École numérique : des méthodes de gestion IT à adapter

Le numérique transforme profondément les méthodes d’apprentissage à l’école. Et, dans un établissement scolaire comme en entreprise, gérer efficacement le parc IT est loin d’être optionnel.

Comme dans n’importe quel secteur, le numérique se déploie peu à peu à l’école. Et même si son adoption est sans doute plus progressive qu’en entreprise, nul ne peut nier que la pratique numérique dans le cadre scolaire est amenée à se développer. Dès lors, et à l’instar des entreprises, les écoles qui font leur révolution numérique doivent optimiser la gestion de leurs parcs informatiques afin d’améliorer les performances, optimiser les coûts, faciliter la gestion et le contrôle d’applications. En bref, gérer un parc informatique de plus en plus flexible, en tenant compte, en plus, des particularités d’un établissement scolaire.

Si la diversité et le nombre de terminaux sont assez similaires entre une entreprise et un établissement scolaire (ordinateurs fixes, ordinateurs portables, périphériques mobiles, etc.), le contrôle des applications doit être particulièrement strict dans le cadre de l’apprentissage : les terminaux mis à la disposition des élèves étant prévus pour améliorer la pédagogie, et non pas pour le développement de leur personal branding sur les réseaux sociaux ! Pour autant, comme un salarié, un élève sera aussi très sensible, et donc plus apte à l’apprentissage, à une bonne expérience sur le terminal qu’il utilise.

Des outils spécifiques à l’enseignement

Intégrer le numérique à l’école, c’est intercaler un écran (généralement vertical) entre l’élève et l’enseignant. Ce qui suppose d’abord un réaménagement de l’espace de la classe, quand cela est possible. Mais c’est aussi et surtout mettre à la disposition des enseignants des outils leur permettant de gérer efficacement ce nouvel environnement de travail, et cette nouvelle interface avec l’élève.

Ce qui passe par exemple par l’implémentation d’un système de contrôle des écrans depuis le poste-enseignant : outre la possibilité pour l’enseignant de disposer d’une vue sur l'écran d'un ordinateur étudiant, l’outil doit permettre à l'enseignant de partager son propre écran afin de renforcer ses explications à l’élève, et d’échanger en face-à-face par écrit et donc, si besoin, en toute discrétion par rapport au reste de la classe. 

En d’autres termes, ce type d’outils doit permettre de répondre à tous les besoins de l’enseignant, quel que soit le moment, et in fine devenir une sorte de tableau noir numérique, mis à disposition de chaque élève sur son propre pupitre. 

Une sécurité à ne surtout pas négliger

En entreprise, la sécurité des données et plus globalement du système d’information est une question constante. Raison pour laquelle, notamment, l’installation de logiciels non autorisés sur un terminal professionnel est combattue par les DSI. À l’école, et dès lors que les données traitées sont généralement moins sensibles qu’en entreprise, l’on pourrait imaginer une sécurité moins stricte.

Dans les faits, les problématiques sont exactement les mêmes : qu’il s’agisse de combattre le shadow IT ou de garantir l’intégrité du système d’information dans son ensemble, la gestion de la sécurité est un élément majeur pour le parc informatique d’un établissement scolaire. Au-delà de la sécurité périmétrique pure, c’est évidemment aussi une gestion granulaire des identités et des droits associés qui doit être mise en œuvre.

En bref, qu’il s’agisse d’un outil de travail en entreprise ou d’un support d’apprentissage à l’école, un parc IT quel qu’il soit doit pouvoir compter sur une équipe et des outils de gestion efficaces, garants de son intégrité et de sa durabilité.

Annonces Google