Confidentiel : JolieBox acquiert son homologue espagnol Glamourum

Après le Royaume-Uni en novembre, l'e-marchand français de coffrets beauté poursuit en Espagne son expansion européenne accélérée et prévoit de sortir des cosmétiques.

L'e-marchand français de coffrets beauté JolieBox a fait l'acquisition de 100% du capital de Glamourum, qui revendique la place de leader de ce segment en Espagne, en nombre de membres et de marques partenaires. Créé en juin 2011 au même moment que JolieBox en France, Glamourum y fait également figure de précurseur de ce modèle économique, proposant à ses abonnées de recevoir chaque mois une "beauty box" de 4 à 6 cosmétiques au format voyage (lire le dossier Un nouveau business model dans l'e-commerce : les beauty box, du 03/02/2012).


Le management et les équipes de l'Espagnol restent en place, mais son site et ses coffrets seront rapidement mis aux couleurs de JolieBox, en particulier afin d'homogénéiser les relations avec les marques. "Glamouroum vend quelques marques françaises, mais aussi un certain nombre de marques locales et de marques du bassin méditerranéen, explique Quentin Vacher, cofondateur de JolieBox. Nous allons pouvoir vendre en Espagne les marques sourcées en France par JolieBox et inversement."


JolieBox, qui a levé 1 million d'euros en octobre 2011 auprès d'Alven Capital, avait racheté dès le mois suivant son concurrent britannique Boudoir Privé. Le site poursuit donc ses projets d'expansion européenne rapide. "Nous avons tout de suite eu la conviction qu'il fallait devenir européen très tôt, c'était d'ailleurs l'une des raisons de notre levée, souligne Quentin Vacher. Tisser des relations solides avec les marques nécessitera bientôt d'être présent au niveau européen. En outre, le secteur accorde une prime au premier entrant : nous privilégions donc des acquisitions à des lancements en propre qui nous feraient perdre plusieurs mois. Et bien sûr, racheter un acteur déjà établi limite aussi la part de hasard qui accompagne tout lancement from scratch..."


Logiquement, JolieBox examine donc des dossiers dans d'autres pays. "Nous voulons être leaders dès notre arrivée sur un nouveau marché, précise l'entrepreneur. Nous ciblons donc les sociétés leader, qui accordent la même importance que nous aux services offerts aux marques." Au même titre que les sites de ventes privées, JolieBox estime en effet avoir pour clients aussi bien les acheteurs finaux que les marques partenaires.


La société, qui prévoit également de traverser l'Atlantique cette année, travaille enfin à la création d'autres services d'e-commerce sur abonnement, pour ne plus se limiter aux cosmétiques. Parmi les forces qu'il revendique face aux principaux acteurs du secteur, le britannique Stylistpick ou l'américain BeachMint notamment, JolieBox se targue en particulier d'avoir des coûts d'acquisition très bas, de peu dépenser en marketing et de savoir retenir ses clients (lire le dossier L'e-commerce sur abonnement va bientôt déferler, du 24/02/2012).

Autour du même sujet

Annonces Google