L’Internet des Objets (IdO) va révolutionner l’expérience numérique de demain.

Les gens pensent souvent que l’Internet des Objets (IdO) se résume à des thermostats intelligents, des réfrigérateurs programmables, ou des alarmes bon marché. Cette vision pratique occulte à la fois la promesse et la menace que représente l’Internet des Objets.

L’Internet des Objets (IdO) permet d’ajouter des capteurs, du programme et de la connectivité à n’importe quel objet. Dans le monde de l’IdO, des données qu’on ne pouvait humainement obtenir qu’avec des efforts importants,  sont désormais très facilement récupérables et quantifiables. Avec un investissement minime, quasiment tout objet de taille supérieure à un timbre-poste peut être localisé et analysé. Des objets plus importants et un investissement supérieur permettent de nombreuses autres possibilités, encore amplifiées quand les appareils interagissent avec d’autres objets au sein de l’IdO.

Dépendance aux Fournisseurs et Intégrations Approximatives

L’ensemble complexe d’outils et de services qui domine l’expérience numérique moderne dépend souvent d’un système de gestion de contenu (CMS) unique. Un état de fait à double tranchant pour les fournisseurs de CMS. D’un côté, leurs solutions ont pris une importance considérable. De l’autre, ils doivent se battre pour faire face au volume de solutions et services avec lesquels leur produit doit désormais s’intégrer. La pression de la concurrence force souvent ces fournisseurs à choisir entre des approches « en série » qui emprisonnent les clients et des intégrations approximatives qui fonctionnent mal.

L’Internet des objets amplifie ce problème. Le fait que les CMS soient au cœur de l’expérience numérique signifie que l’IdO devrait être intégré au CMS. Mais cela ajoute des milliers de nouvelles difficultés d’intégration potentielles au problème.

Pour capitaliser sur la promesse de l’IdO, les fournisseurs de CMS doivent donc adopter des stratégies métiers et produits qui rendent l’intégration des nouveaux services, outils et technologies facile, prévisible et solide. Ceux qui ne le feront pas seront laissés de côté et condamnés aux marchés de niche.

L’expérience client numérique au début de l’ère IdO

L’Internet des Objets va ouvrir de nombreuses possibilités aux consommateurs dans les années à venir. De la même façon que les smartphones ont remodelé ce qui paraissait possible mais également ce que l’on tenait pour acquis, l’IdO va modifier considérablement notre action, notre comportement ainsi que nos attentes. Dans les prochaines années, nous pensons que l’utilisation de l’IdO au sein de l’expérience numérique va devenir une évidence pour les consommateurs et s’imposer à eux sous différents aspects :

1 – Diminution des efforts

Le principal effet de l’IdO sur les consommateurs tient à ce qu’il va rendre faciles des interactions autrefois épuisantes et stressantes. Par exemple, les capteurs vont pouvoir indiquer aux clients comment aller le plus rapidement possible de là où ils sont à là où ils veulent aller : depuis le 1er rang d’un concert de rock pour retourner à sa voiture, en tenant compte instantanément du flux de personnes réel se dirigeant vers les sorties. Dans un aéroport, ils fourniront aux voyageurs des informations en temps réel leur permettant de passer plus de temps au restaurant ou dans les boutiques, et d’être moins stressés pour arriver à la porte d’embarquement.

2 – Augmentation des attentes

Une fois que les clients seront habitués à être servis plus vite et de façon plus personnalisée, leurs attentes vont augmenter. Par exemple, une fois que vous aurez pris l’habitude que l’on vous serve instantanément votre plat préféré au café du coin  - parce qu’un appareil intelligent l’indique comme raccourci de votre commande -, vous aurez beaucoup plus de mal à faire preuve de patience.

3 – Invisibilité

Une machine à laver qui analyse la quantité de linge et son taux de saleté va ajuster automatiquement la dose de lessive et les différents cycles nécessaires. Le consommateur ne remarquera pas le processus, mais il y gagnera du temps, de l’argent, et de l’énergie. La machine pourra également contacter le client une fois le lavage terminé, pour lui faire gagner encore plus de temps.

4 - Intrusion

L’autre côté de la médaille lorsqu’on parle d’Internet des Objets tient à ses conséquences imprévues voire indésirables comme pour tout changement technologique radical. Par nature, l’IdO est intrusif et pose des problèmes de vie privée et de légalité. Au final, il pourrait mener à une surveillance omniprésente. On peut penser par exemple au cas perturbant de ce site web qui diffuse les images de centaines de milliers de caméras de sécurité.

5 – Bizarreries

Peu importe la promesse de l’IdO pour les consommateurs, il présente un fort potentiel pour la bizarrerie – surtout dans les premiers temps de l’expérience numérique de l’IdO étendu. Ce potentiel va du comique malencontreux (par exemple une personnalisation ratée) au danger réel (comme fournir une mauvaise donnée de localisation à un moment critique ).  On peut s’attendre également à une prolifération de chindogu version IdO… Quelqu’un aurait-il besoin d’un plateau à œufs connecté ?

Autour du même sujet