L'Europe aime le Wi-Fi

Les réseaux 4G vont probablement connaitre un succès retentissant, mais il aura son revers de la médaille. Les fréquences radios des opérateurs sont de plus en plus saturées. Le déchargement des données (connu aussi sous le nom de Data Offload) pourrait constituer une solution.

Les opérateurs entreprennent de plus en plus des démarches actives pour la mise en place d’une infrastructure de réseaux LTE à travers l’hexagone afin d’améliorer sans cesse le service proposé.

Et pourtant, si les abonnements téléphoniques propose des forfaits data de plus en plus important, de nos jours, le Wi-Fi est plus populaire que jamais. Une étude publiée par Informa montre qu’en 2013 l'utilisation du Wi-Fi avec les appareils compatibles 4G a grimpé de 86% pour atteindre une consommation moyenne de 7,3 giga-octets par utilisateur et par mois. En 2013, la part du trafic Wi-Fi sur les terminaux 3G a augmenté dans le monde entier de 74% à 78% et de 69% à 78% pour les terminaux 4G.

Lorsque le Wi-Fi devient un sujet politique

En Europe, les gens devraient être en mesure de surfer d’utiliser Internet même s'ils ne sont ni chez eux ni au travail. Sous la devise « l'Europe aime le Wi-Fi », Kroes a donc lancé une campagne le 1er août 2013 suite à une étude de la Commission européenne. En 2012, 71 % du trafic des données sans fil dans l'UE passait en Wi-Fi sur les smartphones et les tablettes; en 2016 ce sera sûrement 78. « Le Wi-Fi est un énorme succès, où tout le monde gagne. Je vais faire en sorte que la Commission européenne encourage l'utilisation du Wi-Fi en améliorant le spectre disponible et en assouplissant les règlementations », promet Kroes.

Déchargement des données et Small Cells

Le déchargement des données (ou Data Offload), est l’acheminement du trafic de donnée sans fil initialement fournit par les réseaux interurbains cellulaires vers des solutions plus locales, pouvant être à base de technologie alternative, de manière à limiter la charge des réseaux opérateurs traditionnels. Ces réseaux de déchargement ont une couverture locale allant de 10 mètres à un ou deux kilomètres. On parle alors de Small Cells. Ils peuvent utiliser des fréquences libres permettant d’optimiser les coûts. Le Wi-Fi est le parfait exemple de ce type de technologie alternative : couverture locale utilisant des ressources radios gratuites. Des « mini » stations 3G/4G exploitant les fréquences opérateurs sous licence peuvent également être utilisées comme Small Cells.

Ces Small Cells deviennent une partie essentielle des réseaux mobiles. A l’avenir les réseaux opérateurs seront composés de plusieurs couches composées de Small Cells (avec un intervalle allant de 10 mètres à 2 kilomètres) et de Macro Cells capable de connecter des terminaux à des dizaines de kilomètres.

Evolutions nécessaires

En utilisant une infrastructure à base de points d’accès Wi-Fi (et autre type de small cells), les opérateurs disposent d’une solution pour répondre aux problématiques de congestion des réseaux 3G/4G.  Ces nouvelles architectures permettent de disposer d’une solution moins couteuse et tout aussi fonctionnelle que les infrastructures traditionnelles. En utilisant plus intensivement ces technologies, les opérateurs peuvent gagner des dizaines de milliards d'euros dans la modernisation indispensable de leurs réseaux pour répondre aux nouvelles demandes des clients.

Les consommateurs sont également gagnant puisqu’ils peuvent alors bénéficier  un accès Internet à travers le Wi-Fi au lieu de consommer les données mobiles de leur forfait. De plus, l’utilisation de Small Cells dans des endroits difficiles à couvrir tels que dans les grands bâtiments offre également une nouvelle possibilité pour faire profiter tous les environnements d’une couverture réseau plus stable et performante.

Afin de profiter pleinement du potentiel des small cells, une évolution des fréquences disponibles actuellement sera probablement nécessaire. Dans un rapport émis par la Commission européenne, on recommande de proposer le spectre radio de 5 150 MHz à 5 925 MHz pour le Wi‑Fi à l'échelle mondiale. Enfin, les frais administratifs pour le déploiement des services et les réseaux de déchargement dans les lieux publics devront diminuer.

Conclusion

Le Wi-Fi est aujourd’hui généralement utilisé au travail et chez soi et est particulièrement utile pour connecter plusieurs appareils à travers un même  abonnement internet. Le Wi-Fi est également très en vogue dans des lieux publics comme les cafés et les gares. Et il dispose également à présent d’une place dans les infrastructures d’opérateurs de téléphonie mobile qui veulent soulager leurs réseaux 3G/4G saturés. Les réseaux Wi-Fi ne sont pas un concurrent aux réseaux 3G/4G, mais un allié efficace face aux nouvelles demandes sans cesse grandissante des abonnées. Grâce au déchargement des données, les opérateurs de télécommunications peuvent désormais mieux absorber la croissance annuelle de la demande qui est estimée à 66 % sur la période allant de 2012 à 2017. Et c’est une excellente nouvelle.

Réseaux / 3G