations dans les infrastructures des entreprises peut impliquer de nombreux défis : flux de données à connecter, processus à concevoir, flux de travail à modifier ou formations à dispenser. Néanmoins, leur mise en œuvre prend généralement beaucoup moins de temps que les marathons pluriannuels que connaissent ceux qui ont l'expérience de l’intégration de grands progiciels de gestion intégrés (ERP).

Un autre défi, plus abstrait. L'adoption de ces nouvelles solutions nécessite l’apprentissage de nouvelles méthodes de travail, une rupture nette avec les méthodes traditionnelles de traitement des paiements et une manière différente de définir et de contrôler les politiques financières. Au lieu de formulaires papier, d'écrans familiers d'ERP et d'achat-paiement, l'adoption de ces solutions nécessite d'apprendre et de s'engager dans des systèmes numériques nouveaux et différents.

Ces nouveaux processus sont peut-être plus légers et plus efficaces, mais ils obligent les collaborateurs et les dirigeants à changer leurs anciennes habitudes et à penser différemment. Aussi, il est impératif de disposer de compétences en matière de conduite de changements des organisations.

Le gain peut être aussi transformationnel. Ainsi, les avantages que le secteur des services financiers a tiré de l'adoption des outils des fintech peuvent également contribuer à rationaliser les pratiques financières des entreprises. Et ce n'est là qu'un des avantages de services innovateurs d'un partenariat avec une entreprise de technologies fintech.