La "résilience permanente"

La transformation numérique est un atout inévitable pour toute aventure entrepreneuriale. Néanmoins, elle doit s’accompagner d’une réelle réflexion et d’une évaluation des risques, notamment de cyberattaques.

Une entreprise française sur deux le déclare : la digitalisation est aujourd’hui au cœur de leurs priorités. Une étude de Gartner de février 2017 la consacre même comme l’un des trois enjeux majeurs. Nécessitant des financements importants tant dans des services que dans de nouveaux outils, celle-ci garantit la compétitivité.  Dans le même temps, ce rapport pointe également du doigt les investissements dans le domaine de la sécurité que 60% des entreprises développent.

Dorénavant, l’économie digitale force les entreprises à s’adapter et à exploiter des outils comme le stockage de données via le cloud sans perdre en fiabilité. On mesure ainsi la maturité d’une entreprise dans sa capacité à allier cyber-sécurité et transformation digitale.

Devenir résilient, un nouvel impératif de la digitalisation

Les multiples cyber-attaques des derniers mois ont été violentes, avec des conséquences directes sur le plan financier et organisationnel des entreprises. Elles ont rappelé l’impératif d’identification, de protection, de détection, de réponse et de capacité à récupérer leurs données pour toute entreprise et ce, peu importe sa taille. Car les modèles actuels s’ils sont mal gérés, comportent des failles, que ces dernières attaques exploitent et identifient régulièrement. Chaque organisation est une cible ou victime potentielle, qui doit envisager sa transformation digitale par la résilience.

Cette tâche est loin d’être aisée pour les entreprises encore trop ralenties dans leur dynamique. L'étude de Gartner souligne d’autres obstacles qui se dressent sur le chemin de la sécurisation digitale. En interrogeant les DSI, elle a par exemple pointé la pénurie de compétences et l’absence d’une culture de la sécurité à 37%, et d’une inadaptation de l’organisation face aux risques de cyber-attaques à 19%.

Adapter les directives la RGPD aux contraintes de l’entreprise

Dès mai 2018, le nouveau Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) bouleversera profondément le cadre réglementaire de la gestion des données personnelles pour les entreprises de l’Union européenne. C’est donc au plus vite désormais que toutes les structures fonctionnelles des entreprises qui traitent des données, comme la gestion des ressources humaines, le commerce ou le marketing, doivent rapidement se préparer. En mettant le focus sur la donnée, la RGPD revalorise ce patrimoine vital de l’entreprise.

Ainsi la digitalisation des entreprises n’est pas qu’une question d’évolution technologique, c’est avant tout un nouvel angle d’approche de l’information de sa gestion et de sa protection. Dans ce contexte émergent de nouveaux acteurs, prestataires de services de résilience dans le secteur des Entreprises du Secteur Numérique. Celles-ci se distinguent par une forte culture de la gestion des risques et de la sécurité. Leur savoir-faire unique et leurs moyens opérationnels complets (data centres, cloud, conseil, site de DRP…) leur permettent d’accompagner leurs clients de bout en bout depuis le conseil jusque dans les services opérationnels dans une optique de résilience numérique permanente. Dans ce contexte, il s’agit pour les entreprises confrontées à cet enjeux de la transformation digitale de bien sélectionner leur partenaire en s’assurant de leur capacité à les conseiller mais également à utiliser, appliquer et délivrer au quotidien ce qu’elles recommandent sous la formule «  We do what we preach » (nous appliquons ce que nous recommandons).

C’est l’un des défis de notre temps, savoir protéger et gérer du contenu sans pour autant perdre en souplesse. Ainsi, la digitalisation se doit d’être une démarche réfléchie et sécurisée pour permettre l’agilité et l’innovation dans les entreprises et donc leur prospérité.

Annonces Google