La RATP met en concurrence trois start-up pour en finir avec les bus bondés

La RATP met en concurrence trois start-up pour en finir avec les bus bondés En analysant la fréquentation des arrêts de bus grâce aux technologies d'Aquilae Tech, Axper et Affluences, l'opérateur espère mieux anticiper les pics de voyageurs pour adapter son offre.

La RATP a un problème avec le futur. Elle est capable de compter les usagers qui se trouvent dans ses bus à un moment donné, grâce à des caméras 3D installées sur certaines lignes. Mais elle n'a aucune idée du nombre de personnes qui attendent dans les stations suivantes. Impossible donc d'anticiper en temps réel l'affluence d'une ligne de bus. La ligne 360, qui relie le quartier d'affaires bondé de La Défense à une ville de banlieue beaucoup moins fréquentée, Garches, en est un bon exemple. Les bus sont si saturés en début de ligne qu'ils accumulent les retards, forçant parfois la RATP à stopper la ligne à mi-parcours. Les usagers situés au bout de la ligne voient donc leur bus supprimé.

Pour éviter ce genre de déconvenues, la RATP va collaborer avec trois start-up spécialisées dans le comptage de personnes : Aquilae Tech, Axper et Affluences. Ces sociétés ont été sélectionnées ce 28 mai pour participer au projet "Modélisations de solutions de mobilité" (MSM) de l'Institut de recherche technologique SystemX. MSM rassemble chercheurs, entreprises de l'industrie du transport (RATP, Renault, Alstom…) et start-up autour d'expérimentations visant à adapter en temps réel les transports à la demande.

Remontées en temps réel

Concrètement, ces jeunes pousses déploieront leurs technologies de comptage dans plusieurs stations de la ligne 360. Dans le même temps, les compteurs dont dispose la RATP dans ses bus seront adaptés par SystemX : ils deviendront connectés afin de remonter des données en temps réel. En disposant du niveau d'affluence dans un bus et de la fréquentation aux prochains arrêts en direct, la RATP espère mieux anticiper les pics, puis prendre des décisions en conséquence. "Si un bus est déjà bondé en début de ligne et commence à prendre du retard, on pourrait par exemple décider d'envoyer un second bus qui va prendre le relai au milieu du trajet", explique Frédéric Da Silva, chef du projet MSM chez System X. Il ajoute que la prochaine étape, une fois l'acquisition de données maîtrisée, consistera à "visualiser et recommander automatiquement des scénarios à mettre en œuvre".

Pour les trois start-up sélectionnées, il s'agit plutôt d'une mise en concurrence que d'une collaboration. Elles auront quelques stations chacune à gérer, ce qui permettra à la RATP et SystemX de comparer leurs technologies et de trouver la plus adaptée à ce cas d'usage.

Que la meilleure techno gagne

Toutes spécialisées dans le comptage de personnes, ces sociétés ont des méthodes différentes pour arriver aux mêmes fins. Ainsi, Axper mise sur les caméras stéréoscopiques 3D, qui, au lieu de filmer et d'enregistrer une vidéo sur laquelle on applique ensuite des technologies de comptage, analysent en direct ce qu'elles voient pour n'enregistrer que les éléments auxquels on s'intéresse (ici, les flux de personnes). Affluences peut analyser les flux provenant de différents capteurs (bornes wi-fi, beacons, caméras, portiques d'accès, infrarouge…) déjà en place ou fournis par ses soins. Porté sur la vidéosurveillance, Aquilae Tech se repose sur des caméras traditionnelles, mais propose aussi un suivi des individus ou d'objets entre plusieurs caméras et permet de visualiser ces flux en trois dimensions dans un hyperviseur. "Si la méthode fonctionne, il y aura un beau marché à gagner avec les opérateurs de transport pour la start-up qui sortira du lot", anticipe Frédéric Da Silva.

Et aussi

Annonces Google