Après avoir perdu la guerre du mobile, le PC perd celle de la tablette

Après avoir perdu la bataille face au mobile, le PC est en chute libre face à la tablette : dès juin 2014 IDC prévoit le croisement des courbes de vente.

Le rachat de Tumblr par Yahoo la semaine dernière confirme l’engouement des internautes pour les médias sociaux et pour des usages nomades de courte durée tout au long de la journée en multi activités. L’explosion des usages « light » tels que lire ses mails, consulter les médias sociaux et passer un achat en ligne se répercute sur les supports utilisés. Disposer d’ordinateurs toujours plus puissants mais lourds et peu autonomes en termes de batterie n’est plus aussi nécessaire voire même contraignant et encombrant. Cette révolution des usages a pour conséquence que le PC a déjà perdu la guerre face au mobile et qu’il la perdra dès mi 2014 - c’est-à-dire demain - face à la tablette. C’est ce que révèle à la fois l’étude d’IDC parue fin mai 2013 et celle de Deloitte sur l’Observatoire International de la MédiaDémocratie. Dès 2014, à l’échelle mondiale, il se vendra 302 millions d’ordinateurs et 265 millions de tablettes avec un point de convergence mi 2014. L’effondrement continu et soutenu des ventes de PC se fera en parallèle de la croissance exponentielle de la tablette. IDC estime qu’en 2017, il se vendra 271 millions de PC et 468 millions de tablettes. Deloitte montre que dès aujourd’hui 20% des foyers français possèdent à la fois un PC portable, un smartphone et une tablette, en accord avec les chiffres de l’ARCEP :  64% des Français possèdent au moins un appareil nomade (smarphone, tablette ou ordinateur portable).

Alors qu’à sa sortie en 2010, l’iPad faisait les gorges chaudes, aujourd’hui l’utilité de la tablette et son succès sont avérés. Ceci tient donc à la fois aux usages qui évoluent vers plus d’usages light peu demandeurs de puissance machine mais exigeants une autonomie de déplacement et à l’offre des constructeurs. En effet, à côté de l’Ipad 10 pouces qui coûte a minima 509 euros, on trouve une large palette de tablettes de taille et de prix différents avec des entrées de gamme dès 150 euros pour le Kindle Fire d’Amazon.
De nouveaux acteurs ont investi ce marché tels Amazon et Google et surtout Samsung qui continue à innover à une rythme soutenu. Face à des PC de quelques 800 euros, la tablette se révèle plus légère à transporter, moins encombrante, plus rapide et totalement autonome sur la journée. Munie d’un stylet, elle permet un usage facile qui répond à tous les besoins. Le PC résiste encore dans le monde professionnel, dernier bastion qui peut sauter soit avec la tendance BYOD (bring your own device) soit en privilégiant des solutions hybrides avec un clavier qui se clippe à la tablette.                

Cette guerre des supports fait d’autres dégâts notamment parmi les fabricants de semi-conducteurs tels AMD et Intel. En effet, leaders incontestés des puces performantes pour ordinateurs branchés à la prise électrique toute la journée, ils cherchent encore la course à la puissance, peu importe qu’elles consomment beaucoup d’énergie. Or, l’avantage des nouveaux supports mobiles est de s’affranchir du fil électrique et d’accompagner l’utilisateur dans ses déplacements. Il faut alors des puces moins puissantes mais surtout moins énergivores permettant une autonomie de batterie sur une journée.
Et pour AMD et Intel, l’ardoise (financière) risque d’être salée !           

Autour du même sujet