DailyMotion : Montebourg se prend pour Colbert mais a surtout explosé le seuil de Peter

Arnaud Montebourg -qui n'a aucune compétence pour décider de la stratégie de la start-up- compromet l'avenir de DailyMotion. Après les 75% et les Pigeons, on plombe un peu plus l'image de l'écosystème numérique français à l'échelle planétaire.

Arnaud Montebourg a encore fait une sortie tonitruante dont il a le secret (#facepalm). Il est intervenu à la fin de ce que l’on imagine une longue négociation entre Yahoo et Orange sur l’avenir de Dailymotion, en convoquant le négociateur d’Orange pour lui interdire de signer le deal. « Vous vous rendez compte de ce que vous faites ? » Autrement dit : « Imbécile cupide ! Heureusement que je suis là pour sauvegarder les intérêts français des griffes des méchants américains qui voulaient nous voler notre pépite. » . Une intervention « hallucinante » comme l’aurait dit Fleur Pellerin, la Ministre de l’économie numérique, qui semble plus raisonnable et plus au fait des enjeux de cette affaire.

Mais passons sur la forme grand-guignolesque de communication auquel nous a -malheureusement- habitué notre Ministre fanfaron et médiatique. Sur le fond de l’affaire, son intervention est encore plus calamiteuse.

Quelle est la légitimité d’Arnaud Montebourg ?

« Vous vous rendez compte de ce que vous faites ? » Apparemment, Orange, groupe mondial de Télécom et d’Internet ne sait pas, mais Monsieur Montebourg, avocat et politicien de professions, fort de son inexpérience totale de l’entreprise et de l’internet, lui sait ce qui est bon pour l’avenir de DailyMotion. Arnaud Montebourg se prend pour Colbert mais il a surtout explosé le seuil de Peter.

Il faut dire qu’ils sont un peu cons chez Orange. Ils n’ont pas compris que ce site de vidéos #LOL pour adolescents est un enjeu stratégique pour la France !

US go home !

Les Français se débrouilleront seuls. Ils n’ont besoin de personne pour créer une entreprise de taille mondiale dans l’internet. Ils l’ont déjà démontré maintes fois avec… euh… Ah oui, ben non en fait, aucune société internet française n’a atteint la taille mondiale, à l’exception de Critéo, qui y est parvenu … en allant s’installer aux Etats-Unis.

Le passage par le marché américain est en effet indispensable pour DailyMotion pour parvenir à concurrencer YouTube, à côté duquel il est encore un nain. On peut le regretter, mais qu’on le veuille ou non, c’est là que sont les consommateurs, les capitaux, les partenaires et les technologies qu’il faut pour devenir un acteur mondial dans le secteur de l’internet. L’alliance avec Yahoo représentait une vraie « petite » chance d’y parvenir en s’appuyant sur les moyens financiers et l’audience, encore considérables, de ce groupe en plein redressement (166 fois le chiffre d’affaires de DailyMotion, bénéfice de 3,9 milliards de dollars en 2012).

On peut gloser à l’infini au café du e-commerce sur la bonne stratégie pour DailyMotion, sur l’avenir de Yahoo, et sur l’intérêt stratégique de leur rapprochement. Mais je ne vois toujours pas en quoi Arnaud Montebourg et les hauts fonctionnaires qui l’entourent sont plus qualifiés que les impétrants concernés pour le savoir.

e-Cocorico ?

Arnaud Montebourg plaide pour le patriotisme économique. A première vue, c’est sympathique (c’est là que réside le bénéfice politique, chacun étant enclin -moi le premier- à entonner la Marseillaise à la première occasion. Que voulez-vous, depuis toujours, la politique marche à l’émotion plutôt qu’à la raison). Malheureusement, il se trompe de siècle. Cette notion n’a plus beaucoup de sens dans l’économie mondialisée ou le moindre stylo est le résultat de matières premières et d’assemblage d’objets réalisés aux quatre coins du monde. Quelle est la nationalité de Renault aujourd’hui ? Quand on voit la constitution de son capital, les marques du groupe, la tête des dirigeants et l’implantation de ses usines, un non averti aurait du mal à le dire…

DailyMotion restera une société française. So what ? Nous serons le roi du cimetière des start-ups qui ont loupé le coche de l’internationalisation, mais ce seront nos start-ups et notre cimetière ! Na ! C’est le degré 0 de la stratégie économique, mais Arnaud Montebourg est cohérent. Il avait prévenu. Son programme c’est la « démondialisation ». Il a donc « démondialisé DailyMotion. Vive le Minitel ! » (citation de Charles Beigbeder)

Un mauvais signal pour l'Internet français

DailyMotion a manqué une opportunité, qui ne se représentera peut être pas, de devenir un acteur mondial de la vidéo internet, un secteur en pleine expansion mais très couteux en capitaux et d’ores et déjà dominé par un autre acteur, YouTube qui bénéficie lui du soutien de son acquéreur, Google. C’eut été un brillant succès d’origine française que de lui opposer un DailyMotion soutenu par Yahoo. Une réussite pour tout l’écosystème numérique français. Un formidable encouragement pour les jeunes entrepreneurs français et les investisseurs du monde entier de faire confiance aux start-ups françaises.

Mais non. Un certain Arnaud Montebourg, éphémère Ministre du Redressement productif, a préféré faire un coup politique de communication en donnant un coup de menton. Se donner -croit-il- le beau rôle du défenseur des intérêts français.

La brutalité de son intervention aura des conséquences néfastes qui n’interviendront que plus tard, du fait du découragement de certains investisseurs et acquéreurs potentiels étrangers qui écarteront la France d’emblée, ou de l'échec éventuel de DailyMotion, si Orange ne parvient pas à remplacer Yahoo et à l'internationaliser. Ce sera sans doute au contribuable français de régler l’addition. Arnaud Montebourg le forcera à investir l’argent que Yahoo n’a pas pu mettre pour assurer son développement.

Je fais le pari qu’Orange finira par trouver un autre acquéreur investisseur qui remplacera Yahoo, sans doute dans de moins bonnes conditions du fait de ce pataquès qui décrédibilise Orange. Mais cette fois ci Arnaud Montebourg ne dira rien car il a déjà engrangé son petit bénéfice politique sur le dos de DailyMotion.

Après les 75%, les Pigeons, et les moultes rodomontades xénophobes et inefficaces d’Arnaud Montebourg (Florange, Goodyear, Petroplus…), ce Gouvernement continue un magnifique parcours pour ridiculiser la France à l’échelle planétaire. L’embellie des assises de l’entrepreneuriat aura été de courte durée...

Autour du même sujet