Vu du cloud : pourquoi les entreprises doivent se montrer proactives en matière de disponibilité

En migrant vers le cloud, les entreprises ont tendance à penser que leurs données sensibles et leurs process critiques seront en sécurité et disponibles. Mais ce n’est pas toujours le cas.

Le cloud computing et les services associés sont parmi les technologies à avoir connu une croissance considérable ces dernières années. D’ailleurs, les dépenses informatiques ne semblent pas ralentir, comme en témoigne le nombre croissant d’entreprises qui adoptent des stratégies multi-cloud pour répondre à leurs besoins en matière de performance. Selon les prévisions de Bloomberg Intelligence, les dépenses informatiques consacrées au cloud devraient atteindre 205 milliards de dollars en 2020, contre 77 milliards de dollars en 2015.

Chaque semaine apporte aux entreprises son lot de nouveaux défis macroéconomiques et réglementaires : quelle que soit leur taille, elles sont confrontées à de fortes pressions économiques pour rester compétitives et agiles. Elles ont alors le choix entre résister au changement en ignorant les nouvelles technologies, ou bien chercher à se moderniser et remettre en question ce qui a été fait jusque-là, en adaptant leurs systèmes à l'ère numérique.

C’est une excellente nouvelle à la fois pour les fournisseurs de services cloud (CSPs) et pour les entreprises : puisque le marché du cloud gagne en maturité, son coût va continuer de baisser et la qualité du service n’en sera que meilleure. Un coup d'œil rapide au chef de file du cloud confirme cette hypothèse : depuis 2008, Amazon Web Services (AWS) a lancé plus de 1 000 nouvelles fonctionnalités et a réduit ses prix plus de 60 fois.

Naturellement, la demande et les dépenses sont élevées et la concurrence est également montée d’un cran. Il est donc essentiel, pour les CSPs, de conserver des services attractifs, sans quoi ce marché en développement pourrait bien leur glisser entre les doigts.

Concentration des services cloud

Ces deux dernières années, l’adoption du cloud et les dépenses qui y sont liées se sont faites au profit de modèles de cloud public et hybride. Ce dernier garantit aux entreprises un meilleur contrôle de leurs données sensibles par le biais d’un modèle privé, tout en leur permettant de bénéficier des fonctionnalités du cloud public et de configurations tels que le cloud bursting, qui combine cloud privé et public pour gérer les pics de demande informatique.

Même si ces approches sont différentes, les entreprises, en migrant vers le cloud, placent leur confiance entre les mains des fournisseurs de services cloud, et s’appuient de ce fait sur leurs normes de sécurité et de sauvegarde, plutôt que de penser uniquement à leurs propres normes.

Elles ont alors tendance à penser que leurs données sensibles et leurs process critiques seront en sécurité et disponibles. Mais ce n’est pas toujours le cas et des temps d’arrêt surviennent bel et bien, comme le rappelle par exemple la panne majeure chez AWS en 2017, qui a contribué à perturber de nombreux géants du web tels que Netflix, Pinterest et Spotify, ainsi que de plus petits sites (la panne avait également affecté des applications IoT et objets connectés comme des thermostats). Ou encore la perte de données clients enregistrée par Cisco en août 2017, suite à une erreur de configuration cloud.

Un service cloud vulnérable fragilise la confiance

Les divers incidents très médiatisés de ces dernières années illustrent également la vulnérabilité des fournisseurs dont les utilisateurs sont touchés par ces problèmes.

Dès lors que les marchés deviennent concurrentiels, les dépenses augmentent et les prix baissent. Cela signifie également qu’un fournisseur qui ne maîtrise pas pleinement son service risque d’être confronté à ce type de problème un jour ou l’autre et de perdre la confiance de ses clients. En conséquence, les utilisateurs n'hésiteront pas à confier le volume de leurs dépenses informatiques à un CSP avec lequel ils peuvent travailler et en qui ils peuvent avoir confiance.

À chaque panne, le besoin de disponibilité augmente

Aujourd'hui, chaque panne subie par des services cloud a des conséquences qui s’enchaînent selon un effet domino. Tout démarre par une première phase d’interruption des activités de l'entreprise qui a pour conséquence immédiate l’incapacité, pour les employés, de poursuivre leur travail. La seconde phase touche les clients qui subissent un mauvais service, le temps que le problème soit résolu (résolution qui peut se traduire par un temps d'arrêt supplémentaire). Enfin, en bout de chaîne, apparaissent les répercussions sur la réputation et les conséquences financières. Ces pannes géantes et ces temps d'arrêt mettent en évidence le besoin criant de disponibilité.

Une solution fiable de disponibilité et de sauvegarde dans le cloud ne produit généralement aucune conséquence pour l'utilisateur lorsque tout fonctionne bien. Si les entreprises touchées par la panne AWS avaient bénéficié d’une solution de sauvegarde cloud en parallèle de leur infrastructure de base, une quantité importante de temps, d'énergie et d'argent aurait pu être économisée. Le coût d'un tel service est relativement faible, mais les économies qu'il permet de réaliser sont énormes.

Si la croissance du chiffre d’affaire a vocation à être l’objectif majeur de tout PDG, comme l’affirme Gartner[i], les fournisseurs de service cloud doivent être capables de définir et mesurer clairement leur valeur commerciale numérique dans la transformation digitale de l’entreprise. La disponibilité sera un argument majeur de cette démonstration. Les budgets existent – la question est de savoir qui en profitera.

[i] Gartner - Market Trends: Successful CSP Digital Business Transformation Is Guided by Clear and Measurable Business Value - February 2018

Annonces Google