Les villes les plus financées par l'Etat

Les villes les plus financées par l'Etat Les dotations globales de fonctionnement de Sarcelles et Levallois-Perret dépassent 700 euros par habitant quand celles de Boulogne-Billancourt et Blagnac n'atteignent pas 150 euros.

16,5 milliards d'euros, c'est le montant de la dotation globale de fonctionnement (DGF) des 36 000 communes françaises en 2012. Un chiffre qui pèse pour près de 40% de la DGF totale versée cette année-là aux collectivités (villes mais aussi départements et régions).

Dans certaines mairies de métropole, la DGF équivaut à plus de la moitié des dépenses de fonctionnement : c'est le cas à Verdun (73,6%), à Alençon (64,7%) ou encore à Sarcelles (56%). Difficile donc d'imaginer comment ces municipalités pourraient se passer de ces aides, pourtant appelées à diminuer. Fixée en 2014 à 40,1 milliards d'euros par la loi de finances, la DGF a déjà été réduite de 1,5 milliard par rapport à 2013 et le sera d'autant en 2015. A cette diète forcée s'ajouterait également une baisse de 7,5 milliards d'euros étalée entre 2015 et 2017, selon Le Parisien.

 

La DGF par habitant des villes de plus de 15 000 habitants

Passez votre souris sur une ville pour connaître sa DGF par habitant

La concentration de communes de plus de 15 000 habitants étant particulièrement forte en Ile-de-France, voici, pour une meilleure lisibilité, une carte dédiée à cette région. La plupart des villes à la dotation globale de fonctionnement supérieure à 500 euros par habitant se situent en première couronne de Paris.

 

En Île-de-France

Les dotations communales se composent d'une part forfaitaire et d'une part de péréquation. En 2012, la première compte pour 82% de la DGF des communes et s'élève à 13,5 milliards d'euros. Son montant dépend, entre autres, du nombre d'habitants et de la superficie du territoire.

Depuis 2004, cette dotation forfaitaire des communes comprend une part destinée à compenser le manque à gagner dû à la suppression de la part salaires de la taxe professionnelle ainsi qu'une compensation des baisses de DCTP (dotation de compensation de la taxe professionnelle) supportées par certaines communes entre 1998 et 2001. Cela explique pourquoi les DGF attribuées à plusieurs municipalités ont explosé entre 2003 et 2004, comme celle versée à Puteaux (+557%), Levallois-Perret (+438%) ou encore Tremblay-en-France (+411%).

Cela étant, certaines villes se distinguent par des DGF par habitant conséquentes, comme les 30 ci-dessous (communes de France métropolitaine de plus de 15 000 habitants uniquement).

 
Les villes à la plus forte dotation par habitant en 2012 (métropole, +15 000 habitants)
Rang Ville Département Dotation par habitant (€)
Source : Bercy / JDN
1 Sarcelles Val-d'Oise 724,8
2 Levallois-Perret Hauts-de-Seine 702,7
3 Gennevilliers Hauts-de-Seine 697,3
4 Orly Val-de-Marne 687
5 Cannes Alpes-Maritimes 652,1
6 Vélizy-Villacoublay Yvelines 623,5
7 Garges-lès-Gonesse Val-d'Oise 613
8 Clichy-sous-Bois Seine-Saint-Denis 602,7
9 Montereau-Fault-Yonne Seine-et-Marne 595,5
10 Les Mureaux Yvelines 591
11 Les Ulis Essonne 584,8
12 Bonneuil-sur-Marne Val-de-Marne 571,3
13 Lormont Gironde 567
14 Roubaix Nord 554,5
15 Saint-Ouen Seine-Saint-Denis 552,7
16 Paris Paris 546,4
17 Villiers-le-Bel Val-d'Oise 539,5
18 Vichy Allier 532,8
19 Sedan Ardennes 519,6
20 Cenon Gironde 519
21 Grigny Essonne 505,1
22 Liévin Pas-de-Calais 502,2
23 Avion Pas-de-Calais 501,4
24 Creil Oise 491,6
25 Cherbourg-Octeville Manche 489,3
26 Agde Hérault 481,7
27 Ivry-sur-Seine Val-de-Marne 477,8
28 Mantes-la-Jolie Yvelines 475,6
29 Montargis Loiret 475,5
30 Canteleu Seine-Maritime 473,5

 En détails : les villes les plus aidées par l'Etat

Quand on sait que le nombre d'habitants et la superficie des communes entrent en compte dans le calcul de la dotation forfaitaire qui leur est attribuée chaque année par l'Etat, rien d'étonnant à voir Paris, Marseille et Lyon occuper les trois premières places du classement des villes aux plus grosses dotations globales de fonctionnement totales.

 
Les villes à la plus forte dotation globale de fonctionnement en 2012 (métropole, +15 000 habitants)
Rang Ville Département Dotation (millions €)
Source : Bercy / JDN
1 Paris Paris 1243,0
2 Marseille Bouches-du-Rhône 260,3
3 Lyon Rhône 111,9
4 Nice Alpes-Maritimes 104,6
5 Toulouse Haute-Garonne 101,0
6 Nantes Loire-Atlantique 84,5
7 Lille Nord 66,6
8 Montpellier Hérault 66,0
9 Rennes Ille-et-Vilaine 64,2
10 Le Havre Seine-Maritime 63,6
11 Strasbourg Bas-Rhin 62,0
12 Bordeaux Gironde 60,9
13 Reims Marne 56,1
14 Saint-Étienne Loire 55,1
15 Roubaix Nord 52,6
16 Angers Maine-et-Loire 51,8
17 Toulon Var 49,0
18 Cannes Alpes-Maritimes 48,0
19 Levallois-Perret Hauts-de-Seine 45,8
20 Grenoble Isère 44,9
21 Le Mans Sarthe 44,0
22 Sarcelles Val-d'Oise 42,8
23 Tours Indre-et-Loire 40,9
24 Mulhouse Haut-Rhin 40,6
25 Nîmes Gard 40,6
26 Rouen Seine-Maritime 40,2
27 Amiens Somme 40,1
28 Dijon Côte-d'Or 37,1
29 Brest Finistère 37,1
30 Besançon Doubs 37,0

C'est Levallois-Perret qui affiche la plus forte progression de sa dotation globale de fonctionnement par habitant entre 2000 et 2012 (+405,3%), ce qui s'explique, entre autres, par l'intégration de la compensation de la suppression de la part salaires de la taxe professionnelle dans la dotation forfaitaire des communes à compter de 2004. Viennent ensuite Vélizy-Villacoublay (+314,6%) et Gennevilliers (+286,7%). Trois villes que l'on retrouve dans les dix premières places du classement des communes aux plus grosses DGF par habitant en 2012.

 
Les villes où la DGF par habitant a le plus augmenté de 2000 à 2012 (métropole, +15 000 habitants)
Rang Ville Département Dotation par habitant en 2012 (€) Evolution 2012/2000
Source : Bercy / JDN
1 Levallois-Perret Hauts-de-Seine 702,7 +405,3%
2 Vélizy-Villacoublay Yvelines 623,5 +314,6%
3 Gennevilliers Hauts-de-Seine 697,3 +286,7%
4 Chevilly-Larue Val-de-Marne 458,3 +271,7%
5 Orly Val-de-Marne 687 +247,6%
6 Clichy Hauts-de-Seine 435,5 +215,5%
7 Saint-Ouen Seine-Saint-Denis 552,7 +203,6%
8 Bonneuil-sur-Marne Val-de-Marne 571,3 +191,8%
9 Fos-sur-Mer Bouches-du-Rhône 104,6 +156,3%
10 Senlis Oise 388,6 +153,9%
11 Sarcelles Val-d'Oise 724,8 +149,1%
12 Les Ulis Essonne 584,8 +142,7%
13 Les Mureaux Yvelines 591 +131,3%
14 Saint-Dié-des-Vosges Vosges 407,7 +131,2%
15 Clichy-sous-Bois Seine-Saint-Denis 602,7 +125,5%
16 Ivry-sur-Seine Val-de-Marne 477,8 +125,2%
17 Cluses Haute-Savoie 335,1 +122,0%
18 Romorantin-Lanthenay Loir-et-Cher 431,1 +121,4%
19 Montereau-Fault-Yonne Seine-et-Marne 595,5 +116,3%
20 Mitry-Mory Seine-et-Marne 316,7 +114,9%
21 Sélestat Bas-Rhin 262,2 +113,3%
22 Plaisir Yvelines 329,4 +110,7%
23 Grande-Synthe Nord 248,8 +110,6%
24 Les Clayes-sous-Bois Yvelines 314,8 +110,1%
25 Fontenay-sous-Bois Val-de-Marne 437 +109,4%
26 Neuilly-sur-Seine Hauts-de-Seine 280,4 +109,2%
27 Le Blanc-Mesnil Seine-Saint-Denis 469,5 +109,0%
28 Lormont Gironde 567 +108,4%
29 Aulnay-sous-Bois Seine-Saint-Denis 422,1 +108,0%
30 Roubaix Nord 554,5 +104,8%

Des évolutions à relativiser en raison de la réforme de la DGF évoquée plus haut. En effet, si l'on se concentre uniquement sur la période 2004/2012, les plus fortes hausses de la DGF par habitant sont cette fois l'œuvre de Fos-sur-Mer (+487,8%), Martigues (+449,4%) et Sarcelles (+131,6%).

A noter que les communes de Bois-Guillaume et Bihorel ont fusionné en janvier 2012 (une union qui a depuis été annulée). Pour ce classement, la DGF versée à Bois-Guillaume en 2004 a bien été rapportée à la population légale de la seule ville de Bois-Guillaume.

 
Les villes où la DGF par habitant a le plus augmenté de 2004 à 2012 (métropole, +15 000 habitants)
Rang Ville Département DGF par habitant 2012 (€) Evolution 2012/2004
Source : Bercy / JDN
1 Fos-sur-Mer Bouches-du-Rhône 104,6 +487,8%
2 Martigues Bouches-du-Rhône 115,8 +449,4%
3 Sarcelles Val-d'Oise 724,8 +131,6%
4 Clichy-sous-Bois Seine-Saint-Denis 602,7 +94%
5 Lormont Gironde 567,0 +86,7%
6 Grande-Synthe Nord 248,8 +85,4%
7 Garges-lès-Gonesse Val-d'Oise 613,0 +82,8%
8 Roubaix Nord 554,5 +75,1%
9 Cenon Gironde 519,0 +74,3%
10 Dunkerque Nord 264,5 +67%
11 Rillieux-la-Pape Rhône 382,8 +67%
12 Vaulx-en-Velin Rhône 465,8 +60,1%
13 Grigny Essonne 505,1 +60,1%
14 Bois-Guillaume - Bihorel Seine-Maritime 162,3 +58,8%
15 Saint-Dizier Haute-Marne 398,2 +58,3%
16 Trappes Yvelines 454,5 +56,4%
17 Vandœuvre-lès-Nancy Meurthe-et-Moselle 384,1 +52,6%
18 Dreux Eure-et-Loir 395,4 +50,5%
19 Hérouville-Saint-Clair Calvados 439,1 +50,1%
20 Mons-en-Barœul Nord 397,8 +47,8%
21 Villiers-le-Bel Val-d'Oise 539,5 +47,2%
22 Mantes-la-Jolie Yvelines 475,6 +47%
23 Hem Nord 445,0 +43,7%
24 Calais Pas-de-Calais 334,2 +43,3%
25 Montereau-Fault-Yonne Seine-et-Marne 595,5 +43,2%
26 Saint-Fons Rhône 235,7 +43%
27 Floirac Gironde 401,8 +41,8%
28 Maubeuge Nord 425,4 +41,3%
29 Tassin-la-Demi-Lune Rhône 101,2 +40,2%
30 Soissons Aisne 395,3 +37,8%

Toujours sur la période 2004-2012, si l'on s'attarde sur la DGF totale, et non la DGF par habitant, Fos-sur-Mer (+514,9%), Martigues (+499,6%) et Bois-Guillaume-Bihorel (+182,9%) enregistrent les plus fortes hausses. Autre précision concernant Bois-Guillaume-Bihorel : le montant de la DGF a bondi l'année de la fusion des deux communes.

 
Les villes où la DGF a le plus augmenté de 2004 à 2012 (métropole, +15 000 habitants)
Rang Ville Département DGF totale 2012 (millions €) Evolution 2012/2004
Source : Bercy / JDN
1 Fos-sur-Mer Bouches-du-Rhône 1,7 +514,9%
2 Martigues Bouches-du-Rhône 5,6 +499,6%
3 Bois-Guillaume - Bihorel Seine-Maritime 3,5 +182,9%
4 Sarcelles Val-d'Oise 42,8 +134,6%
5 Dunkerque Nord 24,6 +114,5%
6 Clichy-sous-Bois Seine-Saint-Denis 18,1 +105,6%
7 Garges-lès-Gonesse Val-d'Oise 24,5 +81,9%
8 Cenon Gironde 11,7 +81,9%
9 Lormont Gironde 11,9 +80,7%
10 Grigny Essonne 13,8 +77,9%
11 Rillieux-la-Pape Rhône 11,6 +76,5%
12 Tassin-la-Demi-Lune Rhône 2,1 +76,4%
13 Vaulx-en-Velin Rhône 20,2 +75,7%
14 Roubaix Nord 52,6 +69,4%
15 Grande-Synthe Nord 5,3 +66,7%
16 Trappes Yvelines 13,6 +61%
17 Beaucaire Gard 3,3 +57%
18 Épinay-sur-Seine Seine-Saint-Denis 21,3 +56,4%
19 Saint-Fons Rhône 4,0 +55,9%
20 Villiers-le-Bel Val-d'Oise 15,0 +54,9%
21 Melun Seine-et-Marne 15,1 +49,7%
22 Vandœuvre-ls-Nancy Meurthe-et-Moselle 11,9 +46,2%
23 Floirac Gironde 6,7 +46,1%
24 Deuil-la-Barre Val-d'Oise 5,0 +45,9%
25 Aubervilliers Seine-Saint-Denis 22,9 +44%
26 Vénissieux Rhône 19,7 +44%
27 Dreux Eure-et-Loir 12,3 +43,7%
28 Mantes-la-Jolie Yvelines 20,5 +43,7%
29 Bischheim Bas-Rhin 4,8 +42,6%
30 Bruz Ille-et-Vilaine 3,3 +42,4%

Méthodologie

Les chiffres cités ci-dessus sont ceux des budgets principaux exécutés des communes dont les données comptables ont été centralisées par la direction générale des Finances publiques du ministère de l'Economie et des Finances. Les évolutions et les données par habitant ont été calculées à partir des données de populations fournies par l'Insee.

Seules les villes de France métropolitaine de plus de 15 000 habitants ont été retenues, pour éviter le biais des communes touristiques situées en montagne ou sur le littoral à la population administrative très faible.

Retrouvez toutes les données clés des finances locales dans notre service dédié : les budgets des villes de France.

Tous les résultats des municipales, ville par ville, sont sur Linternaute.com.

Annonces Google