L’épargne retraite : un placement d’avenir

L’allongement de la durée de vie, l’équilibre précaire entre population active et retraitée sont depuis deux décennies les leitmotivs de réformes de la retraite qui se succèdent. Conséquence, celle-ci représente une grande inconnue et une vraie incertitude pour beaucoup de Français qui l’observent avec un certain fatalisme.

Les jeunes se demandent jusqu’à quel âge il leur faudra travailler. Leurs parents s’interrogent sur le revenu qui sera le leur. Les non-salariés doutent même de bénéficier d’une quelconque retraite. Une inquiétude d’autant plus légitime puisque, selon l'Insee, de 66% aujourd’hui, la retraite moyenne ne représentera plus que 48 à 57% du salaire moyen en 2060.

Pourtant, des solutions adaptées et sûres existent pour se préparer une retraite confortable et sereine. Avec l’arrivée prochaine de la loi Pacte, on est même en mesure d’affirmer que l’épargne salariale va se voir redynamisée en proposant des dispositifs simplifiés, harmonisés, à la fois sûrs et attractifs.

Les 3 prérequis pour bien préparer sa retraite

Comme le soulignait récemment l’étude Schroders Global Investor Study sur la retraite, de nombreux Français sous-estiment largement le revenu dont ils auront besoin pour vivre une retraite paisible. Très ennuyeux quand on sait que celui-ci sera amputé de moitié par rapport au dernier salaire. Il est pourtant assez simple d’anticiper et d’éviter les mauvaises surprises.

La première chose est de s’y prendre le plus tôt possible. Soit, la retraite paraît bien lointaine lorsque l’on a 30 ou 35 ans, mais plus on anticipe, moins l’effort est intense et plus le retour sur investissement est conséquent.

Ensuite, il convient d’envisager votre retraite dans un projet de vie. A vous de prendre le recul nécessaire sur votre situation actuelle et à venir, personnelle, familiale et patrimoniale. L’épargne retraite doit s’intégrer dans une stratégie qui va s’appuyer parallèlement sur du foncier ou de la défiscalisation. Car, que ce soit sous la forme de capital ou de rentes, votre épargne retraite doit être conçue comme un complément de revenu. 

Enfin, il vous faut choisir le meilleur partenaire (assurance, banque) pour faire fructifier votre épargne retraite. Bien sûr, il convient de se renseigner sur la solidité financière de celui-ci. Néanmoins, la sévérité des réglementations, notamment en matière de fonds propres, vous protège des désillusions qu’ont pu connaître les épargnants américains à chaque crise financière. Votre choix se fera donc plutôt sur des critères comme le conseil et l’accompagnement proposés, ou encore le montant des frais facturés.

Des Français enclins à investir plus dans l’épargne retraite 

Indéniablement, conscients qu’il leur faut agir, de plus en plus de nos concitoyens prennent la mesure de l’enjeu et se disent prêts à épargner davantage pour leur retraite. A condition de disposer d’une information claire et d’être bien accompagnés. C’est en tous cas ce qui ressort de l’étude réalisée par l’institut de sondage Audirep pour le compte d’Amundi et intitulée "L’épargne retraite évolue, le saviez-vous ?".

Dans cette étude, 58% des personnes interrogées se disent disposées à épargner davantage dans un produit retraite. Elles sont même 38% à être prêtes à transformer tout ou partie de leur épargne actuelle (PEA, assurance-vie, …) en épargne retraite. A noter que pour 59% d’entre elles, le premier critère d’investissement reste la perspective de voir son épargne se bonifier avec un risque limité. C’est justement ce que devrait apporter la loi Pacte en rendant l’épargne retraite plus accessible et plus attractive. 

Pourquoi la loi PACTE devrait redynamiser l’épargne retraite ?

Selon toute vraisemblance, la loi Pacte entrera en vigueur début 2019. Elle devrait redessiner les contours de l’épargne retraite et lui redonner de l’attractivité. En s’appuyant sur des dispositifs qui tiennent compte des changements qui traversent notre société et notre économie. En se servant de ceux-ci comme de leviers pour le financement des entreprises françaises. En regroupant l’ensemble des dispositifs – PERP, PERCO, Madelin, PERE (loi 83) – sous un même étendard qui suivra chacun d’entre nous pendant toute sa vie active. Enfin, en inscrivant l’épargne retraite autour de 3 axes forts, pour simplifier, harmoniser et assouplir les règles qui la régissent.

Premier axe, la généralisation de la gestion pilotée pour tous les dispositifs. Elle devrait permettre de proposer des perspectives de rendement plus attrayantes pour les épargnants puisqu’elle tiendra compte du profil et de l’horizon de placement de chacun. Plus la retraite approchera, moins l’investissement sera risqué. Privilégiant dans un premier temps des investissements en actions, l’épargne glissera progressivement vers des placements obligataires et monétaires.

Deuxième axe, proposer des produits plus attractifs en les rendant plus simples, en harmonisant les règles, par exemple en rendant possible la portabilité d’une épargne retraite vers une autre.

Enfin, troisième axe, donner plus de liberté aux épargnants en leur laissant le choix entre une sortie de leur épargne sous forme de rentes ou de capital – quel que soit le produit choisi – et ce même de façon anticipée en cas d’achat d’une résidence principale.

Avec la loi Pacte, toutes les conditions semblent donc réunies pour inciter les Français à se préparer une retraite confortable et sereine, bâtie sur une épargne rentable et sûre.

Autour du même sujet

L’épargne retraite : un placement d’avenir
L’épargne retraite : un placement d’avenir

Les jeunes se demandent jusqu’à quel âge il leur faudra travailler. Leurs parents s’interrogent sur le revenu qui sera le leur. Les non-salariés doutent même de bénéficier d’une quelconque retraite. Une inquiétude d’autant plus légitime puisque,...