Licenciement de Bill Gates et durcissement de la politique des actionnaires piranhas

Le licenciement probable de Bill Gates de Microsoft sonnerait, après la mort de Steve Jobs et le départ de Jerry Yang de Yahoo, la fin des bricoleurs de génie, ces étudiants qui « bidouillaient » des softwares dans le garage de papa avec un tournevis, et le succès que l’on connait.

A part Marc Zuckenberg qui tient la barre de Facebook (après quand même avoir été malmené en bourse après son introduction au Nasdaq) les autres Pères fondateurs de la Sillicon Valley disparaissent laissant derrière eux un monde bouleversé par l’immersion des TIC, des smartphones et des réseaux sociaux.

Mais qu’à cela ne tienne les actionnaires des conseils d’administration (des Boards) ont aujourd’hui une politique industrielle clairement axée sur le profit à très court terme (en négligeant la recherche et le R§D) qui pourrait, si elle continuait, faire sombrer des empires. Imaginons ce que la Saga Star Wars va devenir entre les mains de Disney et J.J Abrahams, on a déjà vu le plombage de Pixar après leur rachat par le même Disney.

Les temps ne sont plus aux pionniers, aux inventeurs, mais aux financiers…

Cette politique pourrait ouvrir la porte à une forme de conformisme industriel qui pourrait nuire à des compagnies modèles comme Microsoft qui ont fait rêver des millions d’étudiants pendant des années. La philanthropie de Gates déplairait-elle à la finance de Wall Street ? Possible. Mais reste à se poser la question de savoir comment ses géants vont muter avec le règne sans partage des Google et autres Facebook qui demeurent encore des entreprises fragiles dont l’activité est liée au bon vouloir des législateurs et des gouvernement qui pourraient décider demain de durcir demain les règles sur l’accès aux informations sur la vie privée des internautes.

Et si demain on autorisait chaque personne à exiger le déréférencement des informations liées à sa vie privée présentes sur les moteurs de recherche que deviendrait Google ? Si les gouvernements appliquaient à la lettre la législation sur les droits d’auteur et le droit à l’image que deviendraient les moteurs de recherche ? Les membres de la Commission européenne prennent en ce moment très au sérieux ce problème et semblent s’acheminer vers une règlementation qui protègeraient davantage les citoyens contre l’utilisation des donnes liés à leur vie privée présentes sur le net. Les années à venir seront cruciales pour ce problème d’éthique essentiel avec le développement des réseaux sociaux. 

Bill Gates n’a pas vu venir l’explosion des réseaux sociaux et des smartphones et il va peut-être devenir la victime de ce manque d’anticipation et de certains choix industriels douteux. Mais il restera comme une icône dans le firmament de la Silicon Valley qui a montré que respect et philanthropie pouvaient se conjuguer avec le milieu de l’entreprise.

Autour du même sujet