Web Components : prochaine révolution du développement web ?

Les Web Components ont pour but de faciliter la création de composants HTML graphiques réutilisables. Google et Mozilla soutiennent cette initiative du W3C.

Révolutionner la manière de concevoir une interface graphique web : tel est l'objectif de la spécification Web Components en cours de standardisation au sein du W3C. Elle introduit la notion de tags HTML réutilisables.

Templates, décorateurs (faisant appel à des sélecteurs CSS), éléments personnalisés, Shadow DOM... "Les Web Components permettent de combiner plusieurs éléments pour créer des widget réutilisables avec un niveau de richesse et d'interactivité sans commune mesure avec ce qui est aujourd'hui possible en se limitant aux CSS", explique W3C.

Même si le processus de standardisation des Web Components est loin d'être abouti au sein du consortium, les éditeurs de navigateurs commencent à s'engager en faveur de cette nouvelle technologie plus que prometteuse. Google et Mozilla ont notamment levé le voile chacun sur une infrastructure visant à faciliter le développement de ce nouveau type de composant.

Les deux acteurs entendent bien parallèlement assurer la prise en charge de cette nouvelle spécification par leur navigateur respectif. L'idée est d'œuvrer à un socle commun : une API de bas niveau (baptisée polyfill) pour faire en sorte que les Web Components s'exécutent de manière équivalente sur Firefox et Chrome.

Premier framework chez Mozilla et Google

Du côté de Google, c'est le framework Polymer qui est mis en avant. Il a été présenté à l'occasion du dernier salon Google I/O. Quant à la fondation Mozilla, elle propose la librairie polyfill x-Tag, ainsi qu'une première bibliothèque de composants, baptisée Brick. Cette dernière permet notamment de manipuler des menus, des sélecteurs de date ou des calendriers, voire des composants plus complexes (par exemple des slides animés avec des transitions). Et ce simplement en paramétrant des feuilles de style Brick et des librairies JavaScript, puis en positionnant des tags HTML sur les pages.

Plus besoin de faire appel à jQuery UI et autres opérations HTML fastidieuses. Sans compter qu'au final, le développeur obtient un composant réutilisable. 

La question de la compatibilité avec les navigateurs d'ancienne génération

Reste à savoir comment faire cohabiter cette nouvelle spécification avec les navigateurs d'ancienne génération. Toujours la même question... Sur le site du projet Polymer, Google fait le point sur la prise en charge de cette nouvelle technologie par les différents navigateurs.

 

pollify
Prise en charge de la technologie Web Components du W3C par les différents navigateurs. © Capture JDN

Mozilla / Google