La valeur humaine en question face à celle des données numériques

Certains services RH reconnaissent accorder progressivement plus d’importance aux données qu’elles possèdent plutôt qu’aux individus qui forment leurs équipes. Qu'est-ce qui se cache derrière cette tendance ?

Les pratiques évoluent, à l’heure où les données prennent une importance croissante sur l’économie et le monde du travail. Il s’agit d’une véritable remise en question de la valeur humaine et de son rôle dans l’entreprise.

 

L’IoT et le Big Data, des facteurs non négligeables

Pourquoi les données numériques bénéficient d’une telle valorisation de la part des entreprises ? La première raison est la dépendance toujours plus forte des utilisateurs envers les appareils connectés, qui se multiplient dans les différents usages du quotidien (trackers d’activité, capteurs de chauffage, balances connectées, luminaires intelligents). Selon Gartner, la tendance ne va pas faiblir, et le nombre d’appareils connectés en circulation d’ici 2020 devrait atteindre 20,4 milliards. La valeur des données va continuer de s’affirmer à mesure que les entreprises vont améliorer leurs capacités d’analyse et d’interprétation des données.

S’il est normal que les données acquièrent une importance croissante pour les entreprises, le fait qu’elles deviennent plus importantes que les ressources humaines est inquiétant, surtout quand on pense aux menaces que représentent les nouvelles technologies comme l'automatisation et l'intelligence artificielle. Une récente étude de PwC, qui estime que l'intelligence artificielle supprimera un tiers des emplois d'ici 2030, légitime cette inquiétude. Il est néanmoins possible de minimiser cette perte grâce aux bénéfices que l’IA promet d’apporter à d’autres secteurs d’activité. La part des offres d’emploi concernant l'IoT en France a d’ailleurs été multipliée par 15 depuis 2014. Et si le nombre de créations d'emploi pouvait, à grande échelle, compenser la perte due à l'automatisation, la situation pourrait connaître un dénouement favorable.   


Prendre soin de ses actifs

Parce que les données jouent un rôle stratégique pour de nombreuses entreprises, il est tout à fait envisageable d’imaginer qu’elles se retrouvent un jour inscrites aux bilans comptables, comme n'importe quel autre actif. En effet, l’ère du Big Data pourrait révolutionner la façon dont les entreprises sont évaluées, en valorisant davantage les données. Cette dynamique s’accompagne de nouveaux défis en matière de gestion, de collecte, de stockage et de l'utilisation de toutes ces données, en particulier dans le contexte des données non structurées.

En effet, le développement de l’IoT promet une explosion de données non structurées, difficiles à gérer pour les entreprises qui ne disposent pas forcément de solutions de stockage et d’analyse adaptées à ces quantités inédites. Il est primordial pour les entreprises de réfléchir à la manière dont elles devront protéger et stocker leurs données dans un futur proche. Ce défi sera d’autant plus urgent à régler si les entreprises considèrent leurs données comme des actifs susceptibles d’améliorer leur chiffre d'affaires.

 

Pour un employé, le fait que sa valeur dans l’entreprise diminue au profit des actifs immatériels comme les données va forcément avoir des conséquences sur sa condition et sur son estime dans les années à venir. Cette question a de beaux jours devant elle, dans un monde toujours plus connecté. Les responsables politiques, les dirigeants d’entreprise et, plus généralement les individus, doivent maintenant réfléchir à des mesures nécessaires à adopter pour protéger au mieux les emplois, les carrières et la valeur humaine dans son ensemble.

 

Annonces Google