Stephen Elop se rapproche du poste de PDG de Microsoft

Stephen Elop se rapproche du poste de PDG de Microsoft L'ex-PDG de Nokia revient chez Microsoft pour prendre les commandes d'une activité stratégique. Il est encore plus pressenti pour remplacer Steve Ballmer.

L'acquisition de l'activité de téléphonie portable de Nokia par Microsoft place sur le devant de la scène Stephen Elop. La manœuvre le fait revenir au sein de Microsoft, où l'attend la fonction de vice-président exécutif chargé des Devices, une activité qui est tout simplement l'une des grandes priorités de Microsoft depuis sa réorganisation.

Un poste donc stratégique, qui pourrait bien être le meilleur tremplin pour prendre la place de Steve Ballmer. Ce dernier vient d'ailleurs d'admettre clairement que Stephen Elop faisait partie des candidats étudiés par Microsoft. Et les parieurs ne s'y sont pas trompés. Le site britannique de pari en ligne Ladbroke propose de miser sur celui qui deviendra PDG de Microsoft. Stephen Elop était déjà le favori, mais avec cette nomination, sa  cote est passée de 1 contre 5 à 2 contre 5 en une semaine.

 
Le nom du futur PDG de Microsoft : les cotes
Nom du prochain PDG de Microsoft Cote
Source : Ladbroke (03/09/2013)
Stephen Elop   2/5
Sheryl Sandberg   7/1
Steve Sinofsky   12/1
Kevin Turner   16/1
Kiril Tatarinov   16/1
Qi Lu   20/1
Terry Myerson   20/1
Satya Nadella   20/1
Paul Maritz   20/1
Kevin Johnson   20/1
Reed Hastings   20/1

 

Stephen Elop, le "cheval de Troie" de Microsoft chez Nokia

Son CV dispose aussi de plusieurs atouts, qui pourraient le légitimer à la tête de l'éditeur de Windows. Pour rappel, avant d'être PDG de Nokia, il était président de la division Entreprise de Microsoft. Il connaît donc bien Redmond. D'ailleurs, chez Nokia, il aura finalement continué à travailler pour Microsoft, puisque c'est sous son impulsion que Nokia est devenu le partenaire privilégié de l'éditeur de l'OS Windows Phone. Certains observateurs avaient d'ailleurs immédiatement pensé que sa nomination en tant que PDG de Nokia, en 2010, avait surtout pour but de le transformer en cheval de Troie, envoyé et piloté par Redmond pour soumettre Nokia à Microsoft. L'histoire vient de leur donner raison.

Une biographie qui le crédibilise à la tête de Microsoft

office 10
Stephen Elop en train de présenter Office 2010, lorsqu'il dirigeait la puissante division Entreprise chez Microsoft. © Microsoft

Stephen Elop peut aussi faire valoir les bons côtés de son bilan à la tête de Nokia. Les ventes des Lumia affichent de belles croissances, et de récents indicateurs montrent d'encourageantes progressions des parts de marché des Windows Phone dans des marchés particulièrement disputés. Des tendances qui intéressent bien évidemment Microsoft, très en retard sur ce marché des terminaux mobiles qui lui a échappé.

Les analystes financiers rappelleront toutefois que sous la direction de Stephen Elop, Nokia a vu le prix de ses actions s'effondrer de 7,79 euros à 2,96 euros.

Autre argument pouvant intéresser Microsoft, Stephen Elop aura consacré toute sa carrière à l'informatique. Il en connaît bien des facettes. Il était par exemple directeur de projets chez l'éditeur de logiciels Lotus, avant d'être le DSI d'un grand groupe américain de la restauration pendant 6 ans. Il a également gravi les échelons au sein du département IT de Macromédia, avant d'en devenir le PDG, trois mois avant son rachat par Adobe en 2005. Il restera chez Adobe un peu plus d'un an, avant de devenir le COO de Juniper Networks. C'est après ce poste qu'il sera nommé chez Microsoft, à la tête de la puissante division Entreprise, en charge des produits Office ou Dynamics, où il aura notamment dû gérer le lancement et la commercialisation d'Office 2010.

Annonces Google