L'impression 3D : la nouvelle frontière de l'e-commerce

Impression 3D e-commerce L'impression 3D offre de multiples possibilités de personnalisation et de conception de produits, permettant l'émergence de nouveaux modèles de vente en ligne.

Le principe de l'impression 3D est simple : on scanne un objet en 3D ou on le conçoit à l'aide d'un logiciel de CAO, un algorithme valide la faisabilité de l'objet, puis on lance l'imprimante qui superpose les couches de plastique, métal, céramique, béton, etc. jusqu'à ce que l'objet ait pris sa forme définitive. Ce sont aujourd'hui 200 matériaux qui peuvent être mis à contribution, permettant dorénavant de fabriquer des objets résistants et de bonne qualité pour un coût modeste. Certaines imprimantes 3D, qui pèsent plus d'une tonne et coûtent jusqu'à 100 000 euros, sont pour l'instant réservées à un usage industriel, quand celles d'une quinzaine de kilos pour un millier d'euros peuvent être utilisées par des particuliers. De quoi permettre l'émergence d'un certain nombre de modèles d'e-commerce basés sur ces possibilités.

La première opportunité consiste à offrir au consommateur de personnaliser le produit jusque dans les moindres détails, voire de le concevoir lui-même. L'imprimante 3D du marchand se chargera de lui donner corps et de n'en produire que la quantité désirée. Et c'est bien en cela que le numérique va permettre à la technologie de décoller, à travers la multiplication des logiciels aidant les consommateurs à concevoir, personnaliser et échanger facilement les objets à imprimer.

C'est en substance ce que propose le Français Sculpteo. Fondée en septembre 2009 par des designers qui désiraient utiliser l'impression 3D pour promouvoir, fabriquer et vendre leurs propres créations, la société a ensuite fait évoluer son activité pour proposer à des clients professionnels et particuliers de fabriquer les modèles qu'ils auraient conçus. Pour ce faire, Sculpteo a développé une interface permettant aux clients d'uploader leurs créations, mais également une application de création d'objets 3D. Les clients ont également la possibilité de choisir un modèle créé par l'un des designers de Scuptéo et de le personnaliser. En fonction de la taille, de la matière et des couleurs de l'objet, son prix variera entre une dizaine et plusieurs milliers d'euros. La société vend plusieurs dizaines de milliers de produits par mois, enregistre une croissance à deux chiffres et investit environ 1 million d'euros par an en R&D.

sculpteo
Créations sur Sculpteo.com © Sculpteo

Impression-3D.com s'adresse lui aussi aux particuliers et aux professionnels, artistes, architectes, designers industriels ou d'objets qui désirent faire réaliser un prototype ou une maquette. Créée en 2005, la société fait valoir que la technologie d'impression 3D est plus rapide et environ 3 fois moins chère que les techniques traditionnelles de prototypage. Elle promet des commandes livrées sous 24 heures pour une tarification débutant à 40 euros. Impression-3D.com explique réinvestir 10% de son chiffre d'affaires en R&D, dans la chimie des matières, les processus post-finitions et le développement de projets collaboratifs.

impression 3d
Maquettes créées avec Impression-3d.com © Impression-3d.com

Un autre acteur français s'est lancé plus récemment sur le créneau : 3biggg. Ses infographistes sont aussi capables, à partir d'une image en 2D (logo bien sûr, mais aussi dessin d'enfant), de le modéliser en 3D avant d'en imprimer un objet. Aux Etats-Unis, l'une des sociétés les plus avancées en matière d'impression 3D est ShapeWays. Elle imprime en 3D les objets conçus par ses clients et les leur expédie, mais leur permet également de les commercialiser eux-mêmes sur son site.

Les fabricants d'imprimantes 3D sont évidemment très bien placés pour commercialiser aussi les productions de leurs machines. Le leader historique 3D Systems dispose ainsi d'un catalogue d'objets 3D de quelques dollars à un millier de dollars, dont le consommateur n'a plus qu'à personnaliser la taille et la couleur avant de les commander en ligne : Cubify. Son concurrent MakerBot propose également des créations 3D sur son site Thingiverse.com, dont les fichiers sont accessibles gratuitement et sous la licence opensource Creative Commons, mais ne commercialise pas les objets physiques. Il existe d'ailleurs bon nombre de plateformes d'échange de fichiers d'objets 3D, parmi lesquelles 3dvia, Google Sketchup library, Turbosquid... Même le site de piratage en peer-to-peer Thepiratebay a ouvert une section dédiée, Physibles, mettant au passage le doigt sur une problématique qui a déjà commencé à déchaîner les passions : la propriété intellectuelle des objets imprimés en 3D.

En outre, certains e-commerçants utilisent l'impression 3D dans leur propre processus de fabrication, comme le bijoutier en ligne français Gemmyo. L'internaute conçoit son bijou sur le site à partir de multiples combinaisons possibles de formes, de métaux et de pierres, au moyen d'un logiciel 3D. A partir de sa création, Gemmyo imprime en 3D le prototype du bijou, qui lui sert à créer le moule qu'utilisera le joaillier pour produire le bijou final. C'est donc bien la technique de l'impression 3D qui lui permet de proposer cette personnalisation, mais également d'avoir un stock réduit au minimum. C'est également grâce à cela que l'e-marchand peut afficher sur son site des images de synthèse, répliques exactes des bijoux au dixième de millimètre près et bien plus zoomables que des photos, pour l'ensemble des combinaisons possibles.

gemmyo
Conception d'un bijou personnalisé sur Gemmyo.com © Gemmyo

Si l'impression 3D détient la capacité de bouleverser massivement l'industrie traditionnelle, elle mettra encore 5 ans au moins pour sortir de sa niche, estime le cabinet Gartner. La généralisation de ces imprimantes au domicile des consommateurs se fera donc encore attendre. Toutefois, nous pourrions bien voir émerger cette technologie plus rapidement grâce au déploiement de "Fab Labs" dédiés, ateliers où les imprimantes 3D seront mises à disposition des clients qui voudront fabriquer des pièces détachées pour leurs appareils en panne - les fabricants d'électroménager y pensent déjà - ou encore les chaussures de leurs rêves, comme l'imaginent les designers Andreia Chave et Hoon Chung. De quoi court-circuiter les distributeurs ? Certains en tout cas ont commencé à réfléchir aux défis de l'impression 3D : Jeff Bezos, le fondateur et PDG d'Amazon, a participé en 2011 au tour de table de 10 millions de dollars de MakerBot. Sortie en septembre 2012, la dernière génération d'imprimantes domestiques du fabricant n'est déjà plus open source...

 

Les autres dossiers "Usine 2.0"

Imprimante 3D