Hausse des loyers parisiens : l'effet Airbnb

Hausse des loyers parisiens : l'effet Airbnb Dans la capitale, Airbnb représente jusqu'à 14% des logements de certains quartiers. Or plus les locations Airbnb sont importantes à l'échelle d'une zone, plus les loyers ont tendance à augmenter.

Airbnb souffle ses dix bougies cette année. Malgré son jeune âge, la plateforme de location saisonnière a bousculé le marché locatif, notamment en France, où elle a débarqué en 2012, et en particulier dans la capitale, où près de 60 000 annonces sont référencées, soit deux fois plus qu'en 2015. Un chiffre loin d'être anodin pour les prix immobiliers à la location : selon nos relevés, dans les 80 grands quartiers parisiens, plus la proportion de locations Airbnb est importante dans un quartier donné, plus les loyers ont tendance à augmenter dans la zone (et ce malgré l'encadrement des loyers).

Les quartiers où la part d'annonces Airbnb dans le parc de logements est la plus élevée
Rang Quartier Arrondissement Proportion d'annonces Airbnb au 6 mars 2018 Nombre d'annonces Airbnb au 6 mars 2018
1 Gaillon 75002 13,7%               142  
2 Saint-Merri 75004 12,1%               573  
3 St-Germain-l'Auxerrois 75001 11,9%               122  
4 Bonne-Nouvelle 75002 11,8%            1 002  
5 Arts-et-Métiers 75003 11,1%               789  
6 ex aequo Sainte-Avoye 75003 10,9%               657  
6 ex aequo Archives 75003 10,9%               677  
8 Enfants-Rouges 75003 10,7%               706  
9 Mail 75002 10,1%               523  
10 Halles 75001 9,1%               688  
Source : JDN, d'après les données d'Inside Airbnb

La corrélation n'est toutefois pas parfaite, comme le montre le tableau ci-dessous. Par exemple, dans les quartiers où le taux de locations saisonnières s'élève à 12%, les tarifs à la location ont moins progressé que dans ceux où il atteint 8% : +3,8% de hausse des loyers dans les premiers contre +5,3% pour les seconds. Des contre-exemples qui peuvent s'expliquer par le fait que les loyers étaient déjà élevés dans ces quartiers en 2015. C'est notamment le cas de Saint-Merri, dans le 4e arrondissement de la capitale, où la part d'annonces Airbnb s'élève à 12%. Il y a trois ans, ce quartier de l'hyper-centre enregistrait des prix moyens à la location parmi les plus chers du marché parisien, avec 29,6 euros le mètre carré.

L'effet Airbnb sur les loyers dans les quartiers parisiens
Proportion d'annonces Airbnb par rapport au nombre total de logements Hausse des loyers entre 2015 et 2018 Nombre de quartiers
14% +8,8% 1
12% +3,8% 3
11% +3,5% 4
10% +5,2% 1
9% +6,4% 2
8% +5,3% 5
7% +6% 11
6% +3,6% 9
5% +4,4% 7
4% +2,3% 16
3% +3,3% 12
2% +2,2% 9
Source : JDN, d'après les données d'Inside Airbnb et MeilleursAgents

Au final, là où la part de logements Airbnb est inférieure à 7%, la hausse des loyers sur trois ans plafonne à 4,4%. Au-delà de 7%, l'augmentation des prix atteint jusqu'à 8,8%. Un maximum atteint dans les quartiers où la proportion d'annonces Airbnb est la plus élevée, à 14%.

Le JDN s'est également penché sur l'évolution de la proportion des locations saisonnières par grand quartier. Résultat, le lien est moins évident. Champs-Elysées (8e arrondissement), Notre-Dame (4e) et Gaillon (2e) arrivent en tête des quartiers dans lesquels les prix à la location ont le plus augmenté. Mais si Gaillon affiche une hausse de 5 points du taux d'annonces Airbnb, passant à 14% en 2018, l'évolution n'a été que de 3 points pour Champs-Elysées, à 7%. Elle tombe même à 0 du côté de Notre-Dame, qui s'impose comme le seul des 80 quartiers administratifs parisiens dans lequel le taux d'annonces Airbnb est resté stable. Il faut dire qu'il faisait déjà partie des quartiers à la proportion la plus élevée en 2015, avec 8% du nombre total de logements.

Méthodologie

Pour produire cette enquête, le JDN a utilisé les données provenant du site Inside Airbnb, indépendant de la firme américaine, et réalisé un travail de géolocalisation des annonces. Les chiffres portent sur les annonces référencées au 6 mars 2015 et au 6 mars 2018. Les loyers de mai 2015 et mai 2018 ont quant à eux été fournis par MeilleursAgents. Outre l'évolution du marché, des changements internes dans les manières de calculer les loyers du site d'informations immobilières peuvent expliquer les variations de marché (nouvelles données, nouveaux traitements, nouveaux modèles…). Les données concernant le parc de logements proviennent quant à elles de la base infra communale "Logement" 2014 de l'Insee.

Autour du même sujet

Hausse des loyers parisiens : l'effet Airbnb
Hausse des loyers parisiens : l'effet Airbnb

Airbnb souffle ses dix bougies cette année. Malgré son jeune âge, la plateforme de location saisonnière a bousculé le marché locatif, notamment en France, où elle a débarqué en 2012, et en particulier dans la capitale, où près de 60 000 annonces sont...

Annonces Google