4 conseils pour doper votre site Internet

L'enjeu est clair : le potentiel e-business d'un site web peut être décuplé, de par sa seule diligence ! Il n'est pas simplement question de ne perdre aucun client, mais bel et bien d'en conquérir davantage.

Dès lors qu'une stratégie de qualité et de performance web est mise en place, tout internaute satisfait, sûr de l'être toujours, fera sans doute un meilleur prescripteur que toute autre action de communication. En somme, privilégier le "savoir-faire" se répercute toujours naturellement sur le "faire-savoir".
Voici donc, en 4 étapes, comment certifier la qualité d'un espace online.

1- Anticiper

Pour savoir à quoi s'attendre, il faut commencer par regarder ce qui se passe déjà sur le site en production :
  • Comment les utilisateurs se comportent-ils ?
  • Quelles sont les pages et rubriques les plus sollicitées ?
  • Pouvez-vous observer des pics de fréquentation ?
  • A quelles périodes de la journée, de la semaine, de l'année ?
Il s'agit d'identifier des cas de figure, des scénarios qu'il faut alors amplifier pour prévoir les affluences records.

2- Tester

De quoi votre site est-il capable "en l'état" ?
Pour le savoir vous allez effectuer une batterie de tests de charge, à partir des scénarios élaborés précédemment. Les rapports de performance générés par vos tests vous permettront d'identifier :
  • Le temps de chargement des pages de votre site, en conditions d'utilisation "normales",
  • Le seuil d'affluence à partir duquel votre site commence à ralentir,
  • Le seuil "critique" où votre site devient vraiment trop lent,
  • Le point de rupture ("Breakpoint"), soit le niveau de trafic auquel votre site cesse de fonctionner tout net.
A titre indicatif, aujourd'hui les consommateurs s'attendent à voir une page s'afficher en moins de 2 secondes, contre 4 secondes en 2006*. On peut également considérer qu'1 internaute sur 4 abandonne la page au-delà de 4 secondes d'attente*.
Si vos temps de chargement en conditions "normales" s'avèrent déjà "critiques"... alors bonne nouvelle : vous tenez à la fois l'explication et la solution à un taux de rebond anormal.

* Respectivement selon une étude publiée par Compuware "Why web performance matters : is your site driving customers away", et selon l'infographie "Instant America" (OnlineGraduatePrograms.com).

3- Améliorer

Place à l'action ! Vous disposez maintenant d'une base solide pour définir votre objectif de performance et procéder à l'amélioration du service web.
Ce travail en profondeur, réalisé par vos équipes techniques et/ou prestataires, va voir alterner les actions d'optimisation et les nouvelles phases de tests. On avance par itération, par paliers progressifs jusqu'à l'objectif fixé.
Ces actions d'optimisation s'intéressent au site sur plusieurs niveaux :
  • Code et traitements côté serveur,
  • Code et traitements côté client,
  • Echanges base de donnée,
  • Ressources techniques (Hébergement mutualisé, dédié, CDN, ...)
  • Poids des données (images, fichiers, ...).
S'ils sont effectués en étroite collaboration avec un prestataire expert en performance web, ces travaux débouchent souvent sur une montée en compétence de vos services, capables alors de comprendre et interpréter des indicateurs clefs, d'analyser les rapports pour définir les actions à mener.

4- Superviser

Nous y sommes : Votre site est optimisé, disponible et réactif à 100% même en conditions de trafic important.
Maintenant, comment être sûr que le niveau de qualité atteint va perdurer alors qu'à l'instar de la majorité des services web, le votre est en constante évolution (mises à jour, nouvelles rubriques, fonctionnalités, ...) ?
C'est ici que doit intervenir la mise en place de votre "Supervision applicative en charge".
Notons qu'il existe 2 types de supervision applicative :

  • La supervision dite "passive" ("Monitoring") qui consiste à surveiller ce qui se passe sur le site en production pour être informé d'un incident aussitôt qu'il survient,
  • Et la supervision en charge dite "active" qui consiste à simuler régulièrement et automatiquement des pics d'affluence sur le site, à des heures où la fréquentation réelle est faible, afin d'être alerté de toute baisse de la performance avant même qu'elle ne se produise réellement pour les utilisateurs.
Cette seconde forme de supervision est la seule qui permette réellement de certifier la disponibilité et les performances d'un site web de manière permanente.

Conclusion

Les 4 étapes précitées sont à considérer comme un fil conducteur, une “feuille de route” dans la mise en place d'une stratégie de performance web. Le choix d’un outil, d’une solution peut s’avérer crucial dans cette démarche. L’idéal reste de coupler des outils de mesure à la fois précis, fiables et complets à l’accompagnement d’un prestataire expert capable de travailler en partenariat avec l’équipe interne responsable du site.
Enfin, dans une démarche QoE* pérenne, on préférera des outils capables de piloter de véritables navigateurs web dans le cadre des tests de charge et de supervision.

* Quality of Experience, mesure de la qualité du point de vue de l’utilisateur final

Autour du même sujet