Eric Allison (Uber Elevate) "Notre nouveau Centre de technologies avancées parisien se concentrera sur les projets liés à Uber Elevate"

Après les VTC et les voitures autonomes, Uber s'attaque aux taxis volants. Le responsable du projet, qui vient d'annoncer l'ouverture d'un centre de recherche à Paris, détaille ce projet pas si futuriste que ça.

JDN. Uber vient d'annoncer l'ouverture d'un nouveau Centre de technologies avancées à Paris. Dans quel but ?

Eric Allison est le responsable d'Uber Elevate © Uber

Eric Allison. Après Pittsburgh, Toronto et San Francisco, il s'agira de notre premier centre en Europe. Nous avons choisi Paris car nous y avons déjà une présence via notre bureau parisien et nous pensons que la ville dispose d'un véritable vivier de talents dans le domaine de l'IA. Ce nouveau Centre de technologies avancées parisien se concentrera sur les projets liés à Uber Elevate dans un premier temps. Ses ingénieurs seront chargés d'étudier les potentielles applications de l'IA dans le domaine de l'aviation et d'imaginer les infrastructures de demain. Nous avons parallèlement réalisé un partenariat avec l'école Polytechnique. Enfin, nous annonçons un investissement de 20 millions d'euros en France dans la recherche et développement.

En tant que responsable d'Uber Elevate, pouvez-vous en dire davantage sur ce projet futuriste de taxis volants ?

Uber Elevate est une initiative qui vise à imaginer de quelle manière la technologie pourrait nous permettre de résoudre le problème de la mobilité en zone urbaine. Car bien souvent, le fait d'ajouter des routes supplémentaires ne résout pas le problème des embouteillages dans les villes. Sans compter qu'il est très difficile de construire de nouvelles infrastructures en raison d'un manque d'espace. En conclusion, tout porte à croire que trafic urbain ne va pas s'améliorer. Notre constat est qu'il faut donc changer les règles du jeu en créant un transport aérien urbain.

Comment ce service fonctionnera-t-il ?

Notre vision est de construire un réseau de véhicules à décollage et atterrissage verticaux (VTOL) équipés d'un système de propulsion électrique. Ces véhicules décolleront et atterriront dans des skyports, des bases qui seront situées sur des toits d'immeubles. La plateforme d'Uber prendra en charge l'intégralité de votre trajet en combinant des modes de transport aériens et routiers, incluant vraisemblablement des voitures autonomes.

Uber a-t-il l'intention de construire ces véhicules ?

"Des démonstrations auront lieu en 2020 dans trois villes"

Notre objectif n'est pas de bâtir ces solutions nous-mêmes mais plutôt de construire un écosystème à travers une logique de partenariats. Pour la fabrication des véhicules, nous avons conclu des accords avec des entreprises telles que Bell Helicopter, Boeing (par le biais de sa filiale Aurora, ndlr), Embraer ou encore Pipistrel. La démarche est la même en ce qui concerne le design des skyports. Enfin, nous avons également conclu un partenariat avec la Nasa pour développer la plateforme de gestion du réseau aérien.

Quelles seront les caractéristiques de ces véhicules électriques ?

Les premiers véhicules comporteront quatre sièges passagers et seront conduits par un pilote. A terme, nous espérons qu'ils seront autonomes. A l'heure d'aujourd'hui, la construction de ces véhicules n'a pas encore démarré. Ils existent pour l'instant seulement en simulations 3D. Nous réalisons également des simulations afin d'imaginer comment ce futur réseau fonctionnera et comment celui-ci interagira avec les réseaux aériens existants.

Quel sera le prix moyen d'un trajet ?

"Nos premiers vols commerciaux démarreront en 2023"

Notre objectif lors de notre lancement commercial en 2023 est de rester dans la fourchette des prix par miles pratiqués actuellement pour un UberBlack. Il faut préciser que notre réseau sera relativement restreint au début puisque composé seulement de quelques dizaines de véhicules. La distance maximale d'un trajet sera d'environ 75 kilomètres mais nous anticipons une moyenne autour des 40/50 kilomètres. Une fois que nous serons capables de développer notre réseau et de remplir nos véhicules avec davantage de passagers, nous pourrons alors rapidement diminuer nos prix. Notre objectif est de rendre ces déplacements accessibles quotidiennement par le plus grand nombre.

Etes-vous confiant dans votre capacité à assurer les premiers vols de démonstrations en 2020 ? Cette échéance semble courte.

Bien sûr. Ces premières démonstrations auront lieu en 2020 dans trois villes, dont Los Angeles et Dallas ainsi qu'une troisième ville en dehors des Etats-Unis. Nos premiers vols commerciaux démarreront en 2023, ce qui devrait nous donner le temps d'obtenir toutes les certifications nécessaires. Nous sommes bien conscients que c'est un objectif ambitieux, mais nous aimons nous fixer des objectifs difficiles à atteindre (rires).

Après Dallas et Los Angeles, cette troisième ville pourrait-elle être Paris ?

Nous avons eu quelques discussions ici à Paris mais nous n'avons pas eu part d'un intérêt officiel pour l'instant.

Eric Allison est le responsable d'Uber Elevate. Son rôle est d'imaginer le futur du transport aérien en zone urbaine. Avant de rejoindre les rangs d'Uber, Eric Allison a passé huit ans au sein de Zee Aero, où il était responsable du développement du Cora, un véhicule volant autonome. Il y a occupé le rôle de CEO de 2015 à 2018. Il est diplômé d'un B.S en Mechanical Engineering de la Milwaukee School of Engineering et d'un M.S et PHD en Aéronautique et Astronautique de l'université de Stanford.

Annonces Google