Et si le renouveau des magasins passait par les tablettes vendeurs ?

Ne vous est-il jamais arrivé d’aller en magasin et de constater que le produit recherché n’était pas disponible dans la taille (ou couleur) demandée ? Pire que ça, ne vous est-il jamais arrivé d’avoir identifié un produit sur le web et de constater tout simplement qu’il n’était (même) pas proposé en magasin ?

Dans ces deux cas, la frustration est grande pour l’enseigne qui perd une vente (on parle d’une vente sur dix en moyenne !), et pour le client qui a perdu du temps à se déplacer pour rien. A l’ère du « tout, tout de suite », cela revêt une importance particulière.

Ne vous est-il jamais arrivé non plus de sembler bien plus au fait de l’offre produit que le vendeur lui-même, souvent étudiant de passage ? N’avez-vous pas non plus été agacé de ne pas être, bien que client fidèle, reconnu par ces mêmes vendeurs qui vous demande et redemande votre taille ? Dans ces deux autres cas, les fondements du commerce semblent avoir disparu. A force on pourrait même se demander si finalement le commerce de demain n’est pas un peu le commerce d’hier : un commerce de proximité dont la relation et le service étaient le cœur.

Pourquoi pas… mais pourquoi ne pas plutôt envisager un angle plus optimiste ? Et si le commerce actuel avait l'opportunité de se réinventer grâce à la technologie et notamment par le biais d’un outil simple et fonctionnel : la tablette vendeur ?

L’alternative rêvée ?

Celle qui peut vendre 100% du catalogue produit d’une enseigne quelque soit la surface ou le stock disponibles. Celle qui peut aider un vendeur à mieux connaître les produits, ses associations possibles en termes de looks par exemple. Celle qui peut aider un vendeur à mieux cerner son client en accédant à son historique d’achat en quelques « taps ». Celle qui peut aider un vendeur à se concentrer sur la vente plutôt que de multiplier les allers-retours dans les stocks. Celle qui peut collecter des informations sur ses clients / prospects, mais aussi les enregistrer au programme de fidélité, les abonner à la newsletter, … Celle qui peut l’encaisser en cas de forte affluence. Celle, enfin, qui peut valoriser le rôle du vendeur plutôt que de le cannibaliser.

Bref, la tablette peut aider à résoudre beaucoup de maux que le magasin connaît actuellement.

Ne pas sous estimer la conduite du changement

Si la mise en place de ce type d’outils peut paraître simple il n’en demande pas moins un travail de fond. Celui de connecter la tablette à tous les flux et data disponibles par ailleurs. Cet exercice peut se révéler plus ou moins évident selon le niveau de l’infrastructure technique en place.

L’autre élément crucial de la bonne mise en place de l’outil reste la formation des vendeurs. La formation a de nouvelles manières d’aborder un client, de réaliser une vente. On peut avoir le meilleur outil qui soit, si les vendeurs ne s’en servent pas c’est comme s’il n’existait pas. Enfin, dernier point, si vous ne communiquez pas en magasin sur le fait que vos vendeurs, désormais connectés, peuvent vendre 100% du catalogue en toute circonstance, vous encaisser, … les sollicitations des clients risquent d’être nulles ou quasi nulles. Bref, l’outil n’est rien s’il n’est pas adopté par les clients et vendeurs. C’est une des clés du succès d’un projet de tablette vendeur.

Un moyen de redonner un second souffle aux points de vente

En définitive, à l’heure où les magasins connaissent un trafic et un chiffre d'affaires en berne, les tablettes vendeurs, si tant est que la conduite du changement est bien négociée, semblent être un moyen de redonner un second souffle aux points de vente, encore plus aux petits formats. Ces tablettes offrent par ailleurs de nouvelles opportunités telles que la collecte de data, enjeu désormais majeur qui permet d’améliorer la relation client et surtout de garder toujours contact avec ces derniers.

Des investissements raisonnables au regard de la plus value générée

Cerise sur le gâteau, le côté ROIste est évident puisqu'il s’agit avant tout de capitaliser sur un existant technologique. Les investissements sont de ce fait raisonnables et largement rentabilisés si l’on considère qu’une vente sur dix est manquée du fait d’un défaut de stock !

(Déjà) une réalité outre atlantique

Lors du dernier Retail Big Show de NYC, nous avons pu constater que de très nombreuses enseignes avaient déjà mis en œuvre ces solutions de tablette vendeur : Gap, Banana Republic, Warby Parker, BirchBox, Rebecca Minkoff, New Balance, Nike, Urban Outfitter, Converse, Game Stop, Home Depot, B&H, Macy’s, Sak’s 5th avenue, Levi’s, … Alors qu’attendons-nous ?   

Tablette / Gestion du changement