Andi Gutmans (Zend Technologies) "PHP Next Generation est plus performant que HHVM de Facebook"

Le CEO et co-fondateur de Zend nous a accordé une interview exclusive lors de son passage à Paris la semaine dernière. L'occasion de faire le point sur le futur avec ce père de PHP.

gutmans
Andi Gutmans est CEO et co-fondateur de Zend. Depuis PHP 3, il est à la tête des développeurs principaux de PHP. Une tâche qu'il partage avec le directeur technique et également co-fondateur de Zend, Zeev Suraski. © Cécile Debise / JDN

JDN. Quelle est votre vision aujourd'hui sur le futur de PHP ?

Andi Gutmans. PHP est utilisé par 40% des sites web à travers le monde. Nous constatons dans le même temps une évolution des entreprises vers les technologies web pour leurs applications métiers, mais également de plus en plus de projets dans la mobilité. Des projets qui nécessitent d'innover rapidement, en étant attractif et orienté client. Or, le PHP a toujours été bon sur le web. C'est aussi un langage productif. Traditionnellement, les DSI se sont orientés vers Java et .net. Elles sont en train de transformer leur capacité de déploiement d'applications, et utilisent de plus en plus PHP dans cette optique. Pour nous, il s'agit du principal changement actuel dans l'univers PHP qui fait que ce langage devient plus fort aujourd'hui. 

L'écosystème PHP est aussi extrêmement dynamique, et de plus en plus, avec de nombreuses innovations. Elles concernent les frameworks et le runtime PHP notamment, mais aussi de nouveaux outils de rupture en matière de déploiement continu. Je pense à des outils comme Composer [qui gère les dépendances entre versions de composants NDLR]. Tout cela fait que nous vivons une période passionnante, probablement beaucoup plus trépidante que les années précédentes. 

PHP 6 n'est finalement pas sorti, comme l'intégration d'Unicode en natif. Est-ce que cela demeure un objectif ?

C'est une question importante. L'UTF est devenu un standard pour l'internationalisation. Et PHP a été lent à l'adopter. Nous avons fait un grand pas en ce sens en construisant une librairie d'internationalisation pour PHP. Grâce à cela, le langage est aujourd'hui utilisé au Japon, en Chine, dans de très nombreux pays. Dans PHP 5.4, nous avons par exemple intégré des possibilités de transcodage pour le marché japonais. Quant au support natif de l'Unicode, il a été décidé de ne pas s'y aventurer du fait d'une baisse de performance, et de problème de dépassement de capacité mémoire. Mais il est possible de l'intégrer avec les composants que nous avons ajoutés depuis. 

andi gutmans 2
"Nous avons refactorisé et refondu certains points fondamentaux de Zend Engine, avec de très bons résultats" © Cécile Debise / JDN

Que pensez-vous du projet HHVM de Facebook ?

C'est un projet très intéressant. Je connais l'équipe de Facebook qui travaille dessus. Ils réalisent un beau travail. Mais je pense que la question du runtime n'est qu'une question parmi d'autres en matière de performance. Il y a aussi celle de la base de données. Plus largement, lors du choix d'un langage, il y a aussi la question de la communauté, de l'écosystème...

PHP.net demeure une référence. Je pense que la communauté PHP doit rester soudée autour d'un langage, et ne pas multiplier les déclinaisons. La fragmention n'est pas une bonne chose.

Vous avez aussi récemment œuvré à l'amélioration des performances de PHP. Comment PHP, dans sa déclinaison phpng, se situe-t-il par rapport à HHVM ?

Nous avons effectivement réalisé beaucoup de travaux autour du runtime PHP. HHVM intègre une compilation just-in-time, ce qui le rend plus rapide sur certains benchmarks. A travers le chantier phpng, ou PHP Next Generation, nous avons refactorisé et refondu certains points fondamentaux de Zend Engine, avec de très bons résultats. Cela montre que la performance peut être poussée par d'autres aspects que JIT - que nous n'avons pas décidé de mettre en place pour le moment. 

Nous avons constaté à peu près les mêmes performances sur WordPress entre HHVM et phpng, HHVM étant, il est vrai, un peu plus rapide, de 10%. Sur SugarCRM, phpng est trois fois plus rapide que HHVM. Globalement, phpng est deux fois plus rapide que HHVM. Et même sur PHP 5.6, qui précède phpng, nous avons observé une performance plus importante pour certaines applications. Certains benchmarks publiés n'étaient pas tout à fait justes non plus, car ils utilisaient des versions sans OPcache. Mais comme je l'ai dit, la performance ne fait pas tout.

 

Fabien Potencier estime que SensioLabs a su être, à un moment donné, plus innovant que Zend. Il évoque notamment des projets comme Composer ou Twig (lire l'interview). Qu'en pensez-vous ?

Toutes les innovations qui émergent dans l'écosystème PHP sont bonnes pour PHP. Et si elles sont bonnes pour PHP, elles sont aussi bonnes pour Zend. Notre serveur PHP, Zend Server, peut prendre en charge n'importe quelle application et infrastructure PHP. Nous avons des clients Zend Server qui utilisent Symfony ou Zend Framework, mais aussi des CMS comme Drupal ou Laravel, ou encore leurs propres frameworks PHP. Nous devons sortir de cet échange tactique entre Symfony et Zend Framework sur la question de l'innovation. Ces discussions n'apportent rien à la communauté PHP. C'est une vision à courte vue.

andi gutmans 4
"Quand on voit qu'Amazon livre une évolution toutes les 9 secondes sur AWS, on comprend quel est l'enjeu des entreprises aujourd'hui." © Cécile Debise / JDN

Notre vision est nettement plus stratégique. Nous avons la volonté de répondre aux questions que se posent nos clients en matière de time-to-market, de productivité des développements, de moteur de runtime... Notre objectif sur le plan open source comme commercial est de créer un changement de paradigme dans la valeur IT. Comment faire en sorte que PHP continue à être le leader du développement Web, et le devienne dans le domaine mobile ? Qu'est-ce qui fera croître la part de marché de PHP ? Comment PHP permettra à l'entreprise de réussir ? Ce sont là nos vrais objectifs.

Nous voulons aussi garder une longueur d'avance en termes d'innovation. Le projet open source Apigility que nous avons lancé fin 2013 l'illustre bien. Il part du constat que les architectures web évoluent d'une orientation HTML vers les API. Nous avons des clients dans le secteurs des média et de la santé qui commencent à l'utiliser. L'idée est de prendre le leadership là-dessus. Nous avons choisi de proposer un produit de rupture, qui change le jeu et concurrence directement les autres langages. C'est un vrai changement, qui va bien plus loin que les améliorations incrémentales réalisées dans Zend Framework ou Symfony.

Sur la question des communautés, nous n'avons plus rien à prouver. Il suffit de voir l'ensemble des projets que nous avons lancés et auxquels nous contribuons : PHP, Zend Framework, Eclipse PDT... Nous avons aussi contribué à MySQL. Nous avons par conséquent une capacité d'investissement forte dans et avec les communautés. C'est un point très important pour nous. Mais la réussite d'un projet se mesure surtout par le niveau de contributions de la communauté. Si vous prenez les projets PHP ou Zend Framework, le nombre de contributions qu'ils fédèrent sont majoritaires en dehors des équipes de Zend. C'est un signe de succès.

andi gutmans 3
"En matière de cloud, nous avons signé des accords avec Amazon, IBM et Microsoft." © Cécile Debise / JDN

Le déploiement continu semble être aussi l'un de vos focus cette année...

Quand on voit qu'Amazon livre une évolution toutes les 9 secondes sur AWS, on comprend quel est l'enjeu des entreprises aujourd'hui en termes de vitesse de déploiement des applications. C'est en particulier le cas sur le terrain des apps mobiles. Nous voulons aider les entreprises à répondre à ce défi, en leur apportant des solutions agiles, de DevOps et d'optimisation de la qualité du code. Et ce, tout en répondant à la question du dimensionnement, et du reach à travers la gestion d'API.

Vous avez signé des accords en vue de porter vos technologies dans le cloud. C'est le cas avec IBM, Amazon et Microsoft. Avez-vous déjà des clients utilisant ce type de solutions ? 

Certains clients ont acquis des licences Zend, et déploient nos technologies sur des instances AWS. D'autres commencent à souscrire à l'offre de paiement à la capacité que nous avons lancée avec Amazon il y a un an. Nous avons co-designé ce programme avec Amazon. Il permet à des entreprises de plus petite taille de tirer profit de Zend Server pour un coût plus faible, tout en payant à l'usage. C'est une solution très élastique. Zend Server vous permet de gérer 200 grappes de serveurs. Nous avons également signer un accord avec IBM, à la fois sur le volet IaaS avec Softlayer mais aussi PaaS avec Bluemix - qui est bâti que CloudFoundry. Nous nous sommes aussi rapproché de Microsoft quand Satya Nadella est devenu patron de l'activité Server & Tools et du cloud Azure, et qu'il a impulsé le IaaS sur Azure.

De plus en plus, les Back End d'applications mobiles et les API sont hébergés sur des clouds. Prenez-vous en compte ce lien entre cloud et mobilité dans votre stratégie ?

andi gutmans 5
"Le but est de proposer une infrastructure PHP scalable, en mode cloud, avec la possibilité de consommer les applications sous forme d'API depuis de multiples canaux" © Cécile Debise / JDN

Il est évident que ce lien existe. Et notre politique produit va dans ce sens. C'est bien là l'objectif du portage de Zend Server et Zend Framework sur ces différents clouds, mais c'est aussi le but d'Apigility et des dernières évolutions réalisées dans Zend Studio en matière de développement d'apps mobiles.

Mais le principal défi d'un projet mobile ne se situe pas côté client. Il se place dans votre capacité à construire des services cloud qui permettent la contextualisation, la personnalisation et la géolocalisation, en gérant des connexions au système d'information client existant. Le tout avec le dimensionnement adéquat. C'est ce qui fera la valeur de votre application. L'idée est donc bien de proposer une infrastructure PHP scalable, en mode cloud, avec la possibilité de consommer les applications sous forme d'API depuis de multiples canaux.

Biographie professionnelle
: Andi Gutmans est CEO et co-fondateur de Zend Technologies. Il est diplômé d'un B.A en informatique du Technion à Haïfa (Israël). Avec Zeev Suraski qu'il rencontre étant étudiant, il développe PHP 3 en 1997. En 1999, tous deux créent Zend Engine, le cœur du langage PHP 4, et fondent Zend Technologies. "Zend" correspond à un mot-valise combinant leurs deux prénoms, Zeev et Andi. Depuis, Zend Technologies anime l'équipe des développeurs du langage PHP. Elle est aussi à l'origine de Zend Framework et Zend Studio.


Lire aussi :

Serveurs / Framework