Les drones d'Amazon "sont plus des chevaux que des voitures"

Paul Misener, vice-président d'Amazon, explique le mode de fonctionnement du futur service de livraison par drone du e-marchand.

D'après Paul Misener, vice-président en charge des politiques publiques chez Amazon, les drones qui livreront un jour les colis du marchand,  "sont plus des chevaux que des voitures". Il a expliqué dans une interview accordée à Yahoo Tech que les drones utilisent "la technologie voir-et-éviter", très utile pour la livraison de colis chez des particuliers.

"Les drones ont ce qu'on appelle la technologie voir-et-éviter, explique-t-il. Ce qui signifie détecter puis éviter les obstacles". Il compare ces drones à un animal. "S'il y a un petit arbre devant votre maison et que vous voulez, pour une raison quelconque, le percuter avec votre voiture, vous le pouvez. Mais essayez de foncer dans l'arbre avec un cheval. Vous n'y arriverez pas. Le cheval verra l'arbre et le contournera".

L'idée du drone vient du fils de Misener. Il raconte : "après mon arrivée chez Amazon début 2000, mon fils était assis sur mes genoux. Nous avions commandé un objet sur Amazon, et il est descendu de mes genoux et a couru vers la porte d'entrée pour attendre l'arrivée du colis". Sans doute a-t-il dû attendre longtemps...

"Depuis ses débuts, Amazon a travaillé sans relâche pour livrer les colis toujours plus vite, en commençant avec Prime, qui livre les colis en deux jours aux Etats-Unis, puis nous avons mis en place la livraison dès le lendemain de la commande, puis la livraison dans l'heure et enfin Prime Air, qui livre les colis dans les 30 minutes", se remémore Paul Misener.

 

Article de Max Slater-Robins. Traduction de Soraya Bouznada, JDN

Voir l'article original : An Amazon exec says its flying drones are more like horses than cars.

Amazon / Drones