Une semaine sans Google, mais avec DuckDuckGo

A l'heure où Google est attaqué de toute part, notamment par la Commission Européenne et par le Sénat, j'ai décidé de passer une semaine sans Google en utilisant DuckDuckGo.

Dès la première ouverture de DuckDuckGo le ton est donné par sa baseline : "Le moteur de recherche qui ne vous espionne pas". DuckDuckGo n'enregistre pas vos recherches, ni votre adresse IP et ne trace pas votre navigation à l'aide de cookies : un avantage indéniable. DuckDuckGo en a ainsi fait sa marque de fabrique, mais cela suffit-il à franchir le pas pour abandonner définitivement Google ? 

Paramétrage
Le plus difficile est finalement d'enlever Google pour le remplacer par DuckDuckGo. Sur Google Chrome il y a du moteur de recherche Google  partout. C'est simple, j'ai dû faire des modifications à 3 ou 4 endroits dans Chrome pour arriver à ne plus avoir que du canard.

Là où Google est prêt à être utilisé, il faut reconnaître qu'il faut passer quelques dizaines de minutes à se familiariser avec DuckDuckGo et à le paramétrer pour commencer à le prendre en main, un peu comme la première fois qu'on utilise un Mac. Par exemple il n'est pas paramétré par défaut pour donner des réponses en français, ce qui rend ses résultats hasardeux. Il suffit d'utiliser l'interrupteur situé à droite après une recherche pour activer la localisation. On peut espérer que DuckDuckGo change ce comportement à l'avenir.

Par ailleurs, afin que la transition soit plus douce, il est possible de changer le thème par défaut et opter pour le thème "classique", plus proche de celui des autres moteurs de recherche, donc moins perturbant.
Pertinence des résultats
Lors de mon utilisation de DuckDuckGo j'ai trouvé que les résultats de recherche en eux-mêmes n'avaient pas grand chose à envier à ceux de Google. Pour certaines recherches il est d'ailleurs plus facile d'identifier les sites sur lesquels on va cliquer grâce aux icônes présents dans les résultats de recherche. Si l'on saisit le nom d'une marque par exemple, DuckDuckGo nous indique par un macaron qu'il s'agit du site officiel de la marque. Finalement le meilleur des tests pour moi consistait à l'interroger sur quelque chose que je connais très bien et sur lequel il y a beaucoup de chances de le coincer. J'ai donc tapé mon nom dans Google et j'ai finalement trouvé les résultats de DuckDuckGo plus probants que ceux de Google
Au niveau des suggestions de mots-clés, à nouveau DuckDuckGo n'a pas à rougir, mais sur certaines requêtes pointues, on sent qu'il n'a pas la profondeur que peut avoir Google !
Inconvénients de DuckDuckGo
Evidemment, avec la volonté d'essayer autre chose que Google j'avais un degré d'appréciation biaisé, je dois donc reconnaître qu'à plusieurs reprises j'ai été obligé de revenir sur Google. Les encarts de Google affichant des actualités concernant votre requête (newsbox) font cruellement défaut dans DuckDuckGo : les résultats sont pertinents, mais il manque ce côté "breaking news" pour lequel nous faisons quotidiennement un tas de recherche. Il m'est arrivé par hasard d'avoir un encart "Actualités" qui s'affiche, mais leur affichage est erratique et les résultats proviennent exclusivement de sites américains, ce qui gâche un peu la fête.
Lorsque vous cherchez une adresse, Google affiche une carte tirée de Google Maps. Pratique avant d'aller à un rendez-vous ! J'ai fini par trouver au bout de plusieurs jours comment faire de même sur DuckDuckGo de façon systématique: il suffit de terminer sa requête par "map", pas très intuitif pour un utilisateur non anglophone, mais ça a le mérite de fonctionner.
Par ailleurs, même si la différence est infime, il faut avouer qu'en terme de rapidité Google est plus réactif que DuckDuckGo, notamment en ce qui concerne les mots-clés suggérés en auto-complétion. Les webmasters et SEO déploreront probablement l'absence actuelle de "DuckDuck Webmaster Tools", à l'instar de Google Webmaster Tools, Bing Webmaster Tools ou Yandex Webmaster Tools.
Atouts de DuckDuckGo
Lorsque l'on utilise DuckDuckGo, on a ce petit frisson du révolutionnaire qui défie la grande machine, un peu comme lorsqu'on décide d'utiliser Linux pour militer pour le libre. Avec DuckDuckGo on a effectivement le sentiment d'être moins espionné, dans la mesure où l'on peut choisir d'activer ou non chaque paramètre de sécurité, jusqu'à la désactivation complète de la publicité ! On peut également paramétrer complètement le look des résultats de recherche, les couleurs, les tailles de police... au prix de quelques minutes de configuration. Vous vous dîtes évidemment que vous allez devoir le faire sur chaque poste de travail que vous utilisez, mais DuckDuckGo a pensé à tout, puisque vous pouvez synchroniser vos paramètres dans le cloud en choisissant une simple phrase.
Là où Google utilise un système de pages, DuckDuckGo propose un scrolling infini qui se révèle être très pratique (et beaucoup plus moderne). Enfin, la fonctionnalité que j'ai trouvé très différenciante, quoi que probablement réservée aux geeks, est baptisée !Bangs: il s'agit de raccourcis clavier permettant, à partir de DuckDuckGo, d'initier une recherche sur un grand nombre de sites. 
Ainsi !a permet de cherche sur Amazon, !yt sur YouTube, !g sur Google. Parmi les sites français on trouve !linternaute, !allocine, !lemonde, !lefigaro, !leboncoin ou encore !jdg pour JournalDuGeek. Ne voyant pas de !bangs pour CommentCaMarche ou JournalDuNet, j'ai effectué une demande en ligne, sans réponse actuellement.
Parmi les petits détails plaisants, il existe des raccourcis clavier bien utiles permettant de simplifier l'usage du moteur. Par exemple, lorsque vous survolez un lien et que vous appuyez sur la touche "d" (sur ordinateur de bureau), DuckDuckGo vous affiche automatiquement tous les résultats de la requête sur le même site (même domaine). 
Par ailleurs, il existe une fonctionnalité intéressante permettant d'ouvrir des résultats spécifiques sur certains mots-clés comme des recettes de cuisine, des personnages de séries ou encore des prévisions météo, malheureusement uniquement en anglais. Cela pourrait changer prochainement puisque le moteur propose aux développeurs d'enrichir l'expérience avec leurs propres services, un pas qu'ont déjà franchi des sociétés comme SoundCloud, Kwixler ou MetroLyrics.
Conclusion
DuckDuckGo est vraiment un très bon moteur de recherche, agréable à utiliser, mais je dois reconnaître qu'il manque ce tout petit quelque chose qui fait qu'on a du mal à se passer de Google, l'équivalent de ce qui différencie une pâte à tartiner du Nutella ou la différence subtile d'un cola par rapport au Coca-Cola !  Nul doute que de nombreux geeks utiliseront ce moteur de recherche, par défiance ou tout simplement par plaisir de la nouveauté, mais il faut espérer que DuckDuckGo saura trouver les ressources pour arriver à fournir (enfin) les quelques éléments manquant pour constituer une vraie alternative à Google.

Google / Moteur de recherche