Showroomprivé : introduction perturbée à la Bourse de Paris

Deux jours après la débandade de Deezer, le site de ventes événementielles a maintenu son IPO. Déjà fixée au bas de la fourchette de prix, l'action a rapidement perdu 10%.

L'action de Showroomprivé chutait de 10% ce matin après l'introduction sur Euronext du site de ventes événementielles, confirmant le contexte tendu pour les entrées en bourse actuellement. Deux jours avant, Deezer avait en effet reporté son IPO du fait des mauvaises conditions de marché.

Côté Showroomprivé, il n'a jamais été question de reporter. "Nous avons été très vite souscrits, donc nous ne l'avons jamais envisagé, explique son cofondateur Thierry Petit. Pendant notre roadshow, nous avons bien sûr senti une extrême tension du marché, à la limite de l'irrationnel. Mais les investisseurs ont été très rassurés par notre modèle et notre rentabilité. Simplement, par précaution, nous avons fixé le prix de l'action sur le bas de la fourchette." En l'occurrence, à 19,50 euros, ce qui a tout de même permis à la société d'atteindre une valorisation de 660 millions d'euros.

"Evidemment, nous aurions préféré que Deezer réussisse son entrée, commente Thierry Petit. Et je ne peux pas dire que je ne suis pas déçu par ce -10%. Mais nous préférons regarder le long terme." Et de rappeler que si la Fnac avait complètement raté son introduction en bourse, Alexandre Bompard a très bien redressé la situation. L'entrepreneur ajoute d'ailleurs que lui et David Dayan, l'autre cofondateur, détiennent toujours plus de la moitié des droits de vote et ont tous les atouts en main pour poursuivre l'histoire de Showroomprivé.

Financer la croissance et l'innovation

Concrètement, le site marchand a ce matin levé 256 millions d'euros pour une action à 19,50 euros. "Mis à part le Chinois Vipshop, qui s'était déjà engagé à acquérir pour 30 millions d'euros d'actions, nos nouveaux actionnaires s'équilibrent entre la France, l'Europe et les Etats-Unis", précise Thierry Petit. L'e-commerçant emploiera les fonds levés à poursuivre sa croissance à l'international, à la fois organique et externe, tout comme sa démarche d'innovation : "Nous avons déjà mis en place la livraison en 24h, nous innovons beaucoup sur le mobile, nous avons lancé notre marque propre, nous incubons des start-up… Nous allons continuer dans cette direction pour toujours conserver un coup d'avance."

Le ministre de l'Economie et des Finances Emmanuel Macron était venu assister au coup d'envoi de la cotation de Showroomprivé chez Euronext. La question du financement reste en effet au cœur de l'économie numérique : "une introduction en bourse signifie des sorties possibles pour les investisseurs et donc un encouragement aux investissements qui résulteront à leur tour en créations d'emplois", analyse Thierry Petit. Qui ajoute l'intérêt porté par le ministre aux actions gratuites remises aux 600 salariés présents dans l'entreprise depuis plus d'un an, un dispositif encouragé par le gouvernement actuel.

Fort de ses 20 millions de membres dans huit pays d'Europe, Showroomprivé a réalisé un chiffre d'affaires 2014 de 350 millions d'euros pour 15,5 millions d'euros d'Ebitda (soit 4,4%). Il vise pour 2015 un chiffre d'affaires compris entre 435 et 450 millions d'euros, pour 22 à 24 millions d'euros d'Ebitda (5,1 à 5,3%). Son objectif : maintenir une croissance de 20% à 25% par an pour atteindre 750 millions d'euros de CA 2018.

Showroomprivé / Introduction en Bourse