Déni de vodka

après l'estonie et la géorgie, c'est au tour du kirghizistan d'être la cible
Après l'Estonie et la Géorgie, c'est au tour du Kirghizistan d'être la cible d'attaques en déni de service. © Ministère des Affaires étrangères et européennes.

Il ne fait décidemment pas bon d'avoir été un ancien pays du bloc soviétique et d'avoir quelques différends politiques avec la Russie. Après l'Estonie et la Géorgie, c'est au tour du Kirghizistan d'être la cible d'attaques en déni de service. L'offensive informatique a débuté le 18 janvier et est dirigée contre les deux principaux FAI du pays, paralysant ainsi l'Internet.

Selon un expert en sécurité de SecureWorks, l'attaque serait le fait d'un groupe russe, une milice, selon lui déjà à l'origine du déni distribué contre la Géorgie. Le Kirghizistan doit accueillir une base militaire américaine, ce à quoi s'oppose la Russie. Pour SecureWorks, cette cyber-milice interviendrait pour protéger les intérêts russes.

Suggestions de contenus