La curation : le nouveau booster du livre ?

Pour la première fois un site de curation "nouvelle génération" accompagne un livre. Que cela change-t-il ? En quoi cela modifie-t-il le travail de l’auteur et pour quelle valeur ajoutée ? Quelles tendances lourdes sur l’industrie du livre cela préfigure-t-il ?

1. La crise de l'édition, quelle crise ?
Derrière le discours ambiant de crise sur fond de "google-isation" de l'information, et à quelques jours de l'ouverture du salon du livre à Paris, il est important de mettre en lumière une réalité méconnue : le livre se porte bien.

Certes, l'appétit assumé de Google, qui veut "numériser la bibliothèque mondiale", peut sembler menaçant pour toutes les formes traditionnelles de l'écrit, et en particulier pour LE support écrit. Le livre pourrait finir par paraître "archaïque" face aux nouveaux supports multimédia.

Et pourtant, grâce aux nouvelles technologies et contrairement à ce qu'on aurait pu croire, le livre s'offre une seconde jeunesse.
D'une part, loin d'enterrer le livre, les avancées technologiques comme l'iPad l'ont remis sur le devant de la scène grâce à un meilleur confort de lecture sur écran tactile et l'accès, en un clic, à la bibliothèque géante "iBooks".

D'autre part, l'édition elle-même a déjà entamé sa mutation et  se modernise à vitesse grand V, y compris dans ses modes de distribution. La première maison d'édition gérée par les internautes, "My Major Company", a fait son apparition en novembre dernier, en association avec XO édition. De nouveaux concepts de  librairies à thème émergent et deviennent des lieux de convivialité où l'on vient faire des rencontres et échanger tout autant qu'acheter des livres.

Le e-Book est la première génération de livre numérisé. La deuxième arrive et propose une collaboration bien plus riche entre le livre imprimé et d'autres formes de contenu numérique. 
 
2/ La curation ou l'art de mettre en scène des contenus
Le phénomène du moment qui cristallise cette évolution déjà bien engagée, c'est celui de la "curation". Mise en vedette en France lors de la social media week en ce début d'année, la curation existe sous diverses formes depuis 2009, notamment aux Etats Unis.

Le terme « curation »,  difficile à traduire en français,  désigne l'action de choisir, rassembler, puis mettre en scène du contenu numérique pour le partager (photo, video, article, fil d'info..), tout comme un conservateur de musée expose et fait découvrir des oeuvres, selon une scénographie étudiée.

Le besoin n'est pas nouveau, certains estiment qu'il est même à l'origine du web (les premières pages web jouant ce rôle là initialement), mais il est aujourd'hui formidablement  exacerbé sous la double impulsion de la mobilité et des réseaux sociaux :  en effet, l'avalanche d'informations en temps réel, que génèrent aujourd'hui les Twitter, réseaux sociaux, et autres blogs, rend les moteurs de recherche comme Google de plus en plus  inefficaces quand on veut approfondir un sujet ou un thème donné.

Face à cela, il existe un besoin croissant de référents, d'experts, capables de sélectionner le contenu à notre place, et nous tolérons de moins en moins la perte du temps  quand il faut chercher soi-même. En quelque sorte, nous assistons à un retour aux sources du web lorsque les annuaires « humains » comme Yahoo avaient la part belle avant l'émergence des « robots » Google.

A première vue, cela pourrait signifier un déplacement de valeur vers ceux qui organisent et filtrent l'information plutôt que vers les producteurs de contenu. Des voix s'élèvent déjà pour dénoncer ce « vol organisé de la création »...

En réalité, c'est une opportunité formidable pour les auteurs qui sauront en tirer parti. L'intégration de la curation dans son travail d'auteur, c'est assumer et accepter de jouer avec ses sources et ses influences, et de les publier pour en faire un prolongement de son oeuvre. Proposer des contenus visuels en relation avec un ouvrage, c'est penser également à l'oeil du lecteur en ajoutant de l'émotionnel. L'auteur devient « metteur en scène de l'information ».

Certains auteurs ont déjà fait appel à la curation. Ils ont généré des communautés de plusieurs centaines de milliers de fans, et font de la sortie de chacun de leurs livres un évènement très attendu. Guy Kawasaki par exemple a été parmi les premiers à créer son "journal de curation", Paper.li.
 
 3/  Du multimedia au plurimedia, l'expérience ergonomique
L'idée de prolonger l'expérience d'une oeuvre sur le net et d'entrer en contact direct avec son public n'est pas nouvelle en soi. Elle a déjà été exploitée notamment par les agences marketing à la sortie d'un film ou d'un album musical ou encore par les auteurs d'un livre sur leur blog ou leur page facebook.

En revanche, ce qui est vraiment nouveau, c'est la prolongation de la création par la fourniture d'un autre contenu qui lui donne une nouvelle perspective. L'oeuvre devient plurimedia au lieu d'être tout simplement déclinée en format numérique et/ou accompagnée d'un support promotionnel multimédia.

Dès lors, la question du format et de l'ergonomie devient fondamentale. Il faut pouvoir allier profondeur et simplicité d'utilisation, organiser la découverte tout en préservant la liberté du lecteur. Sur ce plan également, les innovations apportées par la curation donneront à l'auteur de nouvelles formes d'expression.

Le format le plus répandu est le "journal" généré à partir de plusieurs sources d'informations, le plus souvent twitter ou facebook. C'est le cas de paper.li, un des premiers formats de ce type, ou encore Flipboard sur iPad. Ce format est bien adapté à un contenu qui change rapidement et qui est souvent généré automatiquement.
Plus "cinémascope",  Qwiki, qui met en scène une thématique sous forme de petit film alliant photos, vidéos, et bande son générée à partir de textes. Le processus est encore peu connu mais le résultat est prometteur même si le format reste un peu trop linéaire. 

La forme nouvelle explorée par 52-tiki, une navigation par touches visuelles, est particulièrement adaptée aux contenus imagés ainsi qu'aux écrans tactiles (smartphones et tablettes). La complémentarité avec le livre est très travaillée,  les formats site et livre se sont nourris mutuellement. Chaque support « vit » de façon autonome, mais rassemblés, ceux-ci apparaissent naturellement indissociables. Le script complète le manuscript.

4/ Retour aux sources et ouverture, pour une nouvelle dimension relationnelle  
Le mariage gagnant de la curation et du livre implique donc deux virages fondamentaux :

Retour aux sources d'une part : la gourmandise des lecteurs est renouvelée pour de beaux livres à la prise en main, l'esthétique de lecture, la mise en page, la typographie soignée. Le livre imprimé n'a de justification à l'ère numérique que s'il s'assume comme un  bel objet

Ouverture d'autre part : la curation crée une dimension relationnelle inédite entre auteur et lecteur. Une nouvelle dimension de plaisir  apparait, comme celle du making off par rapport au film.

Aujourd'hui introduite par des auteurs professionnels, cette forme d'expression sera-t-elle demain adoptée par les auteurs / curateurs en puissance - comme les blogs en leur temps sont passés des journalistes /webmasters  au grand public ? 


Tribune de Xavier Paulik
, CEO de Tiki'Labs et Jacques Birol, auteur de « 52 conseils éternels...»



A propos de Xavier Paulik
Xavier Paulik, diplômé de Polytechnique et de Télécom Paris, a travaillé à la tête de services informatiques d'entreprises comme France Télécom et Immostreet, avant de prendre la tête de la start-up Tiki'Labs. Tiki'Labs a conçu une nouvelle génération d'interfaces utilisateur simplifiés pour tous les équipements électroniques (téléphones mobiles, PC, tablettes, TV) et édite le navigateur tactile TikiSurf sur iphone et Samsung ainsi qu'une plateforme de curation sur laquelle est basée le site http://www.52-tiki.com

A
propos de Jacques Birol
Jacques Birol, diplomé HEC, formé en Californie, est expert en conduite de l'innovation et du changement. Il dirige son cabinet LESS & MORE,  après avoir notamment  cofondé le site d'emploi KELJOB.COM et présidé l'agence PUBLICIS ETOILE. Il enseigne à HEC et intervient à l'école des mines. 

Autour du même sujet